Une petite personne douée, pudique, suicidaire, rigolote, lucide, tête en l'air, désemparée, qui adorait flirter avec l'interdit, la drogue, l'alcool, le jeu, l'arnaque. Mauvaise mère aussi. Ainsi la dépeint pour nous l'écrivaine Marie Desplechin. Un être a priori peu séduisant pour les bien-pensants, si ce n'est que la mystérieuse créature s'appelle Françoise Sagan et qu'elle a traversé à du 200 km/h la vie littéraire de la seconde partie du xxè siècle. Un mythe, une curiosité, un phénomène. Aujourd'hui, la cinéaste Diane Kurys a choisi ...

Une petite personne douée, pudique, suicidaire, rigolote, lucide, tête en l'air, désemparée, qui adorait flirter avec l'interdit, la drogue, l'alcool, le jeu, l'arnaque. Mauvaise mère aussi. Ainsi la dépeint pour nous l'écrivaine Marie Desplechin. Un être a priori peu séduisant pour les bien-pensants, si ce n'est que la mystérieuse créature s'appelle Françoise Sagan et qu'elle a traversé à du 200 km/h la vie littéraire de la seconde partie du xxè siècle. Un mythe, une curiosité, un phénomène. Aujourd'hui, la cinéaste Diane Kurys a choisi de lui redonner vie sous les traits, étranges de ressemblance, de la très talentueuse Sylvie Testud. L'incarnation est saisissante, troublante aussi. Si le film semble d'ores et déjà très controversé, la performance de l'actrice est saluée par tous. Pas facile de se glisser dans la peau de Françoise, d'adopter ses moues, ses chantonnements, son maintien, typique de la bourgeoisie parisienne de l'époque, ses codes, ses attitudes. Testud est formelle, elle n'a pas voulu " jouer " Sagan. Seulement restituer le plus fidèlement possible une femme ô combien complexe et décapante. Qui ne revendiquait rien, ne s'interdisait rien, intelligente, élégante, une femme libre, mais à quel prix ! Valentine a osé. Alors qu'elle était incapable de distinguer chevaux et cylindrée d'une voiture et que jusqu'ici, elle avait à peine jeté un £il, et encore par amour, à une course de Formule 1, elle s'est glissée, à la demande de Weekend, dans un bolide de compet capable de passer de 0 à 100 km/h en moins de 2 secondes. Notre championne a fini sa course plus qu'honorablement. A l'accueil, champagne et paillettes, comme il se doit. À l'arrivée, c'est toute blanche qu'elle est sortie de son véhicule après avoir taquiné son turbo. Entière et vachement fière. Des étoiles dans les yeux. Nous aussi. Elle nous a drôlement épatés ! Fin juin. Tout doucement Weekend va prendre ses quartiers d'été. Pendant sept semaines, nous vous proposons une édition réduite, mais enrichie de Focus Vif. Histoire de prendre quelques jours de vacances, certes, mais aussi de préparer activement la rentrée que nous vous promettons riche de mille et une surprises. Mais pour vous, chers lecteurs, it's time to shoot ! Participez à la première édition de notre Weekend Photo Award ! Descendez dans la rue, investissez les lieux publics, et envoyez-nous sur weekend.be vos clichés des looks street fashion les plus ébouriffants, que vous avez réussi à immortaliser. A la clé, des cadeaux, des expos. Notre objectif : découvrir et faire connaître des jeunes photographes, tout comme nous soutenons, depuis des années, les jeunes créateurs et designers. Vite, vite, à vos boîtiers ! Et bonnes vacances à tous ! Christine Laurent