Inutile de ressasser les mêmes salades : oui, l'homme du xxie siècle est et restera un homo digitalus doté d'armes implacables dont la puissance technologique lui permettra d'être constamment accessible, nomade et informé en temps réel. D'ailleurs, on aurait presque honte de s'étendre encore sur le sujet tant tout a déjà été écrit sur cette nouvelle génération de bipèdes dont le " téléphone portable / GPS / agenda / appareil photo / baladeur numérique et bientôt écran de télé pour tous " devient l'unique outil de référence sociologique.
...

Inutile de ressasser les mêmes salades : oui, l'homme du xxie siècle est et restera un homo digitalus doté d'armes implacables dont la puissance technologique lui permettra d'être constamment accessible, nomade et informé en temps réel. D'ailleurs, on aurait presque honte de s'étendre encore sur le sujet tant tout a déjà été écrit sur cette nouvelle génération de bipèdes dont le " téléphone portable / GPS / agenda / appareil photo / baladeur numérique et bientôt écran de télé pour tous " devient l'unique outil de référence sociologique. En revanche, il est intéressant de constater que l'environnement de cet homo digitalus évolue en conséquence. Et là, il y a du neuf pour les " technomades " que nous sommes en train de devenir. Prenez l'aéroport néerlandais de Schiphol, par exemple : qui aurait cru, il y a un an à peine, qu'il existerait désormais, dans ce genre d'espace public, des boutiques de " contenu digital " à disposition des voyageurs curieux, perdues entre les magasins de vêtements et les produits hors taxes ? Et pourtant, l'enseigne " Fuel for travel " propose aujourd'hui ce type de service où chacun peut facilement downloader de la musique, des films, des séries télé, des guides de voyage ou encore des livres audio sur son lecteur MP3, son ordinateur ou son téléphone portable à partir de bornes interactives ( www.fuelfortravel.com). Utile, rapide, sympa. Pareil pour ces nouveaux endroits au Canada où le travail et le plaisir se fondent dorénavant dans le même espace, pour le meilleur... et le meilleur. Ainsi, au " Coffee Office " de Windsor, dans l'Ontario, les " technomades " ne doivent plus se torturer avant de savoir s'ils vont opter pour un lunch et un café de qualité ou pour une salle de réunion isolée dans laquelle ils pourront bénéficier, entre autres, d'une connexion sans fil ( www.thecoffeeoffice.com). Là-bas, les businessmen mobiles jouissent en effet d'une infrastructure high-tech idéalement diluée dans un environnement cosy et glamour. Avec massages en prime, s'il vous plaît. Bref, une fusion des genres qui reflète parfaitement les nouvelles envies induites par ce nomadisme inédit des années 2000 où l'homo digitalus intègre, avec sérénité, lifestyle et impératifs professionnels. Isolés parmi de nombreux autres exemples, ces deux initiatives singulières illustrent bien l'évolution du paysage urbain autour de cette race d'hommes en perpétuel mouvement. Une race de " technomades " qu'il faut séduire avec des produits inédits et/ou des démarches originales. Comme ces boutiques ou ces " cinémas " mobiles qui n'attendent plus le chaland mais créent une dynamique particulière en allant à la rencontre de l'insaisissable client. Qualifiées de commerces " pop up " en référence aux fenêtres du Web qui s'ouvrent ici et là sur les sites commerciaux, ces vitrines d'un genre nouveau visent essentiellement cette niche exigeante, friande de shopping décoiffant et de divertissements audacieux. En guise d'exemples significatifs, citons, entre autres, la boutique-container branchée " Venue VBox " qui émerge ici et là sur différents continents avec des marques aussi pointues que Raf Simons ou Alexander McQueen ( www.venue.com.sg) et aussi cette nouvelle formule américaine de drive-in sauvage qui consiste à projeter des films au départ de voitures itinérantes dans des endroits trop cooooool en prévenant les amateurs du genre par e-mail ou par SMS ( www.guerilladrivein.com et http://mobmov.org). Idéal pour des " technomades " en mal de sensations fortes ! Bien entourés, ceux-ci devront dès lors redoubler d'efforts pour étonner eux-mêmes leur bien-aimée et, éventuellement, sceller leur union. Pas de panique car, là aussi, la génération mobile dispose depuis peu d'une autre arme imparable : à l'aéroport de Schiphol (encore et toujours), il existe désormais des formules spéciales " Say yes and go ! " (" Dites oui et partez ! ") où les nomades les plus fous peuvent se marier rapidement sur place, histoire de s'envoler directement à l'autre bout du monde pour leur voyage de noces ( www.schipholweddings.nl). Sans leur " téléphone portable / GPS / agenda / appareil photo / baladeur numérique et bientôt écran de télé pour tous " ? Ça, ça m'étonnerait. Frédéric Brébant