QUI ?

Photographe néerlandaise née en 1967 à Zaandam, Carla van de Puttelaar vit et oeuvre à Amsterdam. Son travail se caractérise par une attirance prononcée pour le portrait féminin, un genre qu'elle sublime par le biais d'images qui renvoient immanquablement vers la peinture. Son approche se distingue également en raison de son goût pour ...

Photographe néerlandaise née en 1967 à Zaandam, Carla van de Puttelaar vit et oeuvre à Amsterdam. Son travail se caractérise par une attirance prononcée pour le portrait féminin, un genre qu'elle sublime par le biais d'images qui renvoient immanquablement vers la peinture. Son approche se distingue également en raison de son goût pour une lumière naturelle qui accentue les nuances diaphanes des anatomies. Dans son objectif, le corps s'apparente à un continent inconnu et sacré dont il n'est pas question de retoucher l'intégrité. L'oeil du regardeur suit le tracé des silhouettes sans en perdre le moindre repli, détectant au détour d'une hanche la vérité de la condition humaine. Après Vermeer et Cranach, cette nouvelle série évoque la figure tutélaire de Rembrandt à la faveur d'une certaine tonalité. Pas d'hommage appuyé, il s'agit avant tout d'approcher " l'essence des toiles " auxquelles les photographies font allusion. On aime le fait que les prises de vue en question soient associées à d'autres portraits, de fleurs par exemple. " Les roses et les tulipes se muent en individus tour à tour étranges et familiers, touchants de délicatesse, leur vulnérabilité renvoyant sans détour à celle des êtres de chair et de sang qui se montrent à leur côté ", écrit très justement le galeriste Alain D'Hooghe. Pour les subtiles imperfections - une cicatrice, un genou blessé, la trace d'un sous-vêtement, la chair dressée par le froid... - dont van de Puttelaar émaille les corps. Celles-ci engendrent familiarité, reconnaissance et émotion.