Lorsque l'on pénètre dans le parc qui entoure la superbe villa d'Eric et de Nadine Torrekens, on a vraiment l'impression d'avoir franchi la Manche et de se retrouver dans la propriété de famille d'un lord anglais. Le long des allées recouvertes de dolomie, des buissons touffus et des arbres centenaires protègent le domaine des regards indiscrets. Après avoir grimpé les quelques marches du perron et franchi la porte d'entrée, il suffit de découvrir la décoration du spacieux hall d'entrée, aménagé en coin salon, pour comprendre que l'on va visiter un lieu d'exception.
...

Lorsque l'on pénètre dans le parc qui entoure la superbe villa d'Eric et de Nadine Torrekens, on a vraiment l'impression d'avoir franchi la Manche et de se retrouver dans la propriété de famille d'un lord anglais. Le long des allées recouvertes de dolomie, des buissons touffus et des arbres centenaires protègent le domaine des regards indiscrets. Après avoir grimpé les quelques marches du perron et franchi la porte d'entrée, il suffit de découvrir la décoration du spacieux hall d'entrée, aménagé en coin salon, pour comprendre que l'on va visiter un lieu d'exception. "A l'époque où j'ai acheté cette maison, voici une dizaine d'années, je ne cherchais pas spécialement ce genre de villa, précise d'emblée Eric Torrekens. Lorsque j'ai vu qu'elle était à vendre, je l'ai visitée par simple curiosité. Elle me semblait immense et était dans un état déplorable. Avant d'être mise en vente, elle appartenait à une vieille dame qui vivait seule et n'était plus capable de l'entretenir correctement. Les marches du perron s'effondraient, l'électricité, la plomberie, le chauffage et le toit étaient entièrement à refaire! Pourtant, les murs épais, les châssis en chêne massif, les parquets à chevrons et les plafonds lambrissés m'ont ému. Cette maison avait vraiment une âme".Déjà propriétaire de plusieurs immeubles, Eric Torrekens n'est pas trop impressionné par l'ampleur des travaux de rénovation. En outre, fort de ses expériences précédentes et d'un carnet d'adresses riche en corps de métier, il lui suffira de deux ans pour rendre la maison habitable. Question décoration, le maître des lieux n'hésite pas un seul instant. Sa nouvelle demeure constituera le cadre idéal pour sa collection de meubles et d'objets Art déco, une passion qu'il entretient depuis de nombreuses années. Dans le hall d'entrée, les murs peints en vert céladon et lambrissés de panneaux en bois vernis s'accordent à merveille avec un élégant divan en cuir fauve assorti de deux fauteuils aux accoudoirs joliment galbés. Contre le mur du fond, un magnifique juke-box brille de tous ses feux. Sur la table basse, un superbe cendrier Cohiba évoque la magie de Cuba et l'univers très fermé des cercles de fumeurs de havanes. Sur la droite, une double porte vitrée mène vers le séjour composé de trois pièces en enfilade donnant sur le jardin, la piscine et le terrain de tennis. Au centre, la salle à manger accueille une somptueuse table ronde en bois poli entourée de quatre chaises revêtues d'un tissu imitation léopard. "J'ai trouvé cette étoffe dans un magasin situé près du Triangle, à Bruxelles, confie le maître des lieux. Elle s'harmonise parfaitement à l'atmosphère de la maison tout en apportant une petite touche originale et personnelle. Je n'ai d'ailleurs pas hésité à l'utiliser avec d'autres motifs pour réaliser le couvre-lit de notre chambre et les coussins posés sur le canapé en cuir du second salon". Dans le fond de la pièce, à droite, un imposant bar en bois de macassar vernis masque en partie une vitrine d'époque qui abrite une impressionnante collection de bouteilles et d'objets. C'est ici que Nadine et Eric Torrekens prennent le temps de savourer un cocktail en compagnie de leurs invités, confortablement installés dans de très élégants canapés revêtus de velours rouge rubis et d'un amusant tissu imprimé peau de zèbre. Sur les murs, une série de reproductions de tableaux de Gustav Klimt sont du plus bel effet. A l'opposé du hall d'entrée, une seconde salle à manger aux murs jaunes et au plafond recouvert de bois communique avec la cuisine. Au-dessus du manteau de l'imposante cheminée en marbre rose, Eric Torrekens a suspendu une copie d'une toile de Gustav Klimt qu'il a fait réaliser en Asie, lors de l'un de ses voyages. L'éclairage, d'une grande douceur est assuré par une splendide suspension Art déco chinée chez un antiquaire. Dans un souci de confort et de commodité, la cuisine, elle, a été aménagée dans un esprit beaucoup plus contemporain. Très épurés, les meubles en bois clair dégagent un maximum d'espace. Une table bistrot en marbre blanc et des chaises en aluminium accueillent les repas pris sur le pouce. Au-dessus du plan de travail, une collection de bouteilles en verre bleu et un superbe plâtre publicitaire Banania font un petit clin d'oeil aux gourmandises d'antan.Au premier étage, un vaste hall a été aménagé comme pièce de loisir. Deux confortables canapés club en velours noir gansé de havane y sont installés face à un écran de télévision géant. Dans la chambre des parents, une élégante coiffeuse accueille une jolie collection de flacons de parfum. Le lit a été fait sur mesure, afin qu'il puisse s'intégrer parfaitement aux dimensions de la pièce tout en respectant fidèlement le style Art déco. Derrière les oreillers, de discrètes étagères permettent d'exposer quelques sculptures en bronze et un fascinant guépard en bois sculpté, ramené du Sénégal.En ne ménageant ni ses efforts ni son énergie, Eric Torrekens est parvenu à donner un petit supplément d' âme à sa maison en la meublant avec un goût très sûr. En outre, il a réussi à la rendre très agréable à vivre sans toutefois la transformer en musée.Serge Lvoff, Photos Mireille Crasson [{ssquf}],