Les hommes ont été les premiers à se perdre dans le labyrinthe du réseau Internet; ils sont bizarrement les derniers à disposer de sites bien à eux leur offrant enfin l'opportunité de s'intéresser à leur corps, leur look, leur santé et leur sexualité. Criant de vérité, ce paradoxe n'en est pourtant pas un. Comme pour la presse écrite, l'homme a tardé à se donner du temps et de l'espace pour réfléchir à ses préoccupations les plus personnelles dans l'univers cyber. Ainsi, lorsqu'on associait les mots Internet et homme il y a un ou deux ans à peine, la caricature émergeait comme une évidence : on évoquait alors les sites roses, érotiques ou pornographiques, un point c'est tout. A la limite, quelques bonnes âmes désintéressées de la chair arrivaient encore à isoler l'une ou l'autre adresse électronique dédiée au football ou aux belles voitures... C'est dire!
...

Les hommes ont été les premiers à se perdre dans le labyrinthe du réseau Internet; ils sont bizarrement les derniers à disposer de sites bien à eux leur offrant enfin l'opportunité de s'intéresser à leur corps, leur look, leur santé et leur sexualité. Criant de vérité, ce paradoxe n'en est pourtant pas un. Comme pour la presse écrite, l'homme a tardé à se donner du temps et de l'espace pour réfléchir à ses préoccupations les plus personnelles dans l'univers cyber. Ainsi, lorsqu'on associait les mots Internet et homme il y a un ou deux ans à peine, la caricature émergeait comme une évidence : on évoquait alors les sites roses, érotiques ou pornographiques, un point c'est tout. A la limite, quelques bonnes âmes désintéressées de la chair arrivaient encore à isoler l'une ou l'autre adresse électronique dédiée au football ou aux belles voitures... C'est dire! En clair, l'adjectif masculin souffrait encore jusqu'il y a peu sur le Web des mêmes symptômes de suspicion malveillante que la formule " pour hommes " dans les librairies au milieu des années 1980. A cette époque, le terme de presse masculine impliquait, en effet, les inévitables images de filles dénudées et de voitures rutilantes. Les " Playboy ", " Penthouse " et autres " New Look " régnaient alors en maîtres sur les étagères strictement réservées au mâle alors que les femmes disposaient déjà, à la même époque, d'une armada de revues ouvertes sur leurs interrogations et leurs désirs quotidiens. Il a fallu attendre le début de la décennie 1990 et l'émergence d'un courant nord-américain pour inverser la vapeur et accorder enfin aux hommes le droit (pourtant acquis) de s'attarder aussi, l'espace d'une lecture attentive, sur leurs faiblesses physiques et existentielles. Aux Etats-Unis, le succès fulgurant de " Men's Health " a ainsi ouvert la voie à un nouveau marché dans le secteur des magazines en démontrant, de manière économique, que l'homme nouveau pouvait également s'intéresser à des sujets tels que la meilleure façon de gérer son stress, de satisfaire pleinement sa compagne ou de se construire rapidement des abdos en béton. Petit à petit, d'autres supports ont pointé le bout du nez dans cette brèche lucrative, tant du côté de la presse anglo-saxonne que française ou italienne. Chez nous, les librairies se sont alors garnies, à partir de 1998, de titres masculins aussi porteurs que " M Magazine " ou " Optimum " et, plus récemment, des éditions francophones des célèbres revues anglo-saxonnes " Men's Health " et " For Him Magazine ". Même cible, même crédo : l'homme du XXIe siècle a besoin d'être guidé tant dans ses choix professionnels que dans ses préoccupations les plus intimes, de la mode au sport, en passant par le sexe et la santé. Dans cette effervescence médiatique qui a pris l'homme pour cible, on aurait pu s'attendre à ce que l'incontournable réseau Internet prenne la balle au bond et inaugure, à son tour, des sites généralistes exclusivement masculins. Là aussi, les choses ont traîné. Pis, l'homme a été de nouveau pris de court dans cette course à l'information " on line " puisque le beau sexe a développé, bien avant lui, une série de sites dédiés à la gent féminine alors que, paradoxalement, Internet avait souvent été présenté comme un " mystère " pour ces dames. Une fois de plus, c'est de l'autre côté de l'Atlantique que le basculement s'est opéré avec les premières adresses masculines d'intérêt général qui ont vu le jour aux Etats-Unis. Aujourd'hui, les sites américains dominent toujours numériquement le marché cyber mais restent toutefois encore inaccessibles aux surfeurs francophones qui ne connaissent pas la langue de Shakespeare. Forts de ce constat, des webmasters francophones se sont alors mis en tête de développer leurs propres sites, histoire de ne pas rater le coche de l'explosion " multimédia " tant annoncée. Dans l'énumération des adresses 100% masculines, il convient toutefois de faire le tri entre les ancrages virtuels des magazines papier et les réelles créations de sites dont la vie ne dépend que du Web. Ainsi, en surfant sur le fil francophone de la toile Internet, on peut, par exemple, croiser les vitrines informatiques de magazines existant déjà en librairies comme le très esthétique " Max " ( http://www.max-magazine.com) ou encore le pratique " For Him Magazine " ( http://www.fhm.co.uk/fhmfrance). Toujours utiles, ces adresses ne sont cependant que le reflet informatique du support papier et n'apportent à proprement parler rien de neuf au lecteur assidu de la version originale. En revanche, d'autres sites méritent franchement le détour pour leur approche résolument moderne de la faune masculine et leur raison d'être exclusivement informatique. Ils ont été créés pour le Web et s'inscrivent donc dans une démarche singulière qui invite l'homme moderne à prendre d'autres habitudes de lecture, c'est-à-dire oser ouvrir un magazine virtuel plutôt qu'un mensuel en papier glacé. Parmi ces sites francophones à la gloire de l'homme pratique, quatre adresses sont à recommander. La première, http://www.unhomme.com, est manifestement la plus réussie. Dynamique, pratique et ludique, elle offre gratuitement des centaines de pages aux mâles en mal de conseils dans des domaines aussi éclatés que la mode, la forme physique, la consommation, la culture, les voyages et la sexualité. Le lancement opéré en septembre 2000 a été, il est vrai, mené de main de maître par Emmanuel Serafini, directeur éditorial du site et... ancien rédacteur en chef de "M Magazine" depuis le premier numéro (avril 1998) jusqu'au mois d'août 2000. Cette expérience engrangée dans la presse écrite lui a donc permis de bâtir un magazine électronique solide doté d'une véritable ligne éditoriale. Le résultat est convaincant : http://www.unhomme.com se laisse découvrir avec un certain plaisir et répond à des questions aussi essentielles que futiles du style : " Faut-il céder à toutes les tentations? ", " Etes-vous victime de la malbouffe? ", " Comment mater un patron difficile? " ou encore " Etes-vous un bon coup? " ( sic). Le tout pimenté, bien sûr, d'offres alléchantes, de conseils pratiques et de photos gentiment dénudées de " e-babes " dans la rubrique sexe. On n'oublie pas si facilement le macho qui dort en nous... Autre site masculin gratuit tout aussi graphiquement réussi et plein de bonnes idées pour la vie de tous les jours, http://www.mecplusultra.com se présente comme " l'internet de l'homme moderne ". En page d'accueil, quatre dossiers principaux y sont présentés (qui peuvent aller de la jalousie à la meilleure façon de dompter la gueule de bois) juste à côté d'un sommaire plus général dont les rubriques affichent les mots-clés suivants : actualités du monde, conseils, santé, culture, psycho, séduction, technologie, mode et autres sorties. Là aussi, les petits clics de souris s'ouvrent sur des centaines de pages pratiques, des tests amusants (" Calculez votre poids idéal ") et des forums de discussion pour internautes en mal de dialogues virtuels. Soigné et plutôt séduisant, http://www.mecplusultra.com se positionne donc en réel concurrent de http://www.unhomme.com avec qui il partage le haut de l'affiche cyber. Beaucoup moins excitants dans leur présentation visuelle mais tout aussi précieux dans la recherche d'informations utiles pour la gent masculine, deux autres adresses méritent également une escale dans une tentative de surf 100% homme. La première, http://www.affairesdhommes.com, touche visiblement un public de jeunes cadres dynamiques et se présente sous la forme d'un sommaire plutôt austère où l'économique l'emporte de loin sur les autres rubriques de la vie pratique. La seconde, http://hommes.msn.fr, n'est pas à proprement parler un site original mais bien un portail ouvert vers une multitude d'adresses précieuses. Davantage organisé comme une table de matières qui se voudrait exhaustive, cette adresse construite par Microsoft joue donc la carte du lien interactif plutôt que celle du véritable conseil personnalisé. Exemple significatif autour du jean : alors que le site http://www.unhomme.com vous explique, silhouettes à l'appui, les dix manières d'accommoder son jean, le portail http://hommes.msn.fr vous renverra, après une petite introduction de circonstance, vers les sites de Levi's, Ralph Lauren et autres Timberland aussi bien consacrés à l'homme qu'à la femme. Au-delà de cette petite " faiblesse", il ne reste pas moins que cette adresse reste une véritable mine de renseignements dans les domaines aussi divers que le bricolage, la santé, la carrière, la famille, la gastronomie, le bien-être, les loisirs et la sexualité. Parachuté sur la planète Internet, l'homme de l'an 2001 dispose désormais de nouvelles armes virtuelles pour mieux affronter une masculinité qui peut parfois s'avérer problématique. Après les magazines de papier glacé, certains sites du grand labyrinthe se sont donc mis timidement à la sauce masculine pour le plus grand plaisir du mâle en manque de bons conseils. Ce n'est qu'un début. Il continue le combat.Frédéric Brébant