Le bâtiment des anciennes écuries du site minier du Grand-Hornu accueille actuellement l'exposition " Présence de l'objet ", qui réunit quelque trois cents céramiques produites par le Craft, Centre de recherche sur les arts du feu et de la terre. Cette structure a vu le jour à Limoges, en 1993, afin de stimuler l'élan créatif des céramistes contemporains. Chaque année, son directeur - Nestor Perkal, l'architecte et designer qui collabora, entre autres, à l'aménagement de la Fondation Cartier, à Paris - invite des artistes à s'essayer à l'art de la céramique. L'ensemble des oeuvres présentées au Grand-Hornu témoigne du bien-fondé de sa démarche et nous invite à nous demander pourquoi la céramique et son dérivé le plus connu, la porcelaine, sont restés si longtemps ca...

Le bâtiment des anciennes écuries du site minier du Grand-Hornu accueille actuellement l'exposition " Présence de l'objet ", qui réunit quelque trois cents céramiques produites par le Craft, Centre de recherche sur les arts du feu et de la terre. Cette structure a vu le jour à Limoges, en 1993, afin de stimuler l'élan créatif des céramistes contemporains. Chaque année, son directeur - Nestor Perkal, l'architecte et designer qui collabora, entre autres, à l'aménagement de la Fondation Cartier, à Paris - invite des artistes à s'essayer à l'art de la céramique. L'ensemble des oeuvres présentées au Grand-Hornu témoigne du bien-fondé de sa démarche et nous invite à nous demander pourquoi la céramique et son dérivé le plus connu, la porcelaine, sont restés si longtemps cantonnés au domaine des boîtes à pilules et autres services à café...Certaines oeuvres, dessinées par des artistes contemporains, sont déjà entrées en phase de production et de commercialisation. En 1996, l'Américaine Martine Aballea assurait la pérennité du service à thé avec " Garden Party ", un ensemble décoré de mots symboliques ou nostalgiques inscrits en lettres d'or. Une bien jolie façon d'introduire un peu de poésie dans notre quotidien. La même année, le Londonien Ron Arad s'attaquait, lui, au vase de W.-C. Généralement intéressé, selon ses propres termes, par des objets " déséquilibrés ", Ron Arad a réalisé un prototype d'une grande originalité. Sa cuvette pansue, quasi ovoïde, repose sur deux pieds métalliques et s'adosse directement au mur. La chasse, indépendante, émane d'un design tout à fait nouveau et prend l'allure d'un relief abstrait décorant la paroi. A cet ensemble tout en courbes et en rondeurs, la salle de bains de l'Espagnol Mariscal répond par la rigueur de l'angle. Très théâtraux, le W.-C., le bain et les accessoires semblent juchés sur une estrade en escalier. Cette rigueur formelle est compensée par le revêtement bleu et blanc des parois en céramique sur lesquelles se détache une figure légère au graphisme résolument contemporain. Très tonique, cette salle de bains s'agence idéalement dans de grands espaces où la lumière et le soleil entrent à flots. Plusieurs artistes se sont intéressés à la matière elle-même et à la manière de la moduler. Ainsi, Nestor Perkal a-t-il créé un luminaire d'une discrétion exemplaire. Il y joue de la translucidité de la matière pour insérer des motifs dans l'épaisseur même de l'objet. Cette approche technique met superbement en valeur la délicatesse inhérente à la porcelaine. Dans le même registre, l'Allemand Ingo Maurer transmet un sentiment de quiétude avec sa lampe " Broken Egg " qui évoque la double fragilité de la matière et de l'objet représenté. Tenant cet art issu de la terre et du feu comme l'un des plus nobles au monde, le couple de designers français Vincent Becheau et Marie Laure Bourgeois intègrent directement la céramique dans la structure du meuble. Conduits par une incroyable audace, ils ont fabriqué une superbe colonne de rangement, associant le bois de paddouk à des barres de porcelaine. Parallèlement à sa fonction décorative traditionnelle, la céramique de Limoges est aussi utilisée dans l'aérospatiale ou dans les procédés de filtration industrielle. C'est ce type de produits qu'a délibérément détournés Ross Lovergrove qui signe une fontaine entourée d'un mur façonné de mousse d'alumine garantissant un superbe effet lumineux et coloré! Etonnants aussi: les vases pensés par Marco Mencacci. Au-dessus de leur bol ventru, ils comportent un fil d'alumine étiré comme un ressort dont l'effet plastique est superbe. Cette astuce permet, en outre, de maintenir gracieusement quelques fleurs altières. Enfin, les créateurs du bureau de design Tim-Thom poussent la technologie plus loin en intégrant une radio dans un cône de porcelaine, qui ressemble à s'y méprendre à un mortier. Le pilon articulé permet de choisir les fréquences...Anne Hustache