P assionnée par les parfums, Martine Iselin ne se doutait pas qu'un jour elle se dédierait à l'univers chatoyant de la couleur et qu'elle s'imposerait sur le marché très prisé des make-up artists. Née à Paris, elle passe son enfance en Ile-de-France, au contact de la nature. Le jardin embaume le lilas et la glycine, ses fleurs préférées. La petite fille est aux anges. " Quand j'avais 5 ans, j'aimais traverser une parfumerie pour sentir toutes ces odeurs raffinées et poudrées, qui n'ont rien à voir avec les parfums d'aujourd'hui. Je parfumais mes poupées avec des échantillons que les vendeuses me donnaient. " Cette passion l'amène tout naturellement à évoluer dans le domaine de la parfumerie. Elle suit les cours d'esthétique, apprend les soins du corps et trouve un emploi dans une parfumerie traditionnelle, à Paris. Plus tard, elle s'établira à Grenoble et aura sa propre parfumerie.
...

P assionnée par les parfums, Martine Iselin ne se doutait pas qu'un jour elle se dédierait à l'univers chatoyant de la couleur et qu'elle s'imposerait sur le marché très prisé des make-up artists. Née à Paris, elle passe son enfance en Ile-de-France, au contact de la nature. Le jardin embaume le lilas et la glycine, ses fleurs préférées. La petite fille est aux anges. " Quand j'avais 5 ans, j'aimais traverser une parfumerie pour sentir toutes ces odeurs raffinées et poudrées, qui n'ont rien à voir avec les parfums d'aujourd'hui. Je parfumais mes poupées avec des échantillons que les vendeuses me donnaient. " Cette passion l'amène tout naturellement à évoluer dans le domaine de la parfumerie. Elle suit les cours d'esthétique, apprend les soins du corps et trouve un emploi dans une parfumerie traditionnelle, à Paris. Plus tard, elle s'établira à Grenoble et aura sa propre parfumerie. Petit à petit, Martine se met à utiliser les crayons, les houppettes et les pinceaux, découvre la magie de la couleur et du maquillage. Perfectionniste, elle complète sa passion naissante par l'apprentissage de la technique, en suivant les célèbres cours de maquillage de Christian Chauveau, à Paris. La fréquentation des musées l'enrichit beaucoup. " Il y a une corrélation entre le maquillage et la peinture, souligne la jeune femme. Je me rappelle d'un tableau d'Auguste Renoir, au musée d'Orsay. Avec un paquet de peinture blanche et rose, l'artiste a créé une rose sur une nappe. Les expositions m'ont apporté beaucoup. Il est important de s'imprégner de toutes les ambiances. " Maniant des pinceaux avec de plus en plus de virtuosité, Martine quitte alors le monde de la parfumerie, pour celui de la mode. La concurrence y est impitoyable. Elle réussit tout de même à faire un bout de chemin dans cet univers glamoureux et fascinant et à participer à quelques défilés, notamment ceux de Christian Lacroix. La lecture d'un magazine fera alors basculer sa vie. L'histoire de la maison Nina Ricci, sa féminité, son esprit excessivement romantique et plein de douceur, lui correspondent si bien. Subjuguée, la jeune femme décide, sur-le-champ, de s'y faire engager. Son rêve ? Faire partie de l'équipe de la création des maquillages. Sa lettre de sollicitation ne ressemble en rien à une lettre type de candidature spontanée. Elle écrit... une " lettre d'amour ". La missive est convaincante, l'approche plaît. On lui propose de l'engager, pour... voyager dans le monde entier, jouer le rôle d'ambassadrice, de formatrice et de make-up artist Nina Ricci. Le défi est de taille, mais mérite d'être relevé. Martine dispose de quatre mois pour se familiariser avec un très gros dossier de formation et parfaire son anglais. Une fois prête, elle n'arrêtera plus de poser ses valises aux quatre coins du monde. " Ma tâche consistait à organiser des animations dans les grands magasins, à maquiller les consommatrices et à leur faire connaître la marque. C'était une expérience formidable, j'ai fait des rencontres fabuleuses. " En quatre ans, elle a quadrillé le monde, sauf les Etats-Unis. Aujourd'hui, elle continue à promouvoir les couleurs de Nina Ricci en Europe et aussi en Belgique. Les animations dans les parfumeries et le contact direct avec la consommatrice la comblent. Rien de plus valorisant que de contribuer à l'épanouissement des femmes, ressentir leur satisfaction lorsqu'elles se sentent bien maquillées, donc belles et éclatantes. Sa définition du maquillage ? Il est synonyme du bien-être, il affirme la personnalité et la féminité, il permet de montrer un visage plus rayonnant. Le maquillage ne signifie pas force ! Or, les femmes exagèrent. Soit elles mettent beaucoup de poudre de soleil, soit elles dessinent un trait de crayon trop prononcé à l'intérieur et en dessous de l'£il, soit elles maquillent trop la bouche. " Une femme qui utilise le maquillage intensément, avec un ou deux produits, durcit son visage, confie Martine. Moi, en revanche, j'allège. J'utilise plus de produits, mais par petites touches. Je souligne de façon naturelle le teint, les yeux et la bouche. En finalité, le maquillage est plus éclatant, car plus uniforme. " On parle souvent d'un maquillage de jour et d'un maquillage de soir. Faux. Il faut adapter son maquillage aux saisons. En été, la lumière est dorée et orangée. De novembre à mars elle est, au contraire, blanche et argentée. " Je conseille les teintes froides pour l'hiver et les tons abricotés pour l'été. Si on aime la poudre de soleil, il faut absolument l'alléger en hiver. Les marrons sur les paupières, en hiver, c'est dramatique ! Il faudrait les faire hiberner. " Ce qui est le plus important, c'est le teint ! Il faut le lisser et l'unifier avec le Teint Dessous de Peau ou le Teint Contrôle Impeccable. Pour les peaux sèches, le fond de teint Effet Galbe est idéal. On choisit une couleur qui se rapproche le plus de la carnation. Ils ont tous des textures imperceptibles, habillent la peau d'un voile de soie et apportent beaucoup d'éclat. Martine conseille aux peaux sèches et normales d'appliquer le fond de teint avec les doigts. Les peaux à tendance grasse feront appel à l'éponge. Le fini sera alors plus soigné. L'étape suivante ? On cache les imperfections et les cernes avec le Stylo Révélateur d'Eclat. Vos cernes sont perceptibles ? Essayez le Correcteur Multi Retouches, disponible en trois nuances. Il va les camoufler de façon très naturelle. Pour finir, on fixe le maquillage avec la Poudre Matité Aérienne. Elle est fine, lumineuse et matifie parfaitement. " Ces trois étapes - le fond de teint, le correcteur et la poudre - sont pour moi indispensables pour apporter la confiance et le bien-être aux femmes de tous les âges, quel que soit leur type de peau. " On n'oubliera pas les joues. Martine adore les Coordonnés de Peau, la texture soyeuse qui une fois posée sur le visage ressemble à " une mousseline avec reflets perlés ". Pour l'appliquer dans les règles de l'art sur les pommettes, on sourit face au miroir et on le pose au centre du bombé. Le regard s'anime avec des tons froids. Sur la paupière mobile, on applique la teinte claire de la palette Velours d'Ombres Duo 06 Bleu Cristal de Nuit et on sculpte le coin externe de l'£il avec le ton gris foncé. " Le crayon est indispensable, ajoute Martine. Sans crayon, le maquillage n'est pas fini. Il sculpte la bordure des cils, habille le regard et lui donne une finition jolie et soignée. Le crayon, c'est comme le col d'un manteau. "Dans la palette d'hiver, le crayon 05 Bleu Velours est particulièrement seyant. Pour mettre la bouche en valeur, Martine conseille le Rouge à Porter Effet Satin 04 Rose Innocent, une teinte douce et discrète, idéale pour celles qui n'ont pas l'habitude de porter du rouge à lèvres. Le 13 Grenat Intense ira à ravir à celles qui aiment souligner le sourire et surtout celles qui apprécient les " couleurs couture ". On l'habille ensuite de Gloss Douceur Laquée, 05 Rose Mystère, par exemple, qui amène brillance supplémentaire et un fini glamour. Barbara Witkowska