Gibraltar tire son prestige de sa double identité. C'est, à la fois, un monde replié sur son rocher et le célèbre détroit qui sépare la Méditerranée de l'Atlantique. Marguerite Duras en fit un roman, James Bond un lieu de tournage et les Britanniques l'ont transformé en un haut lieu de la finance off-shore et du jeu en ligne. Découverte en sept étapes de ce lieu ambigu, excentrique et vintage.
...

Gibraltar tire son prestige de sa double identité. C'est, à la fois, un monde replié sur son rocher et le célèbre détroit qui sépare la Méditerranée de l'Atlantique. Marguerite Duras en fit un roman, James Bond un lieu de tournage et les Britanniques l'ont transformé en un haut lieu de la finance off-shore et du jeu en ligne. Découverte en sept étapes de ce lieu ambigu, excentrique et vintage. Droit devant, les côtes du Maroc distantes de 23 kilomètres et le fameux détroit. Si le coeur vous en dit, prenez le ferry qui mène, en moins de deux heures et tous les vendredis soir, de Gibraltar à Tanger. Le promontoire aussi symbolique que stratégique, longtemps flanqué d'un phare et d'une grande mosquée, vient d'être réaménagé en lieu de promenade - un café y ouvre au printemps, et un restaurant l'an prochain. Après avoir admiré le panorama, redescendre les 426 mètres à pied pour rencontrer les macaques berbères qui font la gloire de l'îlot. Ce sont les seuls singes d'Europe vivant en liberté. Une légende raconte que, s'ils venaient à disparaître, le royaume britannique perdrait Gibraltar. Ici, on ne plaisante pas avec les superstitions : Winston Churchill, au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale, en fit venir quelques dizaines du Maroc pour renforcer les effectifs clairsemés. Comme John Lennon et Yoko Ono en 1969, ou Sean Connery à deux reprises, bien des couples convolent ici chaque année en toute discrétion. Plus proche que Hawaii ou Las Vegas, Gibraltar n'exige qu'une pièce d'identité et deux témoins. Puis vous êtes libres d'échanger vos voeux dans le cadre bucolique des jardins botaniques, de privatiser une ancienne résidence coloniale (The Mount) ou la Mons Calpe Suite, au sommet du funiculaire, avec vue à 360 degrés sur le détroit. www.gibraltar.gov.uk Truffé de galeries destinées à résister aux tentatives espagnoles de reconquête (les plus célèbres sont celles datant de la Seconde Guerre mondiale, véritable forteresse intérieure), le Rocher abrite aussi des grottes extraordinaires. La plus belle : celle de Saint-Michel, cathédrale grandiose de stalactites et stalagmites, transformée en salle de concert. Juste en dessous, " the lower cave "offre aux aventureux les coulisses de la Terre. Deux heures d'exploration spéléo, avec descente en rappel : un must pour les amateurs de sensations fortes (réservation auprès de l'office de tourisme). La cérémonie se déroule plusieurs fois par jour, comme à Buckingham. Postez-vous sur la terrasse du pub The Angry Friar (le moine en colère), à quelques mètres de la maison du gouverneur, appointé par la Couronne britannique depuis 1831. La jolie bâtisse de brique, un ancien couvent datant du XVe siècle, est au coeur de la vieille ville, tout près de Main Street. Cette belle rue piétonne aligne bâtiments victoriens, demeures serties de moucharabiehs et joailleries tenues par des Indiens : l'histoire du peuplement multiculturel de Gibraltar en images. Traquez les amphores et poteries laissées par les premiers conquérants de Gibraltar, dont certaines datent des Phéniciens. Les fonds marins abritent aussi de belles épaves - une goélette du XIXe, un navire qui a sombré en 1916. Et une foultitude de gorgones, anémones, et surtout des dauphins (qu'on peut aussi aller observer en bateau). Terminez la balade par un bain de soleil sur la jolie petite plage de Catalan. www.divegib.gi Marguerite Duras aurait adoré Con Dios, le petit yacht de Jill et John, babas cool et nomades. Dans cette maison d'hôte flottante, réservez la State Room, seule chambre double du bateau. En face, les tables ensoleillées de chez Bianca's où prendre son english breakfast, et un toit-terrasse pour siroter son gin-tonic dans le cliquetis des mâts de la marina. Seul bémol, les douches sont sur le quai (très clean, et gratuites). Un choix original, plutôt que les hôtels de la ville, vieillots et un peu chers. www.condios.co.uk PAR NATHALIE CHAHINE