Des espaces boutiques, un toit-terrasse, un restaurant, un lounge bar et même un spa ! A l'occasion du 20e anniversaire de l'arrivée de la griffe italienne au Japon, Giorgio Armani himself a inauguré, le 7 novembre dernier, ce fabuleux flagship store sur 12 étages. La façade qui mêle du noir et du doré, représentant un bois de bambou, est une création des architectes Doriana et Massimiliano Fuksas, d'après une idée du maestro : " Dans l'espoir que cela me porte chance ", a-t-il déclaré.
...

Des espaces boutiques, un toit-terrasse, un restaurant, un lounge bar et même un spa ! A l'occasion du 20e anniversaire de l'arrivée de la griffe italienne au Japon, Giorgio Armani himself a inauguré, le 7 novembre dernier, ce fabuleux flagship store sur 12 étages. La façade qui mêle du noir et du doré, représentant un bois de bambou, est une création des architectes Doriana et Massimiliano Fuksas, d'après une idée du maestro : " Dans l'espoir que cela me porte chance ", a-t-il déclaré. Les deux étages du sous-sol abritent la collection trendy et urbaine d'Emporio Armani. A noter : cet espace est directement relié à la station de métro Ginza, une idée originale des architectes. La boutique Giorgio Armani, elle, occupe les trois premiers étages. Le 4e est dédié à la ligne home Armani Casa, le 10e recèle un restaurant d'une superficie de 1 025 m2 tandis que les 11e et 12e accueillent le bar lounge Armani Privéà Sans oublier le toit et sa terrasse où l'on jouit d'une superbe vue panoramique sur Tokyo. Mais le plus agréable, reste le spa aménagé au 5e étage ; le tout premier chez Armani. Ce niveau, très silencieux, se compose de trois pièces privées offrant une décoration inspirée des thermes romains, où les amateurs peuvent bénéficier des soins de luxe baptisés " The Ceremony " (lire aussi l'encadré en page 12). Erigée dans la rue principale de Ginza, la tour Armani se trouve toute proche d'autres splendeurs architecturales de la planète luxe : le bâtiment tout en verre d'Hermès signé Renzo Piano, la prestigieuse boutique de Dior et la saisissante tour de 8 étages de Gucci. Le soir, Tokyo s'habille de mille et une lumières. Se faire remarquer est bien la raison principale de la guerre des tours que se livrent les griffes de luxe : " la mienne est plus haute que la tienne ", et cela dans l'espoir d'attirer les clientes du quartier commerçant le plus chic de Tokyo. La tour Armani, quant à elle, arbore une lumière plutôt tamisée. " C'est comme ça que cela doit être, souligne Giorgio Armani. La subtilité doit être partout. J'ai fait attention à ce que, dans la boutique, les produits soient illuminés, et non les rides. " ( Rires.) Mais qu'est-ce qui pousse les griffes de luxe européennes à investir plus de 15 millions d'euros sur le marché nippon ? Les chiffres indiquent aujourd'hui que la moitié de tous les produits haut de gamme au monde sont achetés par des Japonais. Mais d'autres statistiques montrent que l'économie japonaise a connu des jours meilleurs. " C'est précisément le moment d'investir, explique Giorgio Armani. Il faut oser pousser, recommencer. Il y a ici encore un énorme potentiel d'expansion. Les jeunes Japonais aiment la mode. Courir les boutiques est leur loisir, et personne n'égale leur sens du style. Je considère la tour de Ginza comme une balise pour les autres lignes Armani. Nous avons aussi les boutiques Armani Collezione et Armani Jeans dans les environs. De plus, il est temps de montrer aux consommateurs japonais que mon travail a évolué ces vingt dernières années. On trouve la collection Ginza, uniquement ici. Par ailleurs, vous aurez remarqué que dès que vous entrez dans la tour, vous êtes de plain-pied dans les accessoires. C'est aussi un changement important. On conquiert mieux le Japon avec les accessoires. "Mais le maestro n'est pas le seul à avoir progressé, la femme du pays du Soleil-Levant, elle aussi, a mué. " La Japonaise actuelle est moins dévouée à un seul créateur, martèle Giorgio Armani. Elle mixe et assemble plus facilement, elle met plus de personnalité dans la façon de s'habiller qu'auparavant. " Enfin, on n'oubliera pas que le créateur italien a toujours apprécié le style japonais. " L'esthétique orientale m'a toujours inspiré, s'enthousiasme-t-il. Le style peut parfois être très sévère, mais j'y trouve une certaine force et de l'amour pour le raffinement. "Rien ne semble arrêter Giorgio Armani. D'autres projets le boostent encore, comme ceux d'ouvrir très prochainement un hôtel Armani à Dubaï, à Milan et peut-être aussi dans la capitale japonaise. " Nous avons l'intention d'élaborer un projet similaire à Tokyo ", insiste le créateur aux cheveux argentés. Il peut bien avoir 73 ans, la retraite ne fait décidément pas partie de son vocabulaire. Internet : www.giorgioarmani.com ; www.armaniginzatower.comCathérine Ongenae