LES FARDS MÉTALLISÉS

A la paupière pailletée de reflets d'or, de cuivre ou d'argent, star récurrente des podiums spottée chez Tadashi Shoji, Alice Temperley ou Rodarte, répondent des aplats graphiques de fards métallisés, le plus souvent liquides - on les retrouve dans un large éventail de nuances chez Dior (photo), Giorgio Armani et Yves Saint Laurent, entre autres - appliqués avec la tranche de l'embout mousse en une ou plusieurs couches pour varier l'intensité. Travaillés avec la pointe, ils sont également utilisés comme liners pour apporter un supplément de lumière dans un smoky. " Il suffit d'un coup de pinceau pour vernir la paupière d'un écran de lumière ", explique Peter Philips, directeur de la création et de l'image du maquillage Dior. Les ombres poudres ont aussi des accents scintillants - chez Givenchy, une nouvelle formule baptisée Métal Aquarelle renferme même des nacres à base d'alumin...

A la paupière pailletée de reflets d'or, de cuivre ou d'argent, star récurrente des podiums spottée chez Tadashi Shoji, Alice Temperley ou Rodarte, répondent des aplats graphiques de fards métallisés, le plus souvent liquides - on les retrouve dans un large éventail de nuances chez Dior (photo), Giorgio Armani et Yves Saint Laurent, entre autres - appliqués avec la tranche de l'embout mousse en une ou plusieurs couches pour varier l'intensité. Travaillés avec la pointe, ils sont également utilisés comme liners pour apporter un supplément de lumière dans un smoky. " Il suffit d'un coup de pinceau pour vernir la paupière d'un écran de lumière ", explique Peter Philips, directeur de la création et de l'image du maquillage Dior. Les ombres poudres ont aussi des accents scintillants - chez Givenchy, une nouvelle formule baptisée Métal Aquarelle renferme même des nacres à base d'aluminium encapsulées dans une fine couche de silice pour garantir tenue et couvrance - histoire d'apporter ce qu'il faut de glow au regard. Chez Clarins comme chez Terry de Gunzburg, Shiseido ou H&M Beauty, le regard prend les tons mordorés de la nature, à l'automne. Tout un éventail de bruns, jaunes, prunes et kakis se fond délicatement sur la paupière pour mieux réinventer un smoky de saison. Chez Chanel, la palette collector, frappée du croisillon signature des vitraux cisterciens qui, dit-on, aurait inspiré le double C emblématique de la maison, mêle des textures mates et satinées permettant de créer une infinité d'accords. Les couleurs claires que l'on peut poser à l'angle intérieur de l'oeil - voire même sur la paupière fixe pour l'agrandir si elle est trop étroite - apporteront de la lumière, les nuances les plus sombres se travaillant plutôt à la racine du cil ou dans le creux extérieur de la paupière mobile. Le bon geste ? Commencer par tapoter le pinceau sur le haut de la main pour éviter de mettre trop de pigments d'un seul coup. Estomper ensuite avec un pinceau vierge de poudre. Audacieux, le rouge brique que l'on retrouve dans certaines collections se dépose en toute légèreté sur la paupière mobile, complété d'un trait de crayon ou de liner dans une autre nuance, étalée ensuite au pinceau. La mode du contouring est passée par là. Toutefois il n'est plus question de se redessiner le visage à la Kim Kardashian en traquant les jeux d'ombre et de lumière. C'est un effet " retour de balade au grand air ", vu entre autres chez Dsquared2 (photo), Moschino et Chloé, qui est recherché grâce à ces blushs hyper pigmentés qui vous pimpent les joues : tout est dans le dosage mais l'idée est que cela se voie. Côté texture, il y a du choix entre les poudres classiques, les sticks nomades, les crèmes et les gels à mémoire de forme qui s'appliquent au doigt pour se fondre sur la peau. La couleur peut faire peur mais bien jouée, elle reste l'un des plus fabuleux atouts du regard. Le bon moyen d'oser sans en faire trop, c'est de miser sur un mascara de couleur couplé avec un trait ton sur ton dessiné à l'aide d'un liner, d'un crayon ou d'un kajal bien pigmenté, ou au contraire de porter sur les paupières un duo contrasté. Dans la foulée de la reformulation du mythique Diorshow de Dior désormais proposé en noir, mauve, bleu et brun, Lancôme déclinera cette saison sa brosse col de cygne révolutionnaire dans quatre nouveaux coloris aussi vibrants que désirables.Transparent, lumineux, le teint parfait n'admet plus la lourdeur des textures couvrantes et se veut aussi naturel que possible. Un tour de force qui passe par des formules légères et correctrices à la fois - le soin hybride Crema Nuda de Giorgio Armani qui hydrate tout en apportant de l'éclat grâce à ses pigments flouteurs en est le parfait exemple - et le recours à une nouvelle génération de bases et de primers qui ont le talent de se faire oublier. Ainsi, le baume effet blur de Givenchy diffuse des particules photoluminescentes capables de désaturer le teint gris. Polyvalent, le dernier 2-en-1 Fix It de Dior gomme les pores, comble les ridules, estompe les cernes et lisse les stries des lèvres. Yves Saint Laurent Beauté propose désormais dans la famille Touche Eclat deux outils à modulation variable qui permettent des retouches instantanées. Quant à la marque californienne Urban Decay, disponible en Belgique depuis peu, elle pense par ailleurs à l'après-maquillage grâce à ses sprays fixants qui empêchent le make-up de filer. Le tout sans coller.PAR ISABELLE WILLOT