C'est du côté d'Alençon, dans la campagne du Perche, là où en fin de semaine elle répare les fatigues de la vie parisienne, que Chantal Thomass a choisi de passer le réveillon de Noël. Ce que la célèbre créatrice de mode a d'abord voulu, pour théâtre de sa fête ? La nature et son silence reposant ; l'isolement ajoute du prix à ce qu'il protège. Dans le jardin et les forêts qui cernent sa maison, les arbres sont en tenue d'hiver, réduits à d'élégantes silhouettes noires, admirablement dépouillées, qui ne sont pas sans rappeler les robes que la maîtresse de maison affectionne.
...

C'est du côté d'Alençon, dans la campagne du Perche, là où en fin de semaine elle répare les fatigues de la vie parisienne, que Chantal Thomass a choisi de passer le réveillon de Noël. Ce que la célèbre créatrice de mode a d'abord voulu, pour théâtre de sa fête ? La nature et son silence reposant ; l'isolement ajoute du prix à ce qu'il protège. Dans le jardin et les forêts qui cernent sa maison, les arbres sont en tenue d'hiver, réduits à d'élégantes silhouettes noires, admirablement dépouillées, qui ne sont pas sans rappeler les robes que la maîtresse de maison affectionne. Autour de Chantal Thomass, il y aura ses amis, ceux qui résident dans les environs ou ceux accourus de loin pour finir et commencer l'année en sa compagnie. Il y aura aussi ses enfants, Robin et Louise dont les peintures û c'est à cet art que se destine la jeune fille û agrémenteront le décor. Chacun, tendu vers l'heure magique et joyeuse des douze coups de cloche égrenés dans la nuit, espérera l'arrivée de la neige qui donne une unité feutrée à toute chose, ajoute sa douceur au silence et rend encore plus précieuse les flambées du vieux chêne dans la cheminée. " J'aime les maisons, décorer les maisons ", confie Chantal Thomass. Après la mode, c'est sa passion. Autant dire qu'il lui serait insupportable, pour Noël, de ne pas enjoliver encore son home sweet home et d'en faire, mieux qu'un cadre, l'âme des réjouissances. Le décor, patiemment perfectionné au fil des ans, est déjà une fête en soi. Une fête de lumière, de charme et de douceur. Son secret ? L'alliance des matériaux rassurants que Chantal Thomass a trouvés, expression d'une terre et de ses traditions, et de ses goûts en matière de décoration : elle a imposé sa griffe û comme dans tout ce qu'elle entreprend û, mais elle s'est laissée captiver par la maison, son bois, ses terres cuites, sa sobre rusticité. Elle a habillé les vieilles pierres de tissus moelleux et a discrètement ajouté le fruit de ses trouvailles chez les antiquaires des environs. La maison de Chantal Thomass est accueillante et tout entière organisée pour l'agrément et le bonheur d'une famille heureuse. Sur la table, le soir du réveillon : d'authentiques produits de la région. La créatrice a plaisir à se les procurer au marché de Mortagne ou chez les fournisseurs des localités alentour ; ils s'accordent avec le plaisir, archisimple et raffiné, d'une soirée passée au coin du feu... Les pommes, dans l'Orne, ridées et odorantes, ressemblent à celles de l'enfance û elles embaument et se prêtent, autant que les poires du verger, aux plus savoureuses mises en scène û, le cidre est sans façon û c'est-à-dire merveilleusement désaltérant û, la cochonnaille, infiniment variée, est onctueuse et les fromages blancs parfaits. Quoi de plus roboratif, au creux de l'hiver, pour aborder une des plus longues nuits de l'année, pour se réchauffer et se mettre en appétit, qu'une soupe de châtaignes, comme il s'en est mitonné pendant des siècles en Normandie ? Quoi de plus délicieux, subtil et parfumé, qu'une tarte au boudin, dont l'Orne est une des capitales, et dont Chantal Thomass, aux fourneaux, s'est fait une spécialité ? C'est sous le triple signe de la lumière û celle de la tendre lueur des bougies û, de la chaleur du feu de bois et de l'authenticité des produits de sa table, que Chantal Thomass a décidé d'élégamment changer d'année. Une fête à son image. Robert Colonna D'Istria