" D etto Molière sera un spectacle festif, s'anime Alain Eloy, yeux pétillants de passion et d'enthousiasme. Tout sera mis en place pour que ce soit une vraie fête de théâtre. " Daniel Cordova, directeur artistique du Centre dramatique au sein du manège.mons, a eu l'idée de mêler Molière et Marco Martinelli. La marque de fabrique du metteur en scène italien ? Créer des lieux de partage et de dialogue entre le théâtre, les jeunes et la société civile. La " super production " réunira donc des étudiants du Conservatoire royal de Mons et du Centre des Arts scéniques, quinze adolescents " non acteurs absolus ", des musiciens et des acteurs italiens. Jean-Claude Derudder, Alain Eloy et son fils Hippolyte tiendront les rôles principaux. ...

" D etto Molière sera un spectacle festif, s'anime Alain Eloy, yeux pétillants de passion et d'enthousiasme. Tout sera mis en place pour que ce soit une vraie fête de théâtre. " Daniel Cordova, directeur artistique du Centre dramatique au sein du manège.mons, a eu l'idée de mêler Molière et Marco Martinelli. La marque de fabrique du metteur en scène italien ? Créer des lieux de partage et de dialogue entre le théâtre, les jeunes et la société civile. La " super production " réunira donc des étudiants du Conservatoire royal de Mons et du Centre des Arts scéniques, quinze adolescents " non acteurs absolus ", des musiciens et des acteurs italiens. Jean-Claude Derudder, Alain Eloy et son fils Hippolyte tiendront les rôles principaux. Le propos du spectacle - l'initiation au théâtre de Jean-Baptiste Poquelin (Molière) par son grand-père Louis Cressé, un sympathique vieillard " fou " de théâtre et de danse - n'est pas de verser dans la nostalgie. On bousculera la conception classique pour donner naissance à des ambiances très contemporaines peuplées de jeux vidéo et de combats de catch. Tout ce beau monde dégagera une formidable énergie qui compensera le manque d'expérience de certains comédiens. L'enfance d'Alain Eloy se passe du côté de Liège, dans une famille ouvrière. Père peintre en bâtiment, mère femme au foyer. A la maison, la culture est absente, l'amour, en revanche, très présent. " J'étais un très, très mauvais élève, totalement inadapté au système scolaire. " Heureusement, maman voit juste et le pousse à suivre des cours de chant et de théâtre à l'Académie Grétry. " Quand je suis sorti de là, je me suis renseigné, en bon fils d'ouvrier, sur l'école la plus difficile. Je me suis dit : si on y réussit, on n'est pas nul. "La suite le confirmera : Alain Eloy termine l'Insas (l'Institut national supérieur des Arts du spectacle et des techniques de diffusion), à Bruxelles, et commence tout de suite à travailler. Son parcours est lié à celui de Michel Delaunoy, son pote de toujours. Le directeur artistique du Rideau de Bruxelles l'embarque dans ses mises en scène, en lui confiant les premiers rôles. Le débutant a la cote, on vient le chercher de partout. Il joue Shakespeare, Marivaux, Musset, des auteurs contemporains aussià en se partageant, parfois, entre trois spectacles dans trois villes différentes. Il bosse comme un fou, éternel insatisfait, jamais contentà Heureusement que sa mère est là pour calmer les inquiétudes, dissiper les doutes, émettre, parfois, une petite critique. Dont il tient compte. " Quand je vois un soupçon d'orgueil dans son £il, alors, là, je suis vraiment fier. Quand j'ai joué Pelléas au Théâtre National, maman m'a dit que c'était bienà mais elle trouvait que je n'étais pas assez amoureux de Mélisande. Cette remarque m'a extrêmement touché. "L'autre passion d'Alain Eloy, c'est la musique. Il écrit et chante depuis l'âge de 14 ans. Puis le théâtre a pris le dessus. Chassez le naturel, il revient au galopà A 40 ans, il renoue avec la chanson, sans quitter les planches. Le grand écart lui va bien. Son groupe Oxymore (le terme signifie une confrontation entre deux mots opposés, par exemple " soleil glacé ") voit le jour en février 2008. Sur scène, ils sont six : la chanteuse Muriel Legrand, quatre musiciens et lui. " J'écris mes états d'âme et ceux de la femme, en essayant de me mettre à sa place. L'homme est excessif et désordonné, elle est plus calme et plus sereine. Je parle des rencontres et de la vie à deux. Je voudrais que les gens s'aiment un peu plus. Je crois qu'on y arrive ! "Detto Molière, mise en scène de Marco Martinelli, du 9 au 14 février prochain, au Théâtre Le Manège, à Mons. www.lemanege.comBarbara Witkowska Je voudrais que les gens s'aiment un peu plus. Je crois qu'on y arrive !