A la fois ancienne et bien de son temps, marine et artiste, Vannes multiplie les séductions. Baignée d'un microclimat exceptionnel, elle s'offre tout entière, relax et heureuse, ouverte à la flânerie. On commence par le tour de ses remparts (4) surgissant du passé. On admire le vieux lavoir à colombages au pittoresque très authentique et on contemple les jardins ordonnés à la française devant le château de l'Hermine. Le c£ur de la ville historique se déploie autour de la superbe place Henri IV ou les demeures (3), soignées comme des jo...

A la fois ancienne et bien de son temps, marine et artiste, Vannes multiplie les séductions. Baignée d'un microclimat exceptionnel, elle s'offre tout entière, relax et heureuse, ouverte à la flânerie. On commence par le tour de ses remparts (4) surgissant du passé. On admire le vieux lavoir à colombages au pittoresque très authentique et on contemple les jardins ordonnés à la française devant le château de l'Hermine. Le c£ur de la ville historique se déploie autour de la superbe place Henri IV ou les demeures (3), soignées comme des joyaux, méritent le détour. La Cohue, ancien marché couvert, abrite désormais le musée des Beaux-Arts. Les expositions de toiles modernes y cohabitent avec la collection de peintures anciennes et bretonnes. On s'arrête quelques minutes devant la " Jeune Bretonne " de Peslin. Magnifique ! La promenade vagabonde dans la vieille ville et conduit à la cathédrale Saint-Pierre, puis vers le pittoresque quartier Saint-Patern, le haut lieu de la branchitude locale. Dans la rue de la Bienfaisance, on pousse la porte de la galerie Doyen qui expose de beaux meubles Art déco et quelques post-impressionnistes. Une petite faim ? Rue Saint-Vincent, tout est tentation. Il y a les chocolats de Bernard Jossic et, surtout, chez Olivier Le Brun, le kouign amann : une pâte à pain améliorée de beurre et de sucre. Un pur délice ! Pour varier les plaisirs gourmands, il y a aussi le " surfin " au chocolat ou le " lorrain " avec sa crème au kirsch. Pensez aussi à une petite halte à l'exquise crêperie Dan Ewan où l'on peut savourer des galettes sur des rythmes locaux. Si l'appel du large se fait trop pressant, on peut aussi s'embarquer pour une croisière sur la mer intérieure riche de 60 îles ou îlots (1 et 2). Est-il finalement plus beau spectacle que celui des flots qui dansent ? Renseignements. Comité départemental du tourisme du Morbihan, allée Nicolas-Leblanc, à 56000 Vannes. Tél. : + 33 2 97 54 06 56. E-mail : tourisme@morbihan.com Séjourner. l Hôtel Le Roof. Adorable hôtel de charme les pieds dans l'eau : 42 chambres, dont la moitié avec vue sur la mer. Cuisine maritime. 10, allée des Frères-Cadoret, presqu'île de Conleau, à 56 000 Vannes. Tél. : + 33 2 97 63 47 47. Se restaurer.l Le Carré Blanc. Face au port, l'espace respire une ambiance zen, déclinée dans des coloris blancs et gris. Sur les murs en pierre, les artistes accrochent leurs £uvres récentes (à vendre). La cuisine, épurée et contemporaine, fait la part belle aux épices et aux herbes. La carte change tous les mois. 28, rue du Pont, à 56 000 Vannes. Tél. : + 33 2 97 47 48 34. Y aller.Paris-Vannes en trois heures, par TGV depuis la gare Montparnasse. Tél. : 02 528 28 28. Barbara Witkowska