Un styliste peut dessiner, couper ou assembler la plus belle des robes, son chef-d'oeuvre n'accèdera au statut de légende que si un grand professionnel parvient à capturer l'image qui restera dans toutes les mémoires et deviendra ainsi une icône. La griffe Dior a, dès ses débuts, apprécié à sa juste valeur la puissance de ces clichés. Dovima et les Eléphants, une photo prise en 1955 par Richard Avedon, est à ce titre emblématique. Tous les éléments - Dovima, le modèle le plus réputé et le mieux payé de l'époque, la première robe de soirée dessinée par Yves Saint Laurent, alors assistan...

Un styliste peut dessiner, couper ou assembler la plus belle des robes, son chef-d'oeuvre n'accèdera au statut de légende que si un grand professionnel parvient à capturer l'image qui restera dans toutes les mémoires et deviendra ainsi une icône. La griffe Dior a, dès ses débuts, apprécié à sa juste valeur la puissance de ces clichés. Dovima et les Eléphants, une photo prise en 1955 par Richard Avedon, est à ce titre emblématique. Tous les éléments - Dovima, le modèle le plus réputé et le mieux payé de l'époque, la première robe de soirée dessinée par Yves Saint Laurent, alors assistant chez Dior, les trois pachydermes qui renâclent à poser - se fondent en un tableau qui représente l'esprit même de la photo de mode, ce concentré d'élégance et d'esthétisme non conventionnels. C'est donc tout naturellement que Christian Dior a toujours entretenu des liens étroits avec les photographes de mode, allant jusqu'à signer l'avant-propos du livre The Glass of Fashion où Cecil Beaton présente ses sources d'inspiration stylistiques. Dans les années 50, le créateur a donné carte blanche à Mark Shaw, photographe chez Life, pour suivre la maison durant toute une décennie, une collaboration qui allait déboucher bien plus tard sur l'ouvrage Dior Glamour. Les successeurs de Christian Dior - Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano et Raf Simons - ont eux aussi noué des collaborations remarquables avec des photographes réputés, d'Irving Penn à Horst P. Horst, en passant par Louise Dahl-Wolfe, Robert Doisneau, Helmut Newton, Guy Bourdin ou Jeanloup Sieff, donnant naissance là encore à des oeuvres de légende. Pour Patrick Demarchelier, l'un de ces chasseurs d'image passionné par le grand créateur, " le photographe de mode cherche à inventer un rêve... et avec Dior Couture, cette mission est l'évidence même, puisque le rêve existe déjà ". Le musée de Granville rend hommage à tous ces talents à travers une belle exposition de 200 clichés, 60 robes de haute couture et un certain nombre de documents d'archives. C'est la quatrième rétrospective orchestrée par Florence Müller, spécialiste de l'histoire de la mode et curatrice de l'institution normande. " Notre objectif premier était d'explorer les liens entre Christian Dior et ses grandes références artistiques. Après les expositions Dior, Le Bal des Artistes et Stars en Dior, consacrées aux liens forts avec le monde du cinéma, nous nous sommes intéressés dans Impressions : Dior à l'influence de l'impressionnisme sur le style de la maison. Cette année, nous avons décidé de braquer les projecteurs sur la photographie de mode avec une série d'authentiques chefs-d'oeuvre, dont chacun symbolise pleinement le glamour de son époque. " Dior, images de légende - Les grands photographes et Dior, musée Dior, à 50 400 Granville.www.musee-dior-granville.com Jusqu'au 21 septembre prochain. Un catalogue est également disponible : Dior, images de légende, éditions Rizzoli, 152 pages. PAR LENE KEMPS