Une vilaine à tomber. On a peine à croire, quand on la voit, là, stupéfiante de beauté dangereuse, que, sur les premiers croquis des studios Disney, Maléfique était laide... à faire peur. Le grand Walt savait qu'il fallait des méchants " likeable " pour que ses histoires fonctionnent. Pour lui donner vie sous les traits d'Angelina Jolie (1.), le département make-up et costumes n'a pas ménagé sa peine, n'hésitant pas à faire évoluer ses capes flottantes à col haut moyenâgeuses vers des silhouettes plus contemporaines pas...

Une vilaine à tomber. On a peine à croire, quand on la voit, là, stupéfiante de beauté dangereuse, que, sur les premiers croquis des studios Disney, Maléfique était laide... à faire peur. Le grand Walt savait qu'il fallait des méchants " likeable " pour que ses histoires fonctionnent. Pour lui donner vie sous les traits d'Angelina Jolie (1.), le département make-up et costumes n'a pas ménagé sa peine, n'hésitant pas à faire évoluer ses capes flottantes à col haut moyenâgeuses vers des silhouettes plus contemporaines pas très éloignées de ce que l'on peut voir aujourd'hui sur les catwalks chez Givenchy (2.) ou chez Balenciaga, entre autres. Un make-over digne d'Orlan. A la demande de la star, des prothèses spéciales ont été créées, en sus des légendaires cornes qu'elle a toujours sur la tête, pour lui redessiner les joues, le nez et les oreilles. Sans oublier des lentilles de contact peintes à la main pour injecter du sang dans ses iris verts. Plus de trace en revanche du teint verdâtre de la version animée. Toni G, maquilleuse d'Angelina Jolie, a d'abord illuminé son visage pour mieux ensuite faire ressortir les yeux en jouant sur une combinaison de tons naturels contrebalancés par le rouge vermeil cruellement intense des lèvres. Sur les ongles, on peut bien parler de nail art avec, selon les scènes, une base rouge ou noire recouverte d'un top coat perlé opalescent. Une ligne pour enfant. Champion toutes catégories des licences - elles rapportent à Disney plus de 20 milliards de dollars chaque année -, le studio américain a déjà annoncé deux collaborations premium, la première visant directement le public junior du film. La styliste Stella McCartney signera une capsule (4.) - plutôt des déguisements que des vêtements d'ailleurs - inspirée tant par Maléfique que par les autres personnages du film, puisque l'on y retrouve aussi des tenues de princesses et de dragons pour les petits garçons. Un look collector. Pour les grandes filles, M.A.C lancera, dès le6 juin prochain, des produits Maleficent (3.) en édition limitée. Ce n'est pas la première fois que la marque de make-up pro collabore avec Disney. En 2010, la collection Venomous Villains s'inspirait de quatre méchants iconiques, Cruella, la Méchante Reine de Blanche-Neige, le Docteur Facilier de La Princesse et la Grenouille et Maléfique, déjà elle. Pour l'occasion, les équipes de M.A.C avaient eu accès à toutes les références Pantone utilisées par les dessinateurs pour créer des palettes audacieuses et portables à la fois. Un défi à nouveau relevé, des faux cils au bout des griffes. Maléfique, sur les écrans dès ce 28 mai. I.W.