Plus je travaille dans la mode, plus je suis tentée par la simplicité. Je dirais même plus : plus je vois de défilés, plus mon look s'appauvrit. Cela fait partie des paradoxes de la vie. A force de vivre dans un tourbillon de tentations, on aspire à l'essentiel dans sa vie, et au basique dans sa garde-robe.
...

Plus je travaille dans la mode, plus je suis tentée par la simplicité. Je dirais même plus : plus je vois de défilés, plus mon look s'appauvrit. Cela fait partie des paradoxes de la vie. A force de vivre dans un tourbillon de tentations, on aspire à l'essentiel dans sa vie, et au basique dans sa garde-robe. En rencontrant des personnalités comme Paul Smith, le créateur le plus célèbre et sûrement le plus humble du Royaume-Uni, j'ai soudain réalisé que je n'étais pas la seule à me prendre les bottines dans ce tapis de contradictions. Bien sûr Sir, faire de la mode, ce n'est pas comme " opérer à c£ur ouvert, recoudre un bras ou s'engager comme volontaire dans une guerre " ( lire interview en page 66) et pourtant, vous êtes le premier à nous démontrer que le vêtement donne du pouvoir, de la prestance, de l'allure, du crédit, de l'éclat, mieux, du sex-appeal ! Et, en ce sens, qu'il sublime l'espèce. Ainsi blanchie du délit de futilité, je peux désormais avouer les raisons de mon penchant : la mode, c'est aussi une bonne dose de créativité, d'esthétisme et de raffinement. Voyez les surprises à chaque fois renouvelées du duo le plus inventif du moment Viktor & Rolf ( lire interview en page 54). Délivrant ses merveilles deux fois par an, la mode apparaît, de plus, comme un vrai courant de vie, et les tendances comme autant d'indicateurs de l'évolution de notre société. Ainsi, si, cet hiver, les créateurs nous couvrent le visage, serait-ce sous l'influence d'une islamisation de la mode ? Nous recommanderaient-ils plus de retenue dans notre apparence, ou nous protégeraient-ils d'un danger imminent ? Le débat est lancé ( lire article en page 88) et nous fait toucher au mystère de l'inconscient collectif à l'£uvre sur les catwalks. Car, c'est bien connu, les voies des Créateurs sont impénétrables... Mais, à chaque saison, la question se pose pour chacune d'entre nous : comment rester soi-même dans cette foule de nouvelles tendances ? Comment éviter le piège du conformisme branché au risque d'y laisser sa personnalité ? Alors, au-delà des indispensables que nous avons spécialement décryptés pour vous dans ce Spécial mode, un petit conseil : respectez avant tout votre propre style. Ce sera la meilleure façon de vous respecter vous-même. Agnès Trémoulet