GRIMENTZ, EN SUISSE

Ce petit village d'à peine 400 âmes s'est ouvert au tourisme à la fin des années 50. Il ne manque pas de charme, avec ses petits chalets rebelles aux alignements et " ses greniers sur pilotis isolés du sol par de larges pierres rondes en forme de meule empêchant les souris de grimper ", tels que les décrit Victor Tissot dans La Suisse inconnue. On s'y promène dans un décor de carte postale. En prenant un peu de temps pour s'intéresser aux traditions de ce coin d...

Ce petit village d'à peine 400 âmes s'est ouvert au tourisme à la fin des années 50. Il ne manque pas de charme, avec ses petits chalets rebelles aux alignements et " ses greniers sur pilotis isolés du sol par de larges pierres rondes en forme de meule empêchant les souris de grimper ", tels que les décrit Victor Tissot dans La Suisse inconnue. On s'y promène dans un décor de carte postale. En prenant un peu de temps pour s'intéresser aux traditions de ce coin de Valais, on est surpris d'y découvrir un vin atypique élevé en altitude. Au XIXe siècle, les Anniviards vinifiaient en plaine et montaient leur production pour la stocker dans des fûts de mélèze, un bois qui confère au breuvage un goût particulier de résine, voire de noix. A la longue, les habitants se sont rendu compte que plus le vin s'oxydait, meilleur il devenait, gagnant même des notes subtiles de livèche. Ils ont alors fait perdurer cette tradition, rechargeant sans cesse les tonneaux pour que se mêlent en permanence vin neuf et vin vieilli. Dans la maison appartenant à la communauté bourgeoisiale de Grimentz, il est possible de déguster ce vin surmaturé au robinet du fameux " tonneau de l'évêque ", un large fût qui, selon des calculs mathématiques savants, contiendrait encore 27 litres du millésime 1886. www.valdanniviers.ch Situé au nord-est du pays, dans la province du Trentin, l'endroit possède quelque chose d'atypique, tant la magie des Dolomites y coupe le souffle. C'est flagrant dans la petite station-village de Cavalese, avec ses influences architecturales autrichiennes, qui séduit par son calme et sa douceur de vivre. Elle enchante les randonneurs en proposant de magnifiques sentiers neigeux qui vont se perdre de lacs gelés en forêts grandioses, comme celle de Paneveggio offrant 4 000 hectares d'une faune et d'une flore qui ne sont pas sans rappeler les romans de Jack London. www.visitfiemme.it Nous sommes dans la plus haute commune de la Wildschönau, au Tyrol. Ici les vaches sont deux fois plus nombreuses que les habitants (160 personnes à l'année). Deux auberges, une église, de nombreuses fermes et l'une des plus petites écoles d'Autriche (douze élèves)... Le décor est planté. Comme le résume très bien l'office du tourisme, " un véritable voyage dans le temps pour redécouvrir la vie rurale d'antan ". www.wildschoenau.com