1. Que d'eau

Cette année marquait la septième édition du Salone Internazionale del Bagno, durant lequel les fabricants de salles de bains ont rivalisé d'audace pour se démarquer, dans un secteur dopé par l'engouement pour les thématiques spa/wellness. A ce petit jeu, c'est la Française India Madhavi qui l'a emporté avec sa " New Bathroom ", concept tout en arrondi proposé en trois exubérantes variantes (pistache, fraise et myrtille) par Bisazza Bagno.
...

Cette année marquait la septième édition du Salone Internazionale del Bagno, durant lequel les fabricants de salles de bains ont rivalisé d'audace pour se démarquer, dans un secteur dopé par l'engouement pour les thématiques spa/wellness. A ce petit jeu, c'est la Française India Madhavi qui l'a emporté avec sa " New Bathroom ", concept tout en arrondi proposé en trois exubérantes variantes (pistache, fraise et myrtille) par Bisazza Bagno.Le Design Award de la meilleure installation a déjà été décerné au Monster Cabaret de Lasvit. Les maîtres verriers tchèques avaient peuplé le Teatro Gerolamo de monstres et de mauvais génies - aliens, fantômes ou statuettes de Lénine - nés des cauchemars de top-designers, tels que les frères Campana, Maarten Baas (photo), Nendo ou Fabio Novembre. Mention tout de même aux colosses mécaniques de Ventura Centrale, les sept Giants with dwarf de Stephan Hürlemann pour Horgenglarus.C'est peut-être l'une des conséquences des préoccupations écologiques du moment, ou tout simplement un signe qu'il est et restera un matériau de choix pour l'ameublement ; quoi qu'il en soit, le bois s'est invité auprès d'éditeurs inattendus dans les pavillons de Rho Fiera, rappelant au passage qu'il restait ouvert aux évolutions technologiques, avec la perspective de séduire de nouveaux publics. Démonstration par une griffe que l'on ne peut imaginer plus éloignée du design ligneux : Kartell, qui, avec la complicité de Philippe Starck, revisite ses classiques plastiques en bois renforcé de résine.Le programme off du Salone donne souvent l'occasion aux marques high-tech de prospecter des territoires technologiques inconnus du grand public, la preuve encore cette année avec l'installation Soundscape d'Asahi Glass (photo), un " moment éclaté " en différents sons que diffusent les haut-parleurs en verre. Immanquable du genre, l'expo sensorielle Hidden Senses de Sony, qui projette dans notre quotidien une série d'applications de procédés techniques des plus alambiqués.On ne compte plus les éditeurs qu'inspirent faune et flore en folie, au premier rang desquels Sancal, qui a transformé son emplacement en une cartoonesque forêt vierge, avec le concours de l'illustrateur Egle Zvirblyte (2.). Dans le même ordre d'idées, on retient le " Musée des animaux éteints " de Moooi ( lire par ailleurs), les tabourets tronc d'arbre de YOY avec Kvadrat (1.) ou les lampes Linnut de Magis, sans oublier une flopée de vitrines très végétales dans le centre-ville - qui profite toujours de l'affluence pour se montrer sous son meilleur jour - de Zara Home à La Rinascente.