1. PORT VELL UN LIEN AVEC LA VILLE

La vocation de centre commercial de Barcelone s'est manifestée dès l'époque romaine. Par la suite, l'épanouissement du port s'est traduit notamment par le développement du quartier médiéval Barri Gòtic dans la vieille ville, l'industrialisation de la région côtière au XIXe siècle... et la croissance du tourisme, évidemment, comme en témoignent encore les chiffres de l'an dernier. Avec 2,3 millions de passagers par an, la capitale de la Catalogne représente en effet le plus grand port de croisière d'Europe.
...

La vocation de centre commercial de Barcelone s'est manifestée dès l'époque romaine. Par la suite, l'épanouissement du port s'est traduit notamment par le développement du quartier médiéval Barri Gòtic dans la vieille ville, l'industrialisation de la région côtière au XIXe siècle... et la croissance du tourisme, évidemment, comme en témoignent encore les chiffres de l'an dernier. Avec 2,3 millions de passagers par an, la capitale de la Catalogne représente en effet le plus grand port de croisière d'Europe. Durant des décennies, les liens étroits entre la cité et la Méditerranée étaient pourtant loin de sauter aux yeux, tant la côte et le port du XVe siècle étaient masqués par l'infrastructure ferroviaire, les entrepôts déserts et les usines. Comme si Barcelone avait résolument tourné le dos à la mer... Les JO de 1992 ont permis de recentrer la ville sur ses côtes et de percer des trouées pour rapprocher l'eau du centre urbain : aujourd'hui, il suffit de suivre la Rambla en direction du vieux port pour inspirer à pleins poumons la brise iodée. Ignorez le complexe commercial, les écrans IMAX et l'aquarium implantés non loin des bateaux : un banc sur la promenade ou la Rambla de Mar, la passerelle en bois qui traverse le port, suffit amplement pour profiter de l'incessant ballet des ferries, cargos et Golondrinas bardées de touristes. Par contre, les amateurs de vaisseaux historiques devront prendre patience : la rénovation du Museu Marítim, installé dans les Drassanes Reials (chantiers navals royaux), ne sera achevée qu'en 2012. Le chemin le plus sympa vers la côte ? Laissez La Rambla et le Barri Gòtic sur votre droite et dirigez-vous tout droit vers l'église Santa María del Mar, dans le quartier de La Ribrera (la rive). Chasseurs de coolitude et gastronomes trouveront leur bonheur dans les étroites ruelles menant à l'église médiévale, au fil d'un parcours que suivaient déjà, au début du XVIIIe siècle, les constructeurs de navires et les travailleurs du port, lorsque le front de mer fut redessiné et que La Barceloneta fut construite au large de la côte, sur les dépôts alluviaux solidifiés. Le quartier ouvrier voisin du Port Vell a très peu changé depuis cette époque, avec son quadrillage de longues artères étroites agencées autour d'un marché central - un secteur réputé sur le plan culinaire, où l'odeur de la poudre à lessiver se mêle à celle de la paella. La Barceloneta voit toutefois aujourd'hui son charme authentique menacé par la profusion des chambres d'hôtes et studios destinés aux touristes qui évincent de plus en plus ses modestes maisons ouvrières, et par les restaurants hors de prix qui ont pris leurs quartiers dans les halles du marché récemment rénovées. Le projet d'installer ici une nouvelle Rambla suscite quant à lui des réactions partagées, car les plages et la jolie promenade de La Barceloneta sont déjà noires de monde à l'heure actuelle... L'hôtel W conçu par l'enfant du pays, l'architecte Ricardo Bofill, a d'ores et déjà fait sentir son impact sur ce quartier qu'il domine comme un gigantesque voilier : des atouts ultratendance comme le " wet deck ", le restaurant Bravo 24 du chef étoilé Carles Abellán et le bar panoramique Eclipse lui ont permis de replacer Barcelone sur la carte de la vie nocturne. Les plages. Les 5 km de plages urbaines créées à Barcelone constituent le plus vaste espace récréatif de la ville, accueillant environ 7 millions de visiteurs chaque année. Autant dire que les autorités locales ont fort à faire pour garantir la propreté et la sécurité de leur front de mer, à commencer par les grandes plages très fréquentées de La Barceloneta. Si, pour vous, toutes les plages se ressemblent, sachez que les groupes de jeunes et les écoles de surf optent souvent pour la Platja Sant Sebastià, au pied de l'hôtel W, tandis que les gays préfèrent la Platja Sant Miquel. La Platja Barceloneta et surtout la Platja Somorrostro sont les mieux fournies en attractions destinées aux enfants ou aux amateurs de sport et de fitness. Les clubs lounge branchés du Passeig Marítim et deux gratte-ciel presque identiques vous indiqueront le chemin du Port Olímpico, le port de plaisance qui jouxte la Vila Olímpica. Ce quartier qui accueillit quelque 15 000 athlètes à l'époque des JO vaut d'ailleurs le détour : les premiers logements construits sur d'anciens terrains industriels ont marqué un véritable tournant dans l'histoire urbanistique de Barcelone. La grande attraction reste néanmoins la promenade du bord de mer, flanquée du monumental poisson aux reflets cuivrés de l'architecte américain Frank Gehry. Non moins impressionnant, l'hôtel Arts, niché dans l'une des deux tours, possède un lobby au luxe ostentatoire, un spa (aux 42e et 43e étages) et un bar à champagne tout en bois laqué qui sert pas moins d'une quarantaine de grands millésimes. Mais pour la plus belle vue - et des boissons plus démocratiques - installez-vous plutôt un peu plus loin, à la terrasse de l'hôtel Pullmann Barcelona Skipper. Les plages. Avec ses 415 mètres sur 63 (en moyenne), la platja Nova Icària compense en largeur sa longueur relativement modeste. C'est une plage très animée et particulièrement attrayante pour les familles et les jeunes, grâce à ses jeux, terrains de beach-volley et ses tables de ping-pong. Surveillée par des sauveteurs, elle dispose également d'échoppes proposant à boire et à manger, de toilettes, de douches, de transats, de parasols et même, en été, de facilités et d'accompagnateurs pour les personnes en chaise roulante. Le vaste quartier qui s'étend à l'est du Port Olímpico fut autrefois le centre industriel de la Catalogne. À partir des années 60, les filatures de coton du " Manchester catalan " connurent toutefois des difficultés croissantes, et ce n'est qu'en 2000 que Poblenou commença à remonter la pente avec 22@Barcelona, un ambitieux projet qui vise à transformer 200 hectares d'anciennes friches industrielles en un centre dédié au développement économique de la connaissance. Les anciennes usines ont aujourd'hui été reconverties en bureaux, centres communautaires et galeries d'art, et les grandes voies de circulation ont été reléguées dans des tunnels. Avec ses logements flambants neufs, ses parcs et ses nombreuses voies piétonnières et cyclables, le quartier a su attirer un public d'informaticiens et de créatifs. Ici aussi, on retrouve la patte d'architectes réputés, dont la Torre Agbar de Jean Nouvel, au spectaculaire éclairage nocturne - demandez aussi à votre chauffeur de taxi de vous conduire à " el supositori ", soit l'hôtel ME, un élégant mastodonte créé par l'architecte français Dominique Perrault et aménagé par un de ses compatriotes, Philippe Starck. Les plages. Le front de mer de Poblenou possède trois plages, aménagées à l'occasion des jeux. Longues de près d'1,5 km au total, elles attirent surtout des habitants du quartier ou à tout le moins de la ville, et sont nettement plus calmes que les autres. Vous y trouverez toilettes, douches, sauveteurs et gargottes offrant snacks et boissons. Playa de Bogatell, seconde plage de la ville, attire un public d'âge mûr et amateurs de poisson. Les naturistes et les sportifs viseront plutôt la Platja Mar Bella, un peu plus à l'est, qui offre une zone nudiste clairement délimitée, des paniers de basket, des tables de ping-pong et un skatepark. La petite dernière, la Platja Nova Mar Bella, est la plage féminine par excellence. Bon à savoir : prévoyez des souliers confortables pour partir à la découverte de Poblenou. L'organisation de jeux Olympiques, en 1992, a permis la mise en place d'un nouveau modèle d'urbanisme. Barcelone a en quelque sorte réitéré l'exercice en 2004, lorsqu'elle accueillit le premier Forum Universel des Cultures. L'événement triennal fut en effet l'aiguillon qui permit à la ville d'ouvrir sa côte est et de finaliser la portion sud de l'avenida Diagonal, un axe accessible aux trams et aux cyclistes qui relie aujourd'hui le centre à la côte. Le projet a également donné lieu à la création d'un port de plaisance et de l'Edifici Fòrum, un palais des congrès conçu par les architectes suisses Herzog & de Meuron - un imposant édifice triangulaire aux façades bleues qui héberge aussi, depuis peu, une filiale du musée des sciences naturelles consacrée à la vie sur notre planète. Tout autour du site, des promoteurs ont construit hôtels 5-étoiles et appartements de luxe, ainsi que le plus grand centre commercial de Catalogne et l'élégante tour Telefónica, qui abrite la compagnie téléphonique éponyme. Et ce n'est pas fini : un bâtiment universitaire de l'architecte britannico-irakienne Zaha Hadid et un zoo marin devraient voir le jour dans les prochaines années. Reste que l'opinion publique n'est convaincue ni par la facture ni par l'aménagement du Fòrum, dont les chemins et la plaza manquent par exemple cruellement d'ombre et de fraîcheur... Ce même défaut se retrouve d'ailleurs dans le Diagonal Mar Park, cocktail futuriste de pergolas en métal, jardinières à la Gaudí et jeux d'eau. Les plages. Les amateurs de paysages surréalistes et de photos originales ne manqueront pas le détour par la structure en panneaux solaires aux allures d'ovni installée sur la toute nouvelle Platja de Llevant (ouverte en 2006 seulement) et la zone industrielle de la Platja Nova, accessible via une passerelle, où un décor de palmiers et de buissons tente vainement de détourner le regard des centrales thermique et de traitement des déchets. Du vendredi soir au dimanche soir, cette plage désolée sert de décor au beach club Mac Arena Mar et à ses DJ branchés. Office espagnol du tourisme, 97, rue Royale, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 280 19 26. www.tourspain.be Vueling assure la liaison Bruxelles-Barcelone trois fois par jour dans les deux sens. www.vueling.com Nos bonnes adresses en page 14. PAR WIM DENOLF