QUI ?

Né en 1958 à La Hestre (Hainaut), le photographe Pierre Radisic réside à Barcelone. Son parcours est rectiligne : il étudie de 1977 à 1978 au sein de l'atelier de Madeleine Martin-Haupert et ensuite, de 1978 à 1982, à l'Ecole nationale supérieure des arts visuels de La Cambre à Bruxelles. L'homme a quelques récompenses dans son e...

Né en 1958 à La Hestre (Hainaut), le photographe Pierre Radisic réside à Barcelone. Son parcours est rectiligne : il étudie de 1977 à 1978 au sein de l'atelier de Madeleine Martin-Haupert et ensuite, de 1978 à 1982, à l'Ecole nationale supérieure des arts visuels de La Cambre à Bruxelles. L'homme a quelques récompenses dans son escarcelle : Prix national photographie ouverte de Charleroi en 1982, Prix Fernand Dumeunier de Charleroi en 1983 et Chicago Prize en 2007. On retrouve ses images dans plusieurs collections, notamment au Musée de l'Elysée de Lausanne, à la Maison européenne de la photographie de Paris, au Centro de Fotografia de Santa Cruz de Tenerife, au Centre régional de la photographie Nord-Pas-de-Calais... L'artiste fonctionne par séries thématiques au sein desquelles le corps occupe une place cruciale. Pas d'anatomie pour cette nouvelle série mais une interprétation brillante d'un genre délicieux, la marine, qu'il expose en grand format. Sable, clôtures en bois, canalisations peintes, blocs de béton, mer bleue et ciel d'azur, voilà le lexique de la grammaire formelle qu'il décline à l'envi. De l'Arte povera ? En quelque sorte, dans une version lumineuse qui rassérène l'oeil. A son propos, le photographe finlandais Arno Rafael Minkkinen évoque la fameuse phrase de Georges Braque : " De moyens limités émergent des formes nouvelles. " Pour comprendre que, visuellement aussi, il en faut peu pour être heureux. Du bleu, la mer, la lumière... impossible de ne pas souscrire à cette trilogie du bonheur.