"Cet appartement n'est pas un simple triplex. Il a été aménagé au sommet d'un haut bâtiment, sur trois niveaux, et tout a été vraiment pensé comme s'il s'agissait d'une maison particulière... " C'est en ces termes que l'architecte Bernard Khoury - un des plus renommés de Beyrouth - parle de son habitation, achevée en 2013 et où il s'est installé depuis, avec son épouse Nathalie et leurs enfants. " Le logement est situé dans le quartier de Mathaf, sur la route de Damas, poursuit-il. Il correspond à ce qu'on appelait, pendant la guerre civile (NDLR : qui a duré de 1975-1990), la " ligne verte ", soit une terre de combat et de démarcation entre Beyrouth Est et Ouest. On lui avait donné ce nom parce que les ronces avaient envahi les ruines... " Aujourd'hui, l'endroit a bien changé et c'est ici, dans ce territoire autrefois chaotique et désormais en perpétuel c...

"Cet appartement n'est pas un simple triplex. Il a été aménagé au sommet d'un haut bâtiment, sur trois niveaux, et tout a été vraiment pensé comme s'il s'agissait d'une maison particulière... " C'est en ces termes que l'architecte Bernard Khoury - un des plus renommés de Beyrouth - parle de son habitation, achevée en 2013 et où il s'est installé depuis, avec son épouse Nathalie et leurs enfants. " Le logement est situé dans le quartier de Mathaf, sur la route de Damas, poursuit-il. Il correspond à ce qu'on appelait, pendant la guerre civile (NDLR : qui a duré de 1975-1990), la " ligne verte ", soit une terre de combat et de démarcation entre Beyrouth Est et Ouest. On lui avait donné ce nom parce que les ronces avaient envahi les ruines... " Aujourd'hui, l'endroit a bien changé et c'est ici, dans ce territoire autrefois chaotique et désormais en perpétuel chantier, tourné vers la cité mais bénéficiant en trame de fond des montagnes, qu'a vu le jour une des résidences les plus audacieuses de la métropole. Au premier niveau de cette demeure, on découvre la zone de réception, immense - 12 m de largeur et 6 m de hauteur - et entièrement ouverte. Comprenant un coin salon et une salle à manger, elle est baignée d'une lumière impressionnante grâce à une vaste baie sur toute la hauteur. Quand on arrive, sans la moindre transition, en sortant de l'ascenseur, on est forcément bluffé par la vue. Cet étage accueille également une cuisine et la chambre principale. Le niveau de la mezzanine comporte, lui, deux chambres supplémentaires, ainsi qu'une passerelle avec garde-corps vitrés qui permet d'accéder aux bibliothèques placées de part et d'autre du volume. La grande fenêtre, qui inonde littéralement l'endroit de soleil, est également longée par un fin pont en métal d'où l'on a le sentiment de dominer le paysage urbain des alentours. Au sommet de ce logement, on trouve enfin la terrasse et la piscine, ainsi qu'un studio pour les amis et des chambres pour les domestiques. L'espace extérieur, au bord de l'eau, est éclairé par deux puissantes antennes qui permettent de jouir de l'endroit toute la nuit durant. Un avantage bien appréciable, l'été, par temps de fortes chaleurs. Ces deux bras noirs, métalliques, tendus vers le ciel, donnent à la silhouette du bâtiment une allure particulière. Sur le plan architectural, l'aspect le plus étonnant de cette grande demeure - environ 400 m2, auxquels s'ajoutent 200 m2 en toiture - est le spectaculaire séjour, fructueuse association de métal - l'ossature de la bâtisse -, de bois - au sol, sur les murs, dans les hautes bibliothèques - et de verre pour l'immense percement qui permet d'admirer la ville... Avec un élément insolite : le plafond, partie souvent délaissée dans les grands projets contemporains. Bernard Khoury a choisi, plutôt que de dissimuler tout ce qui passait par là, de le mettre en valeur. C'est ainsi qu'il a conçu une énorme structure peinte en noir, qui pour l'essentiel abrite le système de climatisation. " Le résultat fait penser à une forme abstraite et non conventionnelle débarquant d'une autre planète et flottant par-dessus tout, observe le maître des lieux. Néanmoins, le matériau - du plâtre traditionnel - confère à cet élément un air artisanal. " Pour meubler cet appartement pur luxe, Nathalie et Bernard se sont fiés à leurs goûts pour le mobilier contemporain. On repère ainsi un certain nombre de pièces qu'on peut désormais classer parmi les classiques du design, éditées par les plus grandes maisons : il y a notamment un banc de Knoll, une lampe des frères Castiglioni (Flos), des sièges de Hans Wegner ou de Finn Juhl, un canapé de Piero Lissoni (Living Divani)... Dans le domaine des meubles, comme dans celui des oeuvres d'art, on trouve également chez eux pas mal de productions locales. Le séjour s'enorgueillit, par exemple, d'une spectaculaire table basse de Karen Chekerdjian, constituée d'une seule feuille d'aluminium pliée à la manière d'un avion en papier. Au-dessus d'elle, est suspendue une balançoire en cuir de Karim Chaya. On trouve encore des céramiques de Nathalie Khayat et des sculptures de la styliste Milia M. Un écrin innovant et d'une richesse incroyable, en balcon sur le pays du Cèdre, pour mettre en valeur les créateurs libanais... www.bernardkhoury.comPAR LUXPRODUCTIONS, TEXTE : ROBERT COLONNA D'ISTRIA