Comment bien choisir un nouveau parfum ? Cernez au préalable l'utilisation que vous voulez en faire : circonstances, intention... Identifiez une ou des familles olfactives qui vous plaisent : fougères, boisés, orientaux... Tenez compte du déroulé de la pyramide olfactive (les fragrances dégagées d'abord par les notes de tête, ensuite par les notes de c£ur et finalement par les notes de fond). Découvrez, enfin, les notes connues ou d'autres encore inconnues qui vous attirent le plus.
...

Comment bien choisir un nouveau parfum ? Cernez au préalable l'utilisation que vous voulez en faire : circonstances, intention... Identifiez une ou des familles olfactives qui vous plaisent : fougères, boisés, orientaux... Tenez compte du déroulé de la pyramide olfactive (les fragrances dégagées d'abord par les notes de tête, ensuite par les notes de c£ur et finalement par les notes de fond). Découvrez, enfin, les notes connues ou d'autres encore inconnues qui vous attirent le plus. Avant de vous rendre dans une parfumerie, veillez à ce que votre peau ne véhicule aucune fragrance de savon ou d'eau de toilette, et une fois sur place ne testez pas plus de trois parfums pour ne pas fausser le fonctionnement de votre nez. Demandez à les appliquer sur votre peau et non sur une mouillette. Si après quelques heures, l'un ou l'autre des trois parfums vous plaît vraiment, ce sera le moment d'acheter. Pas avant. Un parfum qu'on porte pour travailler ne sera pas forcément celui du week-end ou des vacances. Et on ne se parfume pas de la même manière pour aller dîner, sortir en boîte ou se rendre à l'opéra... Un parfum plaît ou déplaît : à vous et à votre entourage. Il faut en tenir compte. " Alors que l'image que nous recevons d'une personne est extérieure à nous, l'odeur, au contraire, nous pénètre, souligne Jean-Claude Ellena, le nez de chez Hermès. Vécue comme une atteinte personnelle, cette pénétration est pour les psychologues à l'origine du sentiment de plaisir ou de déplaisir, parfois même du dégoût ressenti pour une odeur... Quand deux êtres se rencontrent, l'idéal serait qu'un seul d'entre eux porte un parfum. Le parfum est une forme de communication non verbale qui a un impact sur le comportement de celui qui le porte comme sur celui qui le sent. "Un coup de c£ur immédiat pour un jus testé sur une mouillette en parfumerie ou découvert par hasard sur un autre homme ne sera pas forcément le meilleur choix : il faut attendre qu'un parfum et votre peau trouvent leur chimie propre - cela prend du temps -, et une fragrance seyant à la peau et à l'allure d'un ami ne conviendra pas forcément aux vôtres. Traditionnellement, le nombre de familles olfactives dévolues aux messieurs est plus limité. Mais la distinction entre les fragrances masculines et féminines est en train de s'estomper, plusieurs jus ne précisant plus le genre auquel ils s'adressent. Voyez les collections pointues chez Chanel (Les Exclusifs), Hermès (Hermessence), Dior (Collection Privée), Armani (Privé)... Sans oublier ces parfums bien masculins de chez Jean Paul Gaultier, Thierry Mugler et autres Dior Homme qui n'ont pas hésité, ces dernières années, à forcer dans leur composition sur les doses de vanille ou d'iris jadis considérées comme typiquement féminines. Mais on n'écarte pas la tradition d'un revers de la main. Les quatre familles olfactives généralement considérées les plus aptes à plaire à la gent masculine sont les aromatiques (thym, romarin, sauge...), les boisés (santal, patchouli, cèdre...), les hespéridés (agrumes : citron, orange, pamplemousse...) et les orientaux (résine, tabac, épices...). Même si l'on estime communément que les familles olfactives sont au nombre de sept : floraux, chypres, aromatiques, hespéridés, boisés, cuirs et orientaux. Les professionnels qui hier encore participaient au classement de nouveaux parfums dans telle ou telle famille ont parfois tendance à s'en détourner désormais, au nom d'une plus grande liberté de création. On les comprend. Mais pour Monsieur Tout-le-Monde, elles constituent bel et bien un premier repère. Même si - justement, en raison d'une plus grande liberté de création -, les notes parfois déclinées en sous-notes ou doubles notes voyagent désormais volontiers de l'une à l'autre et se retrouvent çà et là flanquées d'adjectifs olfactifs inédits... Chez les messieurs, chaque note d'une famille olfactive donnée peut s'associer à d'autres pour constituer des sous- familles. Un aromatique pourra s'unir avec des notes rappelant une odeur d'océan pour former un aromatique-aquatique par exemple. Les variations sont infinies mais, en début de course, mieux vaut s'en remettre aux archétypes. On raffinera après. Les notes parfumées sont plus ou moins volatiles. C'est pourquoi, dans la composition d'un parfum, on retient systématiquement une évolution des senteurs perçues en fonction de cette volatilité. On parle alors de la pyramide olfactive. Les notes qu'on sent en premier lieu lors de la découverte d'un parfum sur notre peau, ce sont les notes de tête. Elles sont généralement fraîches et vives. Commercialement, elles sont déterminantes dans le choix du client puisqu'elles s'adressent à la première impression. Mais elles ne durent guère (de quelques minutes à deux heures en général). Les notes de c£ur se révèlent quand les notes de tête commencent à s'atténuer. Elles sont moins intenses mais tiennent plus longtemps. Fruitées ou épicées, elles véhiculent l'identité du parfum et peuvent perdurer de deux à quatre heures en général. Viennent ensuite les notes de fond peu volatiles et à l'odeur persistante qui servent aussi de fixateurs aux deux premières. Elles s'accrochent à la peau et parfois aux cols des vêtements, des foulards et des écharpes. Des heures durant, voire plusieurs jours. S'il n'est pas interdit de se laisser séduire par les notes de tête, elles ne suffisent donc pas pour procéder directement à l'achat d'un parfum. Ce sont les notes de c£ur et les notes de fond qui en constituent l'ADN, et qui, de concert avec la réaction de votre peau, doivent procurer une sensation d'approbation inconditionnelle. Prenez donc le temps qu'il faut pour choisir celui qui vous convient le mieux, en suivant notre petit guide d'orientation... forcément subjectif. PAR SERGE VANMAERCKE