Cool et volubile, Rudi Cremers nous donne rendez-vous dans un café anversois, situé à deux pas du théâtre Bourla. Dans la pénombre de ce lieu branché, il revient sur son parcours créatif et aussi sur sa véritable passion pour la mode belge. Né en 1964, à Saint-Nicolas, il n'a jamais éprouvé le besoin de s'expatrier pour faire carrière. " J'aime tellement vivre ici, confie-t-il, que je me définis comme "un vrai Belge", qui se sent partout chez lui. " Son talent, il le met au service de grands créateurs de mode, comme Bruno Pieters, A.F. Vandevorst ou encore Ann Demeulemeester, et de magazines tendance, comme Weekend.
...

Cool et volubile, Rudi Cremers nous donne rendez-vous dans un café anversois, situé à deux pas du théâtre Bourla. Dans la pénombre de ce lieu branché, il revient sur son parcours créatif et aussi sur sa véritable passion pour la mode belge. Né en 1964, à Saint-Nicolas, il n'a jamais éprouvé le besoin de s'expatrier pour faire carrière. " J'aime tellement vivre ici, confie-t-il, que je me définis comme "un vrai Belge", qui se sent partout chez lui. " Son talent, il le met au service de grands créateurs de mode, comme Bruno Pieters, A.F. Vandevorst ou encore Ann Demeulemeester, et de magazines tendance, comme Weekend. A l'adolescence, il a " fait une école de coiffure ". Il travaille dans un salon, puis poursuit sa formation par une année de maquillage théâtral. Un professeur lui conseille alors de trouver sa voie dans la photo et la mode. Son visage, très fin, est magnifié par une " boule à zéro ". Ce côté raffiné tranche avec ses boucles d'oreille et sa dent dorée. A l'image de ses maquillages, Rudi Cremers aime jouer avec les contrastes. Créer l'harmonie avec un zeste de sophistication et une touche d'inachevé est sa grande spécialité. Cette signature se retrouve aussi dans sa quadruple interprétation de la " Belgian Beauty ", en exclusivité pour Weekend. Quatre maquillages de création qui exhalent une féminité ambrée... même si les quatre modèles choisis ont des âges et des styles différents. Rudi Cremers : La Belgian Beauty n'est pas évidente... La femme belge a un style individuel, qui la rend à part. Notre pays est si petit, que nos gènes sont porteurs de toutes les couleurs du Nord et du Sud. La femme belge peut donc avoir les cheveux raides ou bouclés, blonds ou marron. Favorisant le " easy streetwear ", elle a tendance à tout laisser couler de source. C'est dommage qu'elle ait perdu de sa coquetterie des années 1950. Bien que les accessoires soient à nouveau en vogue, on ne distingue pas vraiment son look du week-end de celui de la semaine. C'est moins flagrant dans les pays du Sud. Même les villageoises italiennes font l'effort de faire ressortir, fièrement, leur élégance naturelle le week-end. Si seulement les Belges osaient mettre un rouge à lèvres, bien rouge, pour égayer les jours gris ! Ça m'a plu d'avoir carte blanche. Au lieu de proposer l'extravagance, je suis parti à la recherche d'un photographe, avec lequel je pouvais concevoir une atmosphère en toute quiétude. J'ai opté pour un physique harmonieux et bronzé, histoire que la Belgian Beauty se pare déjà pour l'été. Afin de focaliser le regard sur la forme du visage, j'ai imaginé des mannequins dénudés, aux cheveux relevés par un ruban doré. Le chignon négligé est un clin d'£il à mon goût pour ce qui est sauvage, non travaillé et brut. Chacune de ses quatre femmes a son style, mais elles exaltent toutes quelque chose d'intemporel et de naturel. La modernité est tellement vite dépassée... Je préfère faire ressortir les gens. Ma touche perso ? Offrir du naturel avec un côté sophistiqué et offrir du glamour avec un côté naturel. C'est comme cela que j'ai imaginé ce quatuor de beautés belges. Elle est incroyable ! Je suis émerveillé par les chances qu'elle a reçues et par son ouverture sur le monde. Quand je revois les magazines " Mode c'est Belge " et " Mode dit is Belgisch " d'il y a une vingtaine d'années, je suis épaté par l'enthousiasme qui jaillissait déjà dans les pages de mode. C'est comme un mouvement tourbillonnant qui n'a fait qu'aboutir. La Belgique est si petite, qu'elle constitue un joli melting-pot d'influences. Sensible à sa position géographique, elle a les yeux grands ouverts sur ce qui se passe autour d'elle. Nos créateurs sont très appréciés pour leur qualité, leur modestie et leur faculté à renouveler constamment leur talent. Kerenn Elkaïm