Marie Gillain, vivez-vous dans un monde désenchanté ou enchanteur ?

Cela dépend souvent du regard porté sur le monde. L'éclat de rire ou le bien-être d'un enfant peut vous donner envie de voir la vie de façon enchanteresse. Lors de mon voyage au Vietnam, j'ai regardé les résultats accomplis par Plan Belgique. J'avais envie de me focaliser sur les effets positifs, tout en restant critique.
...

Cela dépend souvent du regard porté sur le monde. L'éclat de rire ou le bien-être d'un enfant peut vous donner envie de voir la vie de façon enchanteresse. Lors de mon voyage au Vietnam, j'ai regardé les résultats accomplis par Plan Belgique. J'avais envie de me focaliser sur les effets positifs, tout en restant critique. Nom di dju. Il y a quelque chose de très tendre dans ce mot, de pas vraiment fâché. Cela me plaît bien. Je devais me préparer pour l'avant-première de Coco avant Chanel (*), à Paris. Or j'avais fait un énorme bouton de fièvre pendant la nuit. L'espèce de météorite improbable qui vous tombe dessus. J'ai beaucoup ri en imaginant que, quelques heures plus tard, j'allais être sous les projecteurs. Voir ma fille de 5 ans chanter toute la journée. Quelque part, cela signifie qu'elle est libre et épanouie. Quand mon amoureux me dit " t'es belle ! ". Cela signifie " je te prends dans ta globalité, avec tout ce qui est certainement moche aussi ". Je suis atterrée de voir à quel point la France est en retard sur le plan environnemental. En Belgique, on me hurle pratiquement dessus lorsque je jette une cannette dans la mauvaise poubelle. Alors que, à Paris, règne une sorte de foutoir indescriptible. C'était au Vietnam. J'ai acheté toute une série de foulards en soie, de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Le rôle de ma vie ! C'est celui qu'on cherche, même si on ne sait pas forcément de quoi il est fait. Il n'y en a pas trente-six ! On ne sait pas quand cela arrive, si cela arrive, si c'est déjà passéàIl y en a tellement ! J'aimerais savoir faire la cuisine et écrire des scénarios. Quand on joue un rôle, on est caché derrière quelqu'un d'autre. Tandis qu'écrire une histoire, c'est montrer un peu qui on est et ce qu'on a dans le ventre. C'est la paresse et la peur qui m'empêchent certainement de m'y atteler. Je n'aime pas cette question, car il y a déjà l'intimidation de l'entrevue. Rencontrer les gens que j'admire, cela me bloque complètement. Disons donc que j'aimerais rencontrer de façon totalement improvisée Bouli Lanners et Gus Van Sant. Même si je n'arriverais pas à aligner plus de trois mots ! (*) Lire aussi Le Vif Weekend du 10 avril dernier.Propos recueillis par Catherine Pleeck