10H

Se piquer de curiosités chez Michel Klein
...

Se piquer de curiosités chez Michel KleinDans cette boutique-appartement aux couleurs de ses passions, le créateur expose son univers intime : ses créations - homme, femme et enfants - et une sélection d'objets éclectiques et insolites - une huile d'olive espagnole rare, des bijoux en or et verre de Murano, des fauteuils façon Mad Men chinés aux puces... Et aussi son parfum, créé en collaboration avec la surdouée Olivia Giacobetti. 9, rue Jacob (VIe). Tél. : +33 1 42 81 31 10. S'offrir un sac culte chez Tila MarchFer de lance du néo-BCBG parisien, son sac Zelig fait tourner la tête des Japonaises avec ses jeux hypnotiques de couleurs et de ganses. Pas étonnant que Tamara Taichman, ex-styliste de Elle, ait choisi le charme discret de Saint-Germain pour y loger sa première boutique avec son complice Nicolas Berdugo. Murs blancs et bois clair, le décor colle pile-poil à l'esprit de cette marque d'accessoires très buzzy depuis sa création, en 2006. 24, rue Saint-Sulpice (VIe). Tél. : +33 1 43 26 69 20. S'enivrer du parfum de NapoléonÀ deux pas de l'Opéra, Jovoy, fameux parfumeur des Années folles, vient d'ouvrir un magasin pas comme les autres. Outre les fragrances à sa griffe, on y déniche une dizaine de maisons rares, tels Grossmith, fournisseur de la cour royale d'Angleterre au XIXe siècle, Rancé, autrefois parfumeur préféré de Napoléon, ou l'avant-gardiste designer japonais Masaki Matsushima, qui propose ici ses flacons d'eau de parfum en exclusivité (à partir de 49 euros). 29, rue Danielle-Casanova (Ier). Tél. : +33 1 40 20 06 19. Manger japonais branchéDe l'union de Lionel Bensemoun (l'associé d'André) et de Jean-Marie Tassy (fondateur du festival de musique électro Calvi on the rocks) devait naître Phantom of Paradise, un cabaret rock. Faute d'autorisation, ce sera finalement une cantine à tendance nipponne aux airs de cafétéria déglingue, devenue le nouveau QG bobocratique. Dans sa cuisine ouverte, Kaori Endo (ex-Rose Bakery) bricole bio et bon : bento veggie, pizzas briochées, tartes et cakes... à prix mini. 15-20 euros. Nanashi, 31, rue de Paradis (Xe). Tél. : +33 1 40 22 05 55. Opter pour le chic racé d'Avril GauCette star de l'accessoire, passée par Chanel avant de lancer sa propre griffe en 2002, vient d'ouvrir un boudoir sur deux étages où l'on trouve sa collection de chaussures et de sacs, inspirés par les films français des années 60 et 70. Et bien sûr sa besace culte. Toutes ses créations sont confectionnées par des artisans français dans des cuirs d'une qualité exceptionnelle. 17, rue des Quatre-Vents (VIe). S'embijouter jeune créateurC'est un peu l'anti-place Vendôme. Avec son ambiance cosy et chaleureuse, White Bird désacralise le bijou précieux. Imaginée par Stéphanie Roger (vingt ans passés chez les joailliers Cartier, Chaumet, Dinh Van...), cette galerie met à l'honneur une dizaine de créatrices internationales méconnues en France, telles Lia Di Gregorio et ses bracelets cousus de fil d'or, Cathy Waterman et ses bagues romantiques ou encore Jacqueline Rabun, Pippa Small... 38, rue du Mont-Thabor (Ier). Tél. : +33 1 58 62 25 86.S'acheter des violettes chez HermèsÀ peine entré dans la première boutique Rive gauche du sellier, on est saisi par la poésie de l'espace de Baptiste Pitou, fleuriste aux goûts champêtres. Sur une table en bois, des tulipes odorantes, des Mona Lisa (grosses anémones) et des branches couvertes de lichen sont disposées dans des vases élégants. Une invitation délicate à pénétrer dans ce magasin somptueux, à l'emplacement de l'ancienne piscine du Lutetia. 17, rue de Sèvres (VIe ). Tél. : +33 1 42 22 81 74. Succomber aux cocktails du Café CarmenDepuis quelques semaines, le Tout-Paris danse sous les dorures de l'hôtel particulier de Georges Bizet, classé Monument historique. Repris par la bande de la Clique et John Whelan (ex du Pompon), ce lieu d'exception relooké par Antoine Platteau, célèbre décorateur de cinéma, enchaîne les soirées branchées, entre tentures chatoyantes et colonnes impériales. Cocktails à partir de 10 euros. 22, rue de Douai (IXe). Tél. : +33 1 45 26 50 00. Dîner dans un écrin de marbreLe Dauphin, l'adresse bis du Chateaubriand voisin, n'est pas un duplicata. Capsule de marbre et miroirs signés de l'architecte star Rem Koolhaas, le décor donne le tournis. Inaki Aizpitarte donne cette fois dans le tapas chicos : petites portions de charcuteries ibériques, terrine de colvert et foie gras, tapioca à l'huître et boudin noir... Dans les verres, le best of des vins nature. De 6 à 15 euros l'assiette. 131, avenue Parmentier (XIe). Tél. : +33 1 55 28 78 88. Savourer le panorama du Shangri-LaEt si la plus belle vue sur la tour Eiffel se trouvait désormais dans ce nouveau 5-étoiles ? Tout un symbole : ce fleuron de l'hôtellerie asiatique vient d'ouvrir ses portes dans un hôtel particulier Directoire du XVIe arrondissement. Un vent d'Orient réchauffe les beaux quartiers, d'abord à la Bauhinia, le restaurant qui installe sa gastronomie " fusion " sous la coupole d'acier d'esprit Eiffel, et surtout dans les trois salons du bar. Aux commandes des shakers, une pointure qui fait déjà buzzer le lieu : Christophe Léger, ex du bar Hemingway au Ritz. 10, avenue d'Iéna (XVIe). Tél. : +33 1 53 67 19 98. DOSSIER RÉALISÉ PAR SYLVIE WOLFF (AVEC C.B., C.C., N.C., G.C., P.G., F.-R.G., E.M., L.P., K.P., A.-