Ce devait être le dernier bastion de la fierté masculine. Un sanctuaire pour les machos nostalgiques. La féminisation des m£urs et l'emprise croissante de la technologie sur nos vies en ont décidé autrement : le high-tech n'est plus seulement une histoire de mecs ! De quoi faire vaciller quelques clichés : non, les " nanas " ne sont pas forcément allergiques aux jeux vidéo, à l'informatique, au multimédia...
...

Ce devait être le dernier bastion de la fierté masculine. Un sanctuaire pour les machos nostalgiques. La féminisation des m£urs et l'emprise croissante de la technologie sur nos vies en ont décidé autrement : le high-tech n'est plus seulement une histoire de mecs ! De quoi faire vaciller quelques clichés : non, les " nanas " ne sont pas forcément allergiques aux jeux vidéo, à l'informatique, au multimédia... Dans certains cas, les femmes, plutôt en herbe, ont même déjà pris les choses en main. En particulier dans la blogosphère. D'après le bureau d'études Forrester, 57 % des bloggeurs européens sont des bloggeuses... Les mauvaises langues rétorqueront qu'un blog n'est rien d'autre qu'un journal intime en ligne. On s'y raconte, on s'y expose, on s'y épanche... Ce qui, dans la typologie sexiste des genres, demeurent des activités typiquement féminines. Bref, rien de vraiment neuf sous le soleil. Argument rejeté ! L'outil utilisé, Internet, appartient bien à la galaxie du high-tech, supposée imperméable au " beau sexe " jusqu'il y a peu. Les autoroutes de l'information voient l'avenir en rose. C'est une réalité. Les chiffres l'attestent. Ainsi, en 2005, un tiers des 13 millions d'adeptes de jeux vidéo en France étaient des femmes. Plus révélateur encore : au dernier trimestre 2006, 44,3 % des 17,6 millions d'internautes français qui avaient acheté en ligne au cours de cette période étaient de sexe féminin (source : Mediametrie). Le doute n'est plus permis : les filles se sont approprié les nouvelles technologies. Surtout les plus jeunes. La console de jeu, Internet, le lecteur MP3, le téléphone portable, les messageries instantanées ou encore les sites communautaires font partie de leur environnement. Il y a d'ailleurs fort à parier qu'une fois que les contenus leur ressembleront davantage, elles seront encore plus nombreuses à monter dans le train de la conversion numérique. Car pour l'heure, la production reste très cadenassée. On voit encore peu de filles parmi les concepteurs de jeux. Mais ça ne devrait plus durer. Une génération d'adolescentes biberonnées au high-tech se profile à l'horizon... Du reste, les choses bougent déjà. Les acteurs du high-tech ne peuvent, en effet, ignorer plus longtemps cette moitié de la population qui frappe à leur porte. On le voit très bien dans le domaine très lucratif des jeux vidéo. Dans la foulée du succès parfumé à la violette des Sims, les jeux prenant davantage en compte les préoccupations des filles se sont multipliés. Que ce soit en saupoudrant les scénarios de personnages féminins (" Parasite Eve " ou " Street Fighter 2 ") ou en misant sur des jeux interactifs rassembleurs. On songe ici notamment au label " Get Together " de PlayStation qui permet d'identifier les titres qui se jouent en famille ou entre amis, tous sexes confondus. Du genre " SingStar " (un karaoké) ou " Buzz " (un quiz TV). Là où la percée féminine est la plus visible, c'est toutefois dans le design des objets high-tech. Ayant flairé la bonne affaire, les constructeurs ont fini par se préoccuper de leur clientèle en ballerines. Il leur a fallu le temps mais depuis grosso modo deux ans, on assiste à une valse de produits ciblés. Avec d'un côté, les produits spécifiquement calibrés pour les filles, de l'autre, ceux qui jouent une carte plus consensuelle : design unisexe ou neutre mais discours teinté de sensualité, histoire de ratisser le plus large possible. Quelques exemples de produits réservés aux femmes ? Le téléphone Samsung E570 avec sa finition nacrée, ses incrustations argentées et ses motifs floraux. Ou les Nokia 7373, 7360 et 7390, aux reflets rose pâle et au design ultra- féminin. Ou encore l'élégant Prada Phone de LG. Si ce dernier n'est pas " women only ", sa silhouette effilée trouvera naturellement sa place dans un sac à main. Même chose pour l'appareil photo Olympus FE 230, le plus compact du marché (16,5 mm d'épaisseur). Bref, du high- tech taille mannequin. N'oublions pas non plus toutes les séries spéciales " pink ". Les consoles PSP, PlayStation 2 ou Nintendo DS ont ainsi eu droit à leur version rose bonbon. Un coloris qui laisse planer peu de doutes sur l'intention des fabricants... De même quand Apple pare son iPod Shuffle de tons acidulés. Moins sectaires, d'autres marques se contentent de glisser une note féminine dans leur communication. Ici, c'est Philips qui publie un guide d'achat pour aider les femmes à choisir leur écran plat, là c'est Thrustmaster qui confie à un personnage féminin, Miss T, le soin de conseiller les propriétaires de Wii (la nouvelle console Nintendo) en accessoires. En réalité, c'est toute la sphère du high-tech qui a pris une tonalité féminine. Le design a gagné en courbes et en fraîcheur. Prenez le futur iPhone d'Apple ou le système home cinema KHT5000 de Kef, aux rondeurs sensuelles. On est loin de la rigueur militaire des premiers PC. Hier, les femmes régnaient sur les appareils électroménagers. Aujourd'hui, elles apprivoisent les nouvelles technologies. La boucle est bouclée... Laurent Raphaël