Le charme envoûtant de l'Inde se retrouve sur les scènes belges. Une déferlante qui atteint Mons et Bruxelles. C'est sous l'angle de la femme, et suite à l'impulsion donnée par l'événement " Bombaysers de Lille ", que le Manège, à Mons, a concocté un programme alléchant, baptisé " L'Inde au féminin ". Massages ayurvédiques, exposition de photographies de voyages de Laurence Vray, librairie spécialisée, dégustations épicées, rencontre musicale et banquet spectacle devraient faire voyager l...

Le charme envoûtant de l'Inde se retrouve sur les scènes belges. Une déferlante qui atteint Mons et Bruxelles. C'est sous l'angle de la femme, et suite à l'impulsion donnée par l'événement " Bombaysers de Lille ", que le Manège, à Mons, a concocté un programme alléchant, baptisé " L'Inde au féminin ". Massages ayurvédiques, exposition de photographies de voyages de Laurence Vray, librairie spécialisée, dégustations épicées, rencontre musicale et banquet spectacle devraient faire voyager les amoureux de l'Orient. Ce festival se clôture avec une pièce présentée auparavant au Théâtre national : " Behzti/Déshonneur. " Min est une jeune fille dont on pourrait croire qu'elle est comme beaucoup de demoiselles du théâtre, aimant un jouvenceau et destinée à réaliser un mariage rentable. Mais l'héroïne de Gurpreet Kaur Bhatti, l'une des auteurs indiennes les plus en vue, ne l'entend pas de cette oreille. Min est sikhe (adepte d'une des quatre grandes religions de l'Inde, qui affirme l'existence d'un unique Dieu créateur et qui rejette le système des castes hindoues). Elle vit à Londres, entre une mère handicapée, un père qui s'est suicidé, un jeune homme noir qui l'aime en secret et Sandhu, le chef de la communauté sikh, prêt à abuser de sa position. Comme de celle d'un tas d'autres jeunes filles et jeunes garçons. Si cette pièce mise en scène par Virginie Jortay débute comme une farce débridée, elle prend vite le goût du cauchemar, puis du drame humain et de la tragédie universelle. Au Bozar, où un festival " India " truffé d'événements a débuté en octobre et se terminera en janvier prochain, c'est une formule hors du commun baptisée " Indian Plays Only ! " qui investira la scène. Objectif : traduire un dramaturge indien en français, retravailler la copie avec un auteur de chez nous, faire se rencontrer les deux plumes pour lever les ambiguïtés et monter le spectacle. Dans " Carrefour ", c'est le Collectif Transquinquennal qui ouvre la voie avec une pièce d'embouteillage, d'émeute urbaine et de dialogue de sourds. Le quotidien des grandes villes indiennes... " Behzti ", du 24 au 28 octobre, Théâtre national, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 203 53 03. Internet : www.theatrenational.be " Carrefour ", le 27 octobre, Bozar, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 507 82 00. Internet : www.bozar.be " L'Inde au féminin ", du 20 au 22 octobre et " Behzti " les 7 et 8 novembre prochain, Le Manège, à 7000 Mons. Tél. : 065 39 59 58. Internet : www.lemanege.comMarie Liégeois