Le chiffre est sans appel. Une fillette sur deux qui naît aujourd'hui deviendra centenaire. Ce constat statistique, validé par l'OMS (Organisation mondiale de la santé), a au moins le mérite de replacer les enjeux du vieillissement bien au-delà du désagrément engendré par l'apparition des premières rides. Parce qu'il n'y a d'intérêt à vivre aussi longtemps que si l'on est en possession d'un corps et d'un esprit sains. L'âge, même avancé, n'est plus perçu comme un ennemi mais comme un capital à protéger pour profiter au mieux de son avenir. Totalement éradiqué des publicités, le terme " antirides " a cédé la place à des slogans parlant de " soin global ", la notion même d'anti-âge qui y est encore majoritairement associée commençant à faire tache.
...