Il y a un demi-siècle, le commandant Cousteau et Louis Malle étaient portés aux nues grâce au Monde du silence, documentaire palmé d'or qui s'installa dans les mémoires collectives comme une ode aux fonds marins. Jusqu'à ce qu'en 2015, le romancier et cinéaste Gérard Mordillat ne qualifie l'oeuvre de " film naïvement dégueulasse ", et la présente comme un raid dépourvu de conscience écologique, dans lequel le plus célèbre bonnet rouge de la Marine martyrise des tortues, explose du corail à la dynamite, massacre des requins à coups de pelle et charcute un bébé cachalot, pour l'achever d'un coup de pistolet. Comment ces horreurs n'ont-elles pas sauté aux yeux des spectateurs de l'époque ?
...