La tradition veut que la plupart des nouveautés horlogères soient présentées, en début d'année, lors du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) à Genève et de Baselworld à Bâle. Le premier accueille une vingtaine de marques très haut de gamme (Cartier, Jaeger-LeCoultre, Audemars-Piguet...) ; le second, pratiquement toutes les autres, de l'entrée de gamme (IceWatch) aux plus pointues (Patek Philippe, Rolex...). Sans oublier les Belges (Rodania, Ressence, Raidillon...).
...

La tradition veut que la plupart des nouveautés horlogères soient présentées, en début d'année, lors du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) à Genève et de Baselworld à Bâle. Le premier accueille une vingtaine de marques très haut de gamme (Cartier, Jaeger-LeCoultre, Audemars-Piguet...) ; le second, pratiquement toutes les autres, de l'entrée de gamme (IceWatch) aux plus pointues (Patek Philippe, Rolex...). Sans oublier les Belges (Rodania, Ressence, Raidillon...). La tendance dominante qui émerge de ces deux rendez-vous incontournables ? La sobriété. Mais une sobriété d'un type nouveau qui ne renonce pas pour autant à la qualité, aux belles matières et à l'inventivité. En période de crise, les montres bodybuildées n'ont pas vraiment la cote. Certaines griffes mettent dès lors en évidence leur expertise dans l'extra-plat, surfant sur la vague d'un look vintage qui n'a pas dit son dernier mot. Dans le tout haut de gamme, anglage, émaillage, guillochage, sertissage, squelettage, etc. (*) ne sont certes pas abandonnés. Mais tout, même le recours aux pierres et aux métaux précieux, se justifie désormais par le raffinement plutôt que par le spectaculaire, encore en vogue voici cinq ans. Malheureusement pour le porte-monnaie, les prix n'ont pas suivi les montres sur le chemin de la modestie. Certes, aujourd'hui, l'acier, le carbone, la céramique ou le caoutchouc côtoient avec élégance les ors, les diamants et le croco, dans les vitrines des horlogers. Mais en parallèle, les garde-temps en éditions limitées séduisent toujours. Une pratique qui ressemble à une farce, sachant que le nombre de pièces assemblées dans les ateliers est de toute manière " toujours " limité en raison d'un processus de production extrêmement complexe... Dans le même ordre d'idée, on ne compte plus les calibres (mouvements mécaniques) " développés et réalisés à l'interne ". Deux raisons à cela : le prestige du " fait maison " et les baisses d'approvisionnement en mouvements annoncées par le géant ETA (Swatch Group). Côté look, le monde de l'aviation a particulièrement inspiré les labels cette année tandis que les montres GMT et à double fuseau horaire font de plus en plus partie du vocabulaire horloger des grands voyageurs. Grand succès 2012 également : les modèles squelettés qui permettent de voir battre le c£ur du garde-temps. Et si le brun et le noir ont tenu le haut du pavé pendant plusieurs années, le gris et le bleu semblent prêts à leur succéder. Tendance inaugurée en 2009 déjà, plusieurs marques se tournent encore vers leurs lignes des années 50 et 60 pour les adapter au goût du jour, cette période d'après-guerre inspirant confiance en se référant à une époque où tout semblait simple et possible. Enfin, même si les grands diamètres n'ont pas complètement disparu, l'ostentatoire des débuts du troisième millénaire a complètement disparu des collections les plus classe. Pas plus mal pour les marchés émergents asiatiques où on a le poignet plutôt fin ! (*) Pour un panorama du jargon horloger, consulter le site www.hautehorlogerie.org/fr/ 1. Protrek PRG-550, Casio, 399 euros Cadran à trois aiguilles. Ce modèle est équipé de capteurs mesurant l'altitude, la pression atmosphérique et la température. 2. DS Multi 8 All Black, Certina, 695 euros Un mouvement ETA à la fois analogique et numérique pour huit fonctions, dans un boîtier avec revêtement PVD noir. 3. Piazza Grande Automatic, Swarovski, 700 à 900 euros Mouvement automatique, Swiss Made. Rotor décoré " Côtes de Genève ". Fond en verre saphir et couronne en céramique noire, ornée du logo du Cygne. 4. Ice Alu, IceWatch, 139 euros Le design typique, mais cette fois en aluminium brillant, du bracelet au remontoir. 5. LS1, Rodania, 750 à 850 euros Chronographe à triple compteur avec boîtier et bracelet en céramique noire. 6. G-Timeless, Gucci, 725 euros Avec sa bande Gucci en toile bleu et rouge, la nouvelle G-Timeless Sport rompt avec l'iconique bande " vert-rouge-vert " de la griffe. 7. Capeland, Baume & Mercier, 3 450 euros Tous les modèles de 42 mm de diamètre sont dotés d'un fond en saphir dévoilant le mouvement automatique Valjoux 7753. 8 . Maestro Petite Seconde Or Rose, Raymond Weil, 1 490 euros La seconde est placée dans un petit compteur à 6 heures, une simplicité épurée qui contraste avec le décor " Clous de Paris " du cadran galvanique noir dans un boîtier en or rose PVD de 39,5 mm. 9. Automatique 32 mm, Raidillon, 1 450 euros Cadran vieux rose. Mouvement mécanique avec 40 heures de réserve de marche. Boîtier en acier avec fond transparent. 10. Le Dauphin, Lebeau-Courally, 4 350 euros Modèle d'entrée de gamme de Lebeau-Courally, à l'origine une marque liégeoise de fusils de chasse haut de gamme : un trois aiguilles Swiss Made en acier avec bracelet alligator. 1. Seamaster Aqua Terra GMT, Omega, 5 830 euros Nouveau dans la famille des mouvements Co-Axial : le calibre 8605/8615 est le premier doté d'une complication GMT, permettant de lire l'heure sur deux fuseaux horaires. 2. Column-Wheel Single Push-Piece Chronograph, Longines, 8 520 euros Rappel des premiers chronographes de la marque en 1878. Mouvement mono-poussoir à roue à colonnes. Édition limitée à 180 exemplaires. 3. R One Chronographe, Rado, 13 790 euros Mouvement automatique à 6 aiguilles, avec une réserve de marche de 37 h. Boîtier en céramique high-tech avec verre saphir bombé. Bracelet en caoutchouc noir. 4. Transocean Chronograph Unitimer, Breitling, 9 420 euros Un double disque affiche constamment l'heure dans les 24 fuseaux horaires. Lorsqu'il change de fuseau, le voyageur corrige les indications via la couronne. 5. Sky-Dweller, Rolex, 30 700 euros Star de Baselworld, ce nouveau modèle offre un double fuseau horaire avec heure locale par aiguilles au centre et affichage d'une heure de référence au format 24 heures sur un disque rotatif excentré sur le cadran. Avec quantième annuel. 6. Tank Anglaise, Cartier, prix sur demande La Tank, commercialisée dès 1919, est devenue un modèle iconique pour Cartier. Cette année, la maison parisienne rend hommage à ce modèle légendaire avec une nouvelle déclinaison. Les prix sont mentionnés à titre indicatif. Les prix officiels sont disponibles chez les détaillants. Carnet d'adresses en page 78.PAR SERGE VANMAERCKE