Il avait l'âge des pharaons et une seule obsession, " rendre les femmes belles ", il précisait d'ailleurs que " si vous créez avec cela à l'esprit, rien n'est indémodable ". Azzedine Alaïa, qui sculptait au plus près de leurs courbes, si libre, s'en est allé un jour de novembre 2017. Pourtant, le voici plu...