Un appartement minuscule à Riga, en Lettonie. Un couloir étroit pour seul décor. Cinq personnes âgées vivent dans cet espace en communauté. Métaphore du désintérêt des pouvoirs publics pour le troisième âge, interrogation d'une politique qui a sacrifié les pensions de retraite au profit du développement et de la jeunesse, dans un pays en pleine transition économique.
...

Un appartement minuscule à Riga, en Lettonie. Un couloir étroit pour seul décor. Cinq personnes âgées vivent dans cet espace en communauté. Métaphore du désintérêt des pouvoirs publics pour le troisième âge, interrogation d'une politique qui a sacrifié les pensions de retraite au profit du développement et de la jeunesse, dans un pays en pleine transition économique. Dans ces quelques mètres carrés de promiscuité, la pièce s'articule autour de cinq points de vue différents, ceux des personnages. Chacun d'entre eux se raccroche tant bien que mal à la vie, via des gestes automatiques et des objets, traces de fragments d'existence. La parole, dans ce semblant de lieu de vie, n'a pas d'intérêt. Ce sont les cris qui la remplacent, si échange il y a... Présenté au festival " Scènes étrangères " à Villeneuve-d'Ascq, " Long Life ", mis en scène par Alvis Hermanis a choisi le parti de l'originalité. Ni documentaire, ni réaliste, la pièce joue avec le réel d'une façon étroite, matérialisant le temps qui passe. Ce directeur du nouveau théâtre de Riga, considéré comme une figure montante de la scène lettone, renvoie le spectateur à un statut particulier ; à la fois voyeur et anthropologue, ce dernier prend la mesure du tragique et du comique de la situation. " Dans "Long Life", le jeu des comédiens est porté à un tel niveau de fabrication et de construction que les spectateurs regardent les comédiens comme ils regarderaient des acrobates de cirque, affirme Alvis Hermanis. Les acteurs sont coauteurs de la pièce. Des centaines de saynètes ont été créées pour le spectacle. Nous n'avions pas de texte pour "Long Life". Nous avions bien sûr la possibilité d'en composer un, mais il nous a semblé plus important que le monde des objets soit le partenaire des comédiens, que les dialogues soient canalisés et n'existent qu'à travers ces objets familiers. Car, comme pourrait l'avoir remarqué un observateur averti, les personnes âgées investissent plus particulièrement leurs objets familiers d'une âme. " Un spectacle où règnent le silence et l'humour qui aborde avec subtilité la vie de notre entourage proche et qui confirme une fois de plus l'acuité théâtrale développée à l'est. Avec Guna Zarina, Baiba Broka, Girts Krumins, Vilis Daudzin et Kaspars Znotins. Du 15 au 22 décembre, Théâtre de la Place, à 4020 Liège. Tél. : 04 342 00 00. Internet : www.theatredelaplace.beMarie Liégeois