T u aimeras ton prochain comme toi-même. D'accord, mais s'il t'ennuie un petit peu, tu pourras malgré tout lui envoyer quelques sons méchamment aigus pour l'éloigner de ton trottoir. C'est du moins ce que propose la société britannique Compound Security Systems à tous les commerçants gênés par les attroupements de jeunes devant leur belle petite boutique. Pour 725 euros " seulement ", cette entreprise spécialisée dans les systèmes de sécurité offre, en effet, l'opportunité d'installer en façade un " Sonic Teenager Deterrent " ou, en français dans le texte, un " agent de dissuasion sonore pour adolescents " ( www.compoundsecurity.co.uk). Concrètement, cet appareil machiavéliqu...

T u aimeras ton prochain comme toi-même. D'accord, mais s'il t'ennuie un petit peu, tu pourras malgré tout lui envoyer quelques sons méchamment aigus pour l'éloigner de ton trottoir. C'est du moins ce que propose la société britannique Compound Security Systems à tous les commerçants gênés par les attroupements de jeunes devant leur belle petite boutique. Pour 725 euros " seulement ", cette entreprise spécialisée dans les systèmes de sécurité offre, en effet, l'opportunité d'installer en façade un " Sonic Teenager Deterrent " ou, en français dans le texte, un " agent de dissuasion sonore pour adolescents " ( www.compoundsecurity.co.uk). Concrètement, cet appareil machiavélique - surnommé le " Mosquito " par ses concepteurs - diffuse des sons exagérément aigus qui ne sont perceptibles, en théorie, que par les personnes âgées de moins de 20 ans. Traduisez : les " vrais " adultes et les seniors sont épargnés. Car l'oreille humaine est à ce point complexe que la plage des fréquences audibles évolue avec l'âge. Ainsi, les enfants et les adolescents perçoivent, par exemple, des hautes fréquences situées entre 18 et 20 kHz qu'un adulte ne perçoit plus dès l'âge fatidique de 20 ans. Implacable, ce constat scientifique a donc nourri la réflexion et le travail méticuleux d'un ingénieur britannique qui, au final, a livré cet étrange " agent de dissuasion sonore pour adolescents ". Démonstration : quelques jeunes s'agglutinent soudainement devant la vitrine de votre honorable boutique. Ils parlent fort, se taquinent, se bousculent et, pis, finissent par effrayer les clients. Un petit coup de " Moquisto " magique installé sur l'immeuble et, hop, le tour est joué ! Agressé par un son hyperaigu (qui ressemble au bourdonnement exacerbé d'un moustique en furie, d'où son nom), le groupe d'ados bruyants se disperse naturellement et les clients respectables peuvent alors reprendre tranquillement leurs emplettes. Cerise sur le gâteau : même le toutou à sa mémère est épargné, les chiens ne percevant pas non plus ce fameux " crie qui tue " ! Enfin, ce cri-là ne tue ni ne blesse. Et il ne blesse pas non plus. Car les ingénieurs de Compound Security Systems ont évidemment fait les choses dans les règles de l'art. Gêner, oui ; endommager, non. Cette attention presque politiquement correcte a évidemment séduit les commerçants de Grande-Bretagne et une centaine d'entre eux a d'ores et déjà acquis la précieuse trouvaille. Plus subtil et surtout plus efficace qu'un vulgaire Kärcher de banlieue, le " Mosquito " pourrait - vous l'aurez deviné - générer de multiples applications encore floues aujourd'hui : faire fuir une bande d'ados chahuteurs dans un cinéma, nettoyer les centres commerciaux des quartiers huppés de certaines grandes villes ou, d'une manière plus spectaculaire, devenir une arme policière de dissuasion massive lors de troubles plus musclés. Bref, le " Mosquito " a l'avenir devant lui, même chez les particuliers. Comment : vous ne vous sentez pas concernés ? Réfléchissez bien. Vous connaissez certainement, dans votre entourage, une personne qui déteste à ce point les enfants pour choisir de dissimuler ce haut-parleur néfaste dans son jardin ou son salon, histoire d'éloigner, une bonne fois pour toutes, de sales petits mioches trop envahissants. Prudence, donc. Si votre bambin se plaint de maux d'oreille inexplicables, attention, il y a peut-être un moustique virtuel dans la salle... Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission " Bonjour quand même " ,de Jean-Pierre Hautier, sur La Première (RTBF radio).Frédéric Brébant