De Westminster au Tate Modern, monuments historiques et bâtiments ultracontemporains s'entremêlent. Ce contraste a poussé Gaia Trussardi - arrière-petite-fille de Dante et fondateur de la marque éponyme - à quitter Bergame pour la capitale britannique afin d'y étudier la sociologie. " Ce qu'on nous enseignait dans les auditoires était immédiatement perceptible dans les rues, ce qui m'a permis d'aiguiser mon sens de l'observation. "
...

De Westminster au Tate Modern, monuments historiques et bâtiments ultracontemporains s'entremêlent. Ce contraste a poussé Gaia Trussardi - arrière-petite-fille de Dante et fondateur de la marque éponyme - à quitter Bergame pour la capitale britannique afin d'y étudier la sociologie. " Ce qu'on nous enseignait dans les auditoires était immédiatement perceptible dans les rues, ce qui m'a permis d'aiguiser mon sens de l'observation. " En 2013, elle rentre au bercail et reprend les rênes de l'affaire familiale, aidée par son frère Tomaso : elle gère le côté artistique, il s'occupe des finances. Cela ne l'empêche pas de retourner régulièrement dans la métropole anglaise et de s'inspirer de ses découvertes. Si la marque respecte le passé, elle est aussi résolument tournée vers l'avenir. Après une absence de plusieurs saisons, Trussardi Jeans fait son grand come-back cette année. Objectif ? Ouvrir vingt-cinq boutiques de la ligne denim à travers le monde dans les trois ans à venir. Le label a également lancé un nouveau parfum Homme qui se compose de notes d'agrumes rafraîchissantes : Blue Land, dont l'égérie n'est autre que Tomaso. " Nombreuses sont les maisons qui se sont standardisées ces dernières années, souligne Gaia. La crise politique et économique en Italie a ébranlé le marché. Les gens ne dépensent plus de la même façon. Acheter exclusivement des griffes de luxe n'est plus chose courante. Aujourd'hui, on combine aisément un pantalon Zara et une veste en cuir de chez nous. Nous nous sommes adaptés : toutes nos lignes possèdent désormais une identité claire, celle de la famille. "" Quand je suis de passage à Londres, je ne manque pas les sandwichs de chez Pret a manger car on n'en trouve pas en Italie ! Les habitants de la Botte restent très traditionnels en matière de nourriture et les chaînes de restaurants n'ont pas beaucoup de succès chez nous. Je dois avouer que les bars à cafés me manquent aussi. Ici, ce rituel est si différent. Frappuccino, Mocaccino... J'adore autant Starbucks que Caffe Nero ou Coffee Republic. " www.pret.com" Le dimanche, je flâne souvent le long de la Tamise, de la Hayward Gallery au Tate Modern. Il m'arrive de pousser la porte du V&A Museum, du National History Museum ou du Tate mais c'est la Hayward Gallery qui a mes faveurs. Il ne s'agit pas d'un musée abritant une collection permanente mais bien d'une galerie d'art contemporain. Il y a toujours une exposition intéressante à découvrir. J'ai adoré celle sur Ed Ruscha, il y a quelques années. Je suis tombée sous le charme de son travail et lui ai acheté une oeuvre par la suite. L'ambiance y est aussi excellente : on y croise des skaters et on y voit de jolis graffitis. " Southbank Centre, Belvedere Road. www.haywardgallery.org.uk" J'adore me promener au bord du canal entre Camden Lock et Little Venice, dans le quartier d'Abbey Road. La plupart des gens ignorent l'existence de cet endroit. La balade longe des maisons aux jolis jardins. C'est très romantique et cela permet de découvrir le côté résidentiel de la métropole. Deux canaux se rejoignent à Little Venice. On peut boire un verre ou manger un bout sur un bateau ou dans l'un des bars du coin. Je m'arrête généralement à The Bridge House. " The Bridge House, 13, Westbourne Terrace Road. www.thebridgehouselittlevenice.co.uk " A Londres, on trouve des Bed & Breakfast de qualité, comme l'Orange Public House & Hotel, à Sloan Square. Côté hôtels, le Claridge's (photo) est fantastique. J'aime la façon dont cet établissement parvient à rester traditionnel tout en proposant un service actuel. " Orange Public House & Hotel, 37, Pimlico Road. www.theorange.co.uk Claridge's, Brook Street, Mayfair. www.claridges.co.uk " Flâner sur les marchés aux puces est un must à Londres. Portobello Road est idéal si l'on est plutôt branché antiquités, mais il y a aussi Camden Market et Old Spitalfields à Shoreditch (photo). J'aime les pièces vintage et uniques. A Camden, j'ai déniché deux magnifiques fauteuils Gae Aulenti. Ils trônent désormais dans le salon lounge du Palais Trussardi à Milan. Je me demande parfois si ces lieux vont perdurer alors que tout est si accessible via le Net. Quand je voyage, que ce soit à Londres ou ailleurs, je préfère errer et m'imprégner de l'ambiance que de faire du shopping. " www.oldspitalfieldsmarket.com www.camdenmarket.com www.portobelloroad.co.uk " C'est un lieu exceptionnel. J'y achète du fromage bleu Stilton. Rien n'est emballé dans du papier ou du plastique mais dans des pots en céramique. J'aime aussi ses légumes marinés et ses confiseries. Quand je m'y rends, je mange généralement au bar avant d'aller jeter un oeil du côté de Jermyn Street, un quartier réputé pour ses vêtements et accessoires pour hommes. " 181, Piccadilly. www.fortnumandmason.com" La Hoegaarden au fût est ma bière préférée et j'en trouve toujours au pub The Cow. Il s'agit de l'un des premiers gastropubs, réputé pour son poisson, ses fruits de mer et ses steaks. J'adore ce genre d'endroit pour la cuisine locale qui y est servie et les Londoniens pure souche qui s'y rendent. Dans le même genre, il y a aussi The Westbourne (photo). La scène underground britannique s'y retrouvait beaucoup avant. Pendant mes études, je croisais souvent Noel Gallagher au Rat & Parrot. Le lieu est surtout fréquenté par des musiciens d'un âge certain, qui viennent jouer en live. " The Cow, 89, Westbourne Park Road. www.thecowlondon.co.uk The Westbourne, 101, Westbourne Park Villas. www.thewestbourne.com PAR ELLEN DE WOLF ET DELPHINE STEFENS