Il s'en vendrait chaque année près de 2 milliards, dans le monde. Le jeans : un produit universel, qui traverse les modes. Le seul vêtement à prix abordable qui n'est jamais hors tendances et ne nécessite qu'un engagement personnel minime. Portez-le avec un chemisier blanc, et vous serez certaine de ne jamais tomber à côté. Un anti-fashion faux pas par excellence, qui explique sans doute (en partie) son succès. Ajoutez à cela une jolie histoire : celle de Levi Strauss et son idée de confectionner des pantalons dans des toiles d...

Il s'en vendrait chaque année près de 2 milliards, dans le monde. Le jeans : un produit universel, qui traverse les modes. Le seul vêtement à prix abordable qui n'est jamais hors tendances et ne nécessite qu'un engagement personnel minime. Portez-le avec un chemisier blanc, et vous serez certaine de ne jamais tomber à côté. Un anti-fashion faux pas par excellence, qui explique sans doute (en partie) son succès. Ajoutez à cela une jolie histoire : celle de Levi Strauss et son idée de confectionner des pantalons dans des toiles de tente à la teinte marronnasse, pour les chercheurs d'or du Far West. Ainsi naît cette pièce au milieu du XIXe siècle, avant que n'arrive du sud-est de la France une étoffe encore plus robuste, la serge bleue de Nîmes, qui lui offre sa couleur et son qualificatif, le denim. Ne reste qu'à ajouter des rivets pour renforcer les cinq poches, et le tour est joué. Depuis lors, les tendances ont fait leur £uvre. Patte d'ef, slim, boot cut, relax, boyfriend, regular, flare, bleached, brut, stone washed, black... Il faudrait presque un dictionnaire pour s'y retrouver, tant les déclinaisons sont nombreuses. Les méthodes de fabrication ont, elles aussi, évolué avec le temps. La technique de blanchiment et vieillissement par sablage est désormais interdite, depuis qu'elle s'est révélée être hautement toxique pour les ouvriers qui la pratiquent. Soucieuse de son image green, la planète bleue veille également, depuis quelques saisons, à améliorer ses conditions de production. Pas une marque de denim célèbre qui ne propose désormais une ligne réalisée sans pesticide et avec le moins d'eau possible - 150 litres sont généralement nécessaires pour donner un aspect vieilli juste comme il faut. Autre alternative, pour le consommateur un rien bobo : se tourner vers les jeans bio de la griffe NU ou ceux de Stella McCartney. Et pour les frocs tellement usés et abîmés qu'ils en deviennent immettables ? Il est désormais possible de les exploiter, en Belgique. L'association Les Petits Riens, qui fête cette année ses 75 ans d'existence, est en effet depuis peu partenaire du projet Métisse, initié par le réseau d'entreprises solidaires français Le Relais. Avec des vêtements majoritairement en coton, cette dernière élabore une gamme d'isolation thermique et acoustique pour le bâtiment. Les textiles sont défibrés, pour constituer des laines d'isolation performantes et de haute qualité. Une idée à garder, pour toutes les fashionistas (et les autres) qui rêvent de donner une belle seconde vie à leur cinq poches préféré... http://lerelais.orgCATHERINE PLEECK, JOURNALISTEDONNER UNE BELLE SECONDE VIE À SON CINQ POCHES PRÉFÉRÉ.