L'ARTISTE

Erwin Wurm est né en 1954 à Bruck an der Mur, en Autriche. Formé à la Kunstakademie de Vienne, section sculpture, il vit et travaille encore actuellement dans la capitale autrichienne. Si la sculpture reste un de ses moyens d'expression favoris, Erwin Wurm explore depuis une dizaine d'années les domaines de la performance, de la photographie et de la vidéo. Puis ses racines dans le pop, auprès des néo-dadaïstes et du mouvement Fluxus, son £uvre interroge nos valeurs, notre rapport au monde de l'art et au monde en général avec absurdité, loufoquerie et une ironie à la fois grinçante et désespér...

Erwin Wurm est né en 1954 à Bruck an der Mur, en Autriche. Formé à la Kunstakademie de Vienne, section sculpture, il vit et travaille encore actuellement dans la capitale autrichienne. Si la sculpture reste un de ses moyens d'expression favoris, Erwin Wurm explore depuis une dizaine d'années les domaines de la performance, de la photographie et de la vidéo. Puis ses racines dans le pop, auprès des néo-dadaïstes et du mouvement Fluxus, son £uvre interroge nos valeurs, notre rapport au monde de l'art et au monde en général avec absurdité, loufoquerie et une ironie à la fois grinçante et désespérée. Ses One Minute Sculptures, par exemple, sont de courtes performances immortalisées en photo qui questionnent les limites de la raison et l'émergence de la sensation de ridicule : se percher sur un balai, se coucher sur des orangesà Des ruptures de ton dans le ronron du quotidien qui en soulignent la force d'inertie et le conformisme. Erwin Wurm est également connu pour ses sculptures " habillées " - notamment grâce à une collaboration avec la marque de prêt-à-porter Hermès ( voir Le Vif Weekend du 5 septembre 2008). En mêlant vêtements et £uvres d'art, l'artiste s'inscrit au c£ur d'une réflexion post-pop sur l'utilisation des objets intimes et quotidiens dans le champ de l'art contemporain. Desperate Philosophers est la troisième exposition que présente Erwin Wurm à la galerie bruxelloise Xavier Hufkens. L'artiste pose le constat amer de la difficulté de contrôler le monde tel qu'il change : multiple, rapide, insaisissable. " Il est question de la difficulté de maîtriser la vie, peu importe qu'on le fasse à travers la philosophie ou en observant une diète ", avance Erwin Wurm. D'où Pumpkin Head, imposante sculpture en bronze verni représentant un homme à tête de potiron, incarnation rigolote et monstrueuse de la déconfiture psychologique et morale. D'après une idée répandue qui voudrait que les déformations physiques révèlent l'état intérieur, la pièce Goof représente de manière très réaliste un pauvre hère obèse en marbre de Carrare, matièreà lourde de sens dans le domaine de la sculpture. A la suite des £uvres habillées conçues pour Hermès, Erwin Wurm y associe le thème du philosophe désespéré. On croise des hommes incapables de mouvoir leur bras, coincés dans leurs chemises dépourvues de manches. Dans le même ordre d'idées, Gulp, pièce de bronze monumentale représentant une personne qu'on devine suffocante, se trouve prisonnière de son pull-over. Aucun pathos, cependant, l'univers d'Erwin Wurm conserve intacte sa drôlerie désenchantée. Erwin Wurm : Desperate Philosophers, à la galerie Xavier Hufkens, 6-8, rue Saint-Georges, à 1050 Bruxelles. Tél. : 02 639 67 30. www.xavierhufkens.com Jusqu'au 3 décembre prochain. Chaque mois, Le Vif Weekend vous propose un décryptage d'exposition. Parce que l'art contemporain est souvent taxé d'hermétisme, nous vous donnons les clés de lecture pour passer les portes des galeries et apprécier le meilleur de l'art vivant. Baudouin Galler