En 1963, Gianni Mostile, un fonctionnaire du ministère italien de l'Industrie et du Commerce, faisait breveter ses mocassins aux semelles serties de picots en caoutchouc. Le Car Shoe était né.
...

En 1963, Gianni Mostile, un fonctionnaire du ministère italien de l'Industrie et du Commerce, faisait breveter ses mocassins aux semelles serties de picots en caoutchouc. Le Car Shoe était né. Le label et le logo, un pneu stylisé, font deviner de quoi il s'agit. L'inventeur italien Gianni Mostile avait un faible pour la conduite et les voitures et c'est bien sûr parmi ses passions qu'il a cherché l'inspiration pour son projet de chaussure. Les picots de gomme en dessous de la chaussure ont pour objet d'empêcher les pieds du conducteur de glisser sur les pédales. Le caoutchouc utilisé est assez semblable à celui qui est utilisé dans la production des pneus usuels. Car Shoe se veut avant tout un produit de qualité : seuls les cuirs les plus fins entrent à l'usine où une partie de la production se fait toujours à la main. Le cuir supérieur est cousu à l'aiguille. Les dessins sont délibérément classiques, typiquement italiens surtout. La collection hommes s'est élargie au fil des ans. Aux mocassins dandy sont venus s'ajouter des modèles plus sportifs et les souliers de cuir. Mais il y a un plus. En 2004, Car Shoe a lancé sa première ligne féminine complète, avec souliers et accessoires. Auparavant seuls quelques modèles féminins avaient été mis sur le marché, mais à diffusion limitée. Dans la collection chaussures on trouve surtout des ballerines qui, pour cet hiver, arborent un motif de léopard en or-argent et en suède très sobre. Il y a de robustes bottines aussi, avec une finition en laine de mouton et des motifs de fleurs, ainsi que quelques escarpins. Ensuite, une ligne d'accessoires avec, notamment, différents modèles de sacs en cuir. Caractéristique remarquée : l'emblème en or de Car Shoe et les picots également en or. Depuis l'été 2006, on trouve aussi une collection enfants, mais encore assez limitée. En quelques décennies, le label s'est mué en marque de luxe. Ce n'est pas pour rien que le Prada Group a racheté le label en 2001. Depuis cette reprise, un groupe international de stylistes, sous la direction du style director de Prada, soigne le design des collections. Gianni Mostile, le fondateur, n'est plus partie prenante dans l'entreprise. Avec comme maîtres-mots " originalité et qualité ", le groupe italien veut étendre ses collections et installer une série de flagship stores. Le premier a ouvert ses portes il y a trois ans à Milan. A court terme, des ouvertures à New York, Paris et Rome vont suivre. Marjolijn Vanslembrouck