Votre premier amour ?

A 16 ans. J'étais éblouie et dévorée. Ce garçon-là m'a plongée dans la vie. Il m'a offert Noces de Camus, que j'ai relu cent fois.
...

A 16 ans. J'étais éblouie et dévorée. Ce garçon-là m'a plongée dans la vie. Il m'a offert Noces de Camus, que j'ai relu cent fois. Une drôle d'entité (rires) ! Quand le couple se fige, il devient prison. A un moment, je me suis sentie enfermée. Parfois, on est à deux, mais on peut être en même temps profondément seul. Maud, l'héroïne de mon roman, attend que quelque chose se passe dans sa vie. Ce bonheur vire à la douleur, mais cela intensifie le désir. On vit dans un monde, où tout va vite. C'est merveilleux de prendre le temps d'éprouver des émotions. Ne plus entendre le bruit du monde. La musique du texte nous relie à une voix intérieure, qui résonne avec la nôtre. Tous les contes. La lecture est une traversée, un regard qui me transforme, comme la trilogie d'Henry Miller. Il travaillait dans une société de courtage, mais il a tout arrêté pour écrire. Cela m'a aidée à partir vers mon rêve d'écriture, après mes études de commerce. Je redécouvre à chaque fois avec émotion Rembrandt, Van Gogh ou Munch. En musique, j'aime jouer Ravel ou Debussy et je suis fan de chanson française. Face à Barbara, Sanson ou Reggiani, je sens quelque chose de charnel, de l'ordre de la poésie. Ecrire, lire, rêver et faire un câlin à ma fille. J'avais 13 ans et je me pensais laide. Une copine d'école est venue me dire le contraire. Ma fille, lorsque j'ai mis une robe d'été après l'hiver. Etre belle, c'est rayonner. Soit un jeans, soit des robes très féminines. J'aime les choses simples, comme la marque Maje. Allure de Chanel. L'absence, de mes enfants par exemple. La mélancolie n'est pas triste, mais elle me définit. Le chocolat, les profiteroles et le tiramisu ! Je ne veux ni mourir ni m'endormir. Cette peur de perdre le battement de la vie fait partie de moi, tant je crains qu'elle soit une petite mort. L'écriture me réveille à chaque instant. Un temps fou , par Laurence Tardieu, Stock, 236 pages.Propos recueillis par Kerenn Elkaïm