10 H 00 MUSEO DE ARTES DECORATIVAS

C'est en 1964 que l'ancienne demeure familiale de Jose Gòmez Mena, pionnier cubain de la vente au détail, a été convertie en musée des arts décoratifs. Maria Luisa, aristocrate espagnole et soeur de Jose, jouissait d'une grande popularité dans la haute société cubaine. Et la maison de la Calle 17 accueillit les fêtes les plus décadentes de la capitale. Forcée de fuir le pays lors de la révolution, la famille dissimula dans les caves de la villa ses plus précieux trésors, qui sont aujourd'hui exposés dans les salles du...

C'est en 1964 que l'ancienne demeure familiale de Jose Gòmez Mena, pionnier cubain de la vente au détail, a été convertie en musée des arts décoratifs. Maria Luisa, aristocrate espagnole et soeur de Jose, jouissait d'une grande popularité dans la haute société cubaine. Et la maison de la Calle 17 accueillit les fêtes les plus décadentes de la capitale. Forcée de fuir le pays lors de la révolution, la famille dissimula dans les caves de la villa ses plus précieux trésors, qui sont aujourd'hui exposés dans les salles du musée pour le plus grand plaisir des visiteurs. Les " paladares " - restos installés au domicile privé des propriétaires et légalisés à Cuba en 1993 - ne pouvaient proposer qu'un nombre limité de tables et devaient être exploités en famille. Depuis que la législation a été assouplie en 2010, ils connaissent une flambée phénoménale. Dans une splendide maison de maître sur la Calle 5, L'Atelier pourrait bien être l'une des meilleures adresses de La Havane, avec ses deux toits-terrasses, ses recoins charmants, ses détails vintage et son menu très éclectique. Les amateurs de design du milieu du siècle dernier ne manqueront pas d'aller prendre un café dans le lobby de l'hôtel Havana Riviera. Situé le long du Malécon, la célèbre promenade de front de mer, l'établissement s'ouvre sur les eaux bleues du détroit de Floride et respire aujourd'hui encore l'atmosphère des années 50. Construit par le mafioso Meyer Lansky, il a conservé une bonne partie de son mobilier original. A La Havane, une séance de cinéma constitue une véritable expérience. Les Cubains ne cessent de rire et d'échanger des commentaires tout au long du film, le public entre et sort... Le ciné La Rampa (Calle 23), initialement bâti pour accueillir une piste de bowling, abrite aujourd'hui les archives du cinéma cubain. Idéal pour combiner culture et détente. Toujours sur la Calle 23, le luxueux hôtel Habana Libre a ouvert en 1958 sous le nom de Havana Hilton, faisant office de QG pour Fidel Castro et ses troupes. Le lobby dévoile un superbe exemple d'architecture moderniste, avec sa structure en béton surmontée d'une imposante coupole et égayée d'une végétation luxuriante, le tout traversé de marbre et de cuivre. Le restaurant Polinesio vous téléporte droit dans les fifties, avec son plafond en roseaux tressés, son papier peint au motif délicieusement désuet et sa déco en bambou. Trop tôt pour rentrer à l'hôtel ? Prenez un taxi jusqu'à la Calle 17 pour y siroter un cocktail au très artistique Café Madrigal - le genre de bar où on resterait bien toute la nuit à refaire le monde, un mojito à la main...