La vie est pleine de surprises. C'est lors d'une fête organisée par son ami d'enfance Arnaud Zannier, à Saint-Etienne, le village français dont ils sont tous les deux originaires, que le chef Julien Burlat rencontre sa future épouse, la Belge Sophie Verbeke. Cette dernière est quant à elle une amie de la future femme d'Arnaud Zannier. A l'époque, Sophie collabore avec le créateur de mode Dries Van Noten tandis que Julien se forme auprès de grands noms de la cuisine française tels que Pierre Gagnaire, Alain Ducasse et Bernard Pacaud. Le jeune couple s'établit en Belgique et ouvre, à Anvers, le restaurant Dôme. Au sein de cette demeure dessinée en 1893 par l'architecte Jos Bascourt, Julien et Sophie proposent une cuisine traditionnelle très personnelle. En 2003, le chef obtient l'award du Jeune Talent lors du Gala des Mille Saveurs organisé par Le Vif Weekend et Knack Weekend, suivi par une étoile Michelin. Poursuivant sur leur lancée, Julien et Sophie inaugurent ensuite, toujours dans la cité scaldienne, Dôme sur Mer, un bistrot de crustacés e...

La vie est pleine de surprises. C'est lors d'une fête organisée par son ami d'enfance Arnaud Zannier, à Saint-Etienne, le village français dont ils sont tous les deux originaires, que le chef Julien Burlat rencontre sa future épouse, la Belge Sophie Verbeke. Cette dernière est quant à elle une amie de la future femme d'Arnaud Zannier. A l'époque, Sophie collabore avec le créateur de mode Dries Van Noten tandis que Julien se forme auprès de grands noms de la cuisine française tels que Pierre Gagnaire, Alain Ducasse et Bernard Pacaud. Le jeune couple s'établit en Belgique et ouvre, à Anvers, le restaurant Dôme. Au sein de cette demeure dessinée en 1893 par l'architecte Jos Bascourt, Julien et Sophie proposent une cuisine traditionnelle très personnelle. En 2003, le chef obtient l'award du Jeune Talent lors du Gala des Mille Saveurs organisé par Le Vif Weekend et Knack Weekend, suivi par une étoile Michelin. Poursuivant sur leur lancée, Julien et Sophie inaugurent ensuite, toujours dans la cité scaldienne, Dôme sur Mer, un bistrot de crustacés et de fruits de mer, et Domestic, une pâtisserie-épicerie. Outre ses nombreuses activités, Julien Burlat est également depuis l'an dernier aux commandes des cuisines de l'hôtel-restaurant Le Chalet Zannier à Megève. Un projet initié par Arnaud Zannier. Les savoureux plats du terroir de Julien et l'idée du luxe prévalant dans l'établissement d'Arnaud s'accordent à merveille. Les deux hommes, qui se connaissent depuis l'âge de 11 ans, partagent la même philosophie, ce qui rend leur collaboration harmonieuse. Arnaud, Français installé en Belgique, suit les traces de son père, Roger Zannier, à la tête du groupe français de mode Zannier qui exploite une vingtaine de marques de manière indépendante ou sous licence via environ 1 600 boutiques à travers le monde (IKKS, Absorba, One Step, Chipie Women, Kenzo Kids, etc.). Après avoir travaillé à Londres pour le label de chaussures Kickers, Arnaud est en quête d'un nouveau défi. C'est ainsi qu'en 2001, à l'âge de 28 ans, il lance, en collaboration avec le créateur Enrique Corbi, la collection Nom de Code, des souliers pour Homme en cuir épais et au look casual et vintage. Le succès grandissant, il crée par la suite une ligne NDC pour Femme comprenant également des chaussures mais aussi des accessoires, notamment de voyage. Simplicité, qualité et originalité sont les fils conducteurs de sa griffe, vendue dans de nombreuses boutiques multi-marques à travers le monde. Lors de ses voyages d'affaires aux quatre coins du globe, Arnaud découvre les meilleurs hôtels. Pourtant, il constate partout qu'il manque un élément essentiel au parfait bien-être : un véritable art de vivre proche de ses valeurs. Il rêve d'un décor simple et vrai, d'un personnel qui fasse preuve d'un juste équilibre entre proximité et distance vis-à-vis du client, de plats du terroir savoureux et sans artifices. Pour donner forme à ses belles idées, il rachète, au coeur de la station de ski de Megève, la propriété qui accueillait autrefois La Ferme de mon Père, le restaurant de Marc Veyrat, triplement étoilé au Michelin. Il fait aussitôt construire un nouveau chalet et restaurer trois anciennes bâtisses en un hôtel-restaurant. Loin du luxe ostentatoire, Arnaud Zannier parvient à insuffler aux lieux une atmosphère de maison d'hôtes d'exception : 28 personnes peuvent être accueillies tandis que 46 membres du personnel sont disponibles pour répondre aux moindres exigences des vacanciers. Pour se détendre après une journée à dévaler les pistes ou à s'adonner au shopping dans les boutiques chics de Megève, un spa à l'ambiance sobre comprenant sauna et hammam est mis à disposition au sous-sol. Au Chalet Zannier, sobriété et simplicité cohabitent harmonieusement avec confort et exclusivité. Par souci de justesse et de cohérence avec son univers, Arnaud a personnellement pris en charge l'aménagement et déniché les objets de décoration. Tables en bois patiné, textiles en lin épais, teintes chaleureuses, pierre naturelle : matériaux nobles règnent en maître dans cet établissement au raffinement étudié. Son projet à Megève mis sur pied, Arnaud rêve désormais de poursuivre l'aventure dans le sud de la France, au Cambodge et en Birmanie. Julien Burlat, lui, a déterminé le menu et mis en place le personnel. En son absence, c'est son sous-chef Gerd Govaerts qui prend la relève. Empreinte de simplicité, la cuisine proposée n'en reste pas moins de grande qualité en raison d'un travail rigoureux effectué sur des produits haut de gamme. Respect pour l'histoire et harmonie avec l'environnement guident les préparations culinaires dénuées de tout artifice. A la carte se côtoient, entre autres, une soupe de topinambours à la crème épaisse accompagnée de chips de topinambours et de truffe, un pastei en croûte, des cuisses de grenouille cuites au beurre parfumé à la réglisse, des endives au jambon de montagne et au vieux comté, de l'omble chevalier d'Evian au beurre noisette et aux câpres, du jambon maison, du boudin noir artisanal et des douceurs sucrées préparées par le pâtissier belge Sebastien Lambrechts. La gaufre Siska, le Savoie ou le gâteau au chocolat léger et sa croûte croustillante au café portent également sa signature. PAR PIETER VAN DOVEREN / PHOTOS : DIANE HENDRIKX