La crête qui s'étire de Diest à Aarschot séparait autrefois le duché d'Aarschot du marquisat de Westerlo. Aux XVe et XVIe siècles, cette colline protégée par la forêt accueillait déjà des vignes dont les raisins servaient à réaliser le vin de messe cher aux Norbertins des abbayes d'Averbode et de Tongerlo, situées non loin de là. Aujourd'hui, elle apparaît comme la frontière invisible entre la Campine et le Hageland. Sur les coteaux sud, à une trentaine de mètres d'altitude, repose le domaine Ten Kapittelberg et ses 13 500 pieds de vigne. Son propriétaire, Jan Willekens, 43 ans, y travaille avec le coeur et les mains depuis près d'un quart de siècle...
...

La crête qui s'étire de Diest à Aarschot séparait autrefois le duché d'Aarschot du marquisat de Westerlo. Aux XVe et XVIe siècles, cette colline protégée par la forêt accueillait déjà des vignes dont les raisins servaient à réaliser le vin de messe cher aux Norbertins des abbayes d'Averbode et de Tongerlo, situées non loin de là. Aujourd'hui, elle apparaît comme la frontière invisible entre la Campine et le Hageland. Sur les coteaux sud, à une trentaine de mètres d'altitude, repose le domaine Ten Kapittelberg et ses 13 500 pieds de vigne. Son propriétaire, Jan Willekens, 43 ans, y travaille avec le coeur et les mains depuis près d'un quart de siècle... " Je n'ai exercé aucun autre métier que celui de vigneron au sein de ce domaine, raconte-t-il. Après mes études d'oenologie au Lycée viticole de Rouffach en Alsace et à l'école Winzermeister de Bad Kreuznach (en Allemagne), j'ai commencé à travailler dès 1989. Mon père, qui avait fondé huit ans plus tôt la société Ten Kapittelberg, était un vigneron amateur. Quand sa passion s'est transformée en profession, il m'a convaincu d'entamer des études spécialisées. J'ai suivi ses conseils. Puis, après quelques stages, j'ai mis mes acquis au service du domaine. " Bien sûr, l'endroit possède ses racines dans une époque bien plus lointaine : on retrouve des traces sur la production de vin dans des écrits du XVIe siècle. On sait aussi que la grande majorité des vignes ont été arrachées durant la Révolution française. La faute à qui ? Un Napoléon convaincu que seul le vin français méritait d'être bu. Les cultures que l'on connaît aujourd'hui, elles, se trouvaient à l'époque de l'autre côté de la Kapittelbergstraat. Mais elles ont été incendiées par les Allemands au début de la Première Guerre mondiale. Un petit vignoble a néanmoins résisté sur le versant sud de la colline. C'est là que Rik Bossuyt, dans les années 60, s'est mis à replanter des raisins, remettant ainsi la culture vinicole de Kapittelberg au goût du jour. Il a d'abord fait bâtir une reproduction de l'exploitation agricole des Norbertins, avant d'opter pour des vignes de pinot noir, achetées en 1964 à Vosne-Romanée. C'était un homme ambitieux et fin connaisseur, mais il est malheureusement décédé sans avoir eu le temps de terminer son oeuvre... " Mon père, Karel Willekens, a racheté le domaine ainsi que le vignoble, explique notre interlocuteur. Aujourd'hui, nos pieds de vigne sont répartis sur 3,5 hectares. Grâce à la position naturelle favorable du domaine, ils grandissent sous un microclimat qui apporte quelques degrés supplémentaires à la fin de l'hiver et un air chaud au printemps. Ce dernier fait des merveilles lorsque les gelées précoces menacent de détruire les pousses des fruits. Notre méthode de culture est similaire à celle du Cap (en Afrique du Sud) : une double arcure, qui courbe les sarments des vignes à une hauteur de 70 cm, et ce dans deux directions opposées. Les vignes de pinot noir ne sont pas les plus adaptées à notre climat. Durant leur maturation tardive, elles réclament beaucoup de soleil et celui-ci n'est pas toujours au rendez-vous dans nos contrées. Nous avons donc choisi de planter des raisins alsaciens et luxembourgeois, qui s'accommodent davantage au climat et qui arrivent plus facilement à maturité complète avant la fin septembre. " Chaque variété possède ses caractéristiques. Jan Willekens poursuit : " Lors de la vinification en mono-cépage, les raisins de Müller-Thurgau produisent un vin plat sans arrière-goût, ou presque. Nous les combinons donc au pinot blanc afin d'obtenir le Witte Kapittel de Herselt. La vigne Optima, elle, est plus difficile à cultiver et les récoltes sont minimes, mais elle produisent un vin délicieusement doux et plein. Les raisins de l'Auxerrois, quant à eux, donnent naissance à un breuvage au tempérament plus prononcé, qui possède à la fois du corps et une belle palette de saveurs complexes. Nous possédons également un peu de Gewürztraminer, auquel nous ajoutons du jus de Siegerrebe afin de parfaire son caractère. Notre Edelrood (rouge) est réalisé à base de Dornfelder et d'un peu de Pinot Noir. L'étonnant Rode Kapittel de Herselt est fermenté dans des (nouveaux) fûts en chêne. Enfin, notre Roze Kapittel (rosé) est produit selon la méthode en vigueur de macération des raisins rouges, si ce n'est qu'au lieu de rester trois semaines en fûts, ils sont enlevés précocement et pressurés... Il faut savoir que 80 % de notre production est vendue ici-même, le reste étant destiné à l'horeca ou aux négoces... " Point fort de l'entreprise : la famille. Que ce soit au niveau du travail agricole proprement dit, de la gestion de la cave ou de la vente, les décisions sont prises ensemble, autour d'une même tablée. C'est également en se serrant les coudes que le vignoble affronte les petits pépins. " Par exemple, nous dépendons chaque année de la nature. Un gel tardif ou une forte averse de grêle en été peut parfois mettre en péril des milliers de bouteilles. " A côté de cela, comme le succès est au rendez-vous, le climat est assez serein dans leur belle habitation, une ancienne ferme dont la grange date du XVIIe siècle et qui sert aujourd'hui de salle de dégustation. " Nous pouvons y faire apprécier l'ensemble de notre gamme, qui compte sept vins Kapittel. Devant la grange, se trouve une large terrasse avec une jolie vue sur la cour intérieure, où les visiteurs adorent venir boire un petit verre. Nous sommes un lieu de tourisme rural et, en cas de beau temps, l'endroit est bondé. Pourtant, nous faisons très peu de publicité : c'est le bouche-à-oreille qui agit, et le décor qui incite à revenir... " Domaine Ten Kapittelberg, 4, Kapittelbergstraat, à 2230 Herselt. Tél. : 014 54 85 35 ou 0495 55 45 65. www.kapittelberg.be Ouvert dès 14 heures entre le 1er mai et le 1er octobre (en hiver, uniquement le dimanche). Visites guidées ou dégustations en groupe sur rendez-vous. PAR PIETER VAN DOVEREN / PHOTOS : FRÉDÉRIC RAEVENS