Georgia O'Keeffe détestait les fleurs, mais avouait les peindre uniquement parce qu'elles sont moins chères que des mannequins et parce qu'elles ne bougent pas. Pourtant, c'est pour ses plantes géa...

Georgia O'Keeffe détestait les fleurs, mais avouait les peindre uniquement parce qu'elles sont moins chères que des mannequins et parce qu'elles ne bougent pas. Pourtant, c'est pour ses plantes géantes, ses os blanchis par le soleil et ses paysages désertiques du Nouveau-Mexique que l'artiste s'est fait connaître, jusqu'à être considérée par beaucoup comme la mère du modernisme américain. Celle qui, à la fin de sa vie, était également vue comme une icône, suscitant l'admiration de personnalités en vue, comme Calvin Klein ou Andy Warhol, ne cesse encore aujourd'hui d'inspirer. En témoigne la collection estivale de la griffe italienne Woolrich. Le coton imperméable de sa Prescott Parka s'orne de broderies, fils, perles, verre et paillettes métallisées, pour représenter des fleurs, brodées à la main par les artisans de la maison Jato, à Bologne. De quoi parfaitement répondre à la géométrie des motifs navajos, dont sont aussi parées les couvertures de la marque.