Peu de jeunes architectes belges peuvent se prévaloir de l'élogieuse réputation que Glenn Sestig - diplômé de l'Institut Henry Van de Velde, à Anvers, en 1997 - se construit au fil de ses projets. Discret par nature, ce Gantois a déjà fait mouche à plusieurs reprises. A Gand, on lui doit Culture Club, une " discothèque " répertoriée déjà dans la plupart des ouvrages de référence en matière d'architecture et de design. A Anvers, il est aussi l'auteur de la superbe rénovation de l'ancien siège d'une institution bancaire en une boutique de mode ultrachic, Verso.
...

Peu de jeunes architectes belges peuvent se prévaloir de l'élogieuse réputation que Glenn Sestig - diplômé de l'Institut Henry Van de Velde, à Anvers, en 1997 - se construit au fil de ses projets. Discret par nature, ce Gantois a déjà fait mouche à plusieurs reprises. A Gand, on lui doit Culture Club, une " discothèque " répertoriée déjà dans la plupart des ouvrages de référence en matière d'architecture et de design. A Anvers, il est aussi l'auteur de la superbe rénovation de l'ancien siège d'une institution bancaire en une boutique de mode ultrachic, Verso. C'est dans la cité scaldienne, au sous-sol d'un palais rococo de la seconde moitié du XVIIIe siècle que l'on peut aujourd'hui admirer un des tout derniers opus de Glenn Sestig : un club si privé qu'il en est confidentiel, répondant toutefois au nom étrange et vociférant de Molotov. Le cadre originel avait tout pour séduire ce talent made in Belgium qui aime insuffler aux lieux qu'il aménage un esprit glamour, tel qu'il régnait, dans les années 1930, chez les stars de Hollywood. Dans ses projets surgissent des murs habillés de daim, des meubles laqués, des métaux chromés ou cuivrés, des sièges signés Donghia, des canapés griffés Zaha Hadid... Autant de matériaux, de mobiliers et d'objets qui ne laissent planer aucun doute sur le caractère exclusif que recherchent ses clients. Le commanditaire de Molotov souhaitait, lui, créer un endroit réservé à quelques soirées sélectissimes organisées dans le cadre de ses affaires ou de ses passions, l'une d'entre elles étant la mode. Le magazine britannique " Wallpaper ", le chef de file mondial des publications portant sur le design, distingue, chaque année, les projets les plus créatifs. Le Molotov a été remarqué... et Glenn Sestig récompensé. Les Awards 2006 de " Wallpaper " ont été attribués par un jury composé de créateurs confirmés : Iwona Blazwick, Norman Foster, Konstantin Grcic, Donna Karan, Murray Moss et Mario Testino. Un seul autre projet " belge " a été couronné : la nouvelle gare des Guillemins, à Liège, conçue par l'architecte espagnol Santiago Calatrava (*). Ce qui dans Molotov a séduit le jury de " Wallpaper " ? La belle série de contrastes où le chic rencontre la matière ou la ligne brute. Glenn Sestig a strictement limité ses interventions structurelles épousant - avec quelques rectifications de courbes - la ligne originelle des voûtes de la cave. Pour renforcer leur authenticité, leur caractère quasi monastique, celles-ci ont été enduites, du sol à la clé de voûte, d'un tadelakt, la technique marocaine de revêtement mural composée d'une pâte de poussière de marbre colorée que l'on polit ensuite. L'espace était ainsi parfait pour y accueillir le nec plus ultra du sofa contemporain : le " Back to Back " du designer new-yorkais Vladimir Kagan ; celui-là même que Tom Ford, quand il était directeur de la création de la marque italienne, a installé dans les boutiques Gucci du monde entier. Plusieurs exemplaires de " Back to Back " se reflètent dans un miroir qui court le long du côté plein des murs, souligné par un filament lumineux coloré comme les aime Glenn Sestig. L'espace situé à l'arrière de la voûte principale est dédié au bar où, une fois encore, les contrastes se côtoient : la pierre taillée comme s'il s'agissait d'une croûte naturelle et le métal brillant ou le verre des miroirs teintés. Fabuleux ! (*) Un dossier a été consacré aux Awards 2006 dans le numéro de février dernier de " Wallpaper ". Texte et photos : Jean-Pierre Gabriel