Le 16 juillet 2010, Instagram voit le jour et bouleverse les codes. Tout à coup, nous publions nos vies. Une tendance qui n'est pas sans conséquence: une overdose de sensations, d'images et d'expériences. Soudainement, tout le monde se change en hipster. Le streetwear devient notre uniforme. Nos joggings sont désormais griffés Dior ou Louis Vuitton (1). Imitant les rappeurs américains, Stromae et Orelsan lancent même leur marque. Le mauvais goût n'existe plus, sauf s'il est ironique, auquel cas le mauvais goût est aussi de bon goût. Moquée hier, Céline D...

Le 16 juillet 2010, Instagram voit le jour et bouleverse les codes. Tout à coup, nous publions nos vies. Une tendance qui n'est pas sans conséquence: une overdose de sensations, d'images et d'expériences. Soudainement, tout le monde se change en hipster. Le streetwear devient notre uniforme. Nos joggings sont désormais griffés Dior ou Louis Vuitton (1). Imitant les rappeurs américains, Stromae et Orelsan lancent même leur marque. Le mauvais goût n'existe plus, sauf s'il est ironique, auquel cas le mauvais goût est aussi de bon goût. Moquée hier, Céline Dion (2) devient icône de mode et interpelle avec ses looks décapants... Sur nos portables on veut du court. On ne parle plus de série, mais de shortcom. Avec Bref., Kyan Khojandi offre au loser un statut de héros.La série télévisée Girls (3), réalisée par Lena Dunham entre 2012 et 2017, résume parfaitement la décennie, mais a encore des répercussions près de dix ans plus tard: l'acteur Adam Driver apparaîtra dans un film sur Gucci et dans la publicité pour un nouveau parfum Burberry cet automne. La fin de la décennie est plus sombre, avec l'arrivée de MeToo et Black Lives Matter (4), deux mouvements désireux de remettre les idées en place. En 2019, Les Grenades, la plate-forme féministe de la RTBF, voit le jour. En France, le crop top à l'école fait réagir Emmanuel Macron. Comme en mai 68, les filles rêvent de jeter leur soutien-gorge. Que restera-t-il du courant "woke" en 2031? La décennie se finit brusquement, frappée par la Covid. TikTok rythme désormais la vie par procuration d'une génération. Gwyneth Paltrow sort une bougie à l'odeur de vagin (5). Le monde entier se lance des dance challenges sur Jerusalema (6). Mais les années 2020 n'ont pas encore décollé. Pour l'instant, nous ne nous souvenons guère que de la pandémie, des conditions météo extrêmes, des appels Zoom et du retour un peu décevant de Friends. Sans oublier les minisacs Jacquemus (7). Comme on a le nez dessus, il s'agit moins de come-back que de queues de comète. Pour un petit temps encore, nos murs resteront Millennial pink et nos maisons remplies de pileas, monsteras et autres philodendrons comme il se doit dans tous les foyers modernes remplis de plantes. Nous boirons du café "curated" avec des Stan Smith aux pieds. Nous resterons normcore à l'image d'une décennie remarquablement soignée. Celine, la marque de mode la plus appréciée des tennies, est d'une certaine manière déjà de retour: on retrouve le style de Phoebe Philo qui l'incarnait jusqu'en 2017 dans la mode de Bottega Veneta, le designer Daniel Lee ayant été le bras droit de la Britannique pendant des années et de Jil Sander. Phoebe Philo, qui portait souvent des Stan Smith, prévoit un retour la saison prochaine avec son propre label, très attendu sur la planète fashion.