LA MICRO-BRASSERIE : LA BRASSERIE DE JANDRAIN-JANDRENOUILLE

Depuis 2007, la ferme de la Féculerie à Jandrain- Jandrenouille s'est transformée en brasserie sous l'impulsion d'Alexandre Dumont de Chassart et de Stéphane Meulemans, qui y élaborent la IV Saison, la V Cense et la VI Wheat. La première séduit par un nez d'une grande fraîcheur. Dans la troisième, une blanche, les habituelles épices ont été remplacées par du houblon. Mais le coup de c£ur va à la seconde, la V Cense, une bière ambrée titrant 7 % de volume d'alcool. En bouche, elle développe une douceur fruitée avec des notes de caramel et d'anis. Les bières ne pouvant pas être achetées sur place, on se les procurera à moins d'un kilomètre de là, à la Bonne Bouteille, caviste éclairé de la région.
...

Depuis 2007, la ferme de la Féculerie à Jandrain- Jandrenouille s'est transformée en brasserie sous l'impulsion d'Alexandre Dumont de Chassart et de Stéphane Meulemans, qui y élaborent la IV Saison, la V Cense et la VI Wheat. La première séduit par un nez d'une grande fraîcheur. Dans la troisième, une blanche, les habituelles épices ont été remplacées par du houblon. Mais le coup de c£ur va à la seconde, la V Cense, une bière ambrée titrant 7 % de volume d'alcool. En bouche, elle développe une douceur fruitée avec des notes de caramel et d'anis. Les bières ne pouvant pas être achetées sur place, on se les procurera à moins d'un kilomètre de là, à la Bonne Bouteille, caviste éclairé de la région. 90, rue de Genville, à 1350 Jandrain. Tél. : 019 63 55 58, www.labonnebouteille.be Ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 18 h. Atmosphère d'estaminet villageois pour cette adresse qui entend remettre la convivialité au goût du jour. La grammaire formelle est conforme à ce que l'on attend d'un endroit où l'on se sent bien : suggestions inscrites au marqueur blanc sur les miroirs, bardage en bois, comptoir en zinc où il est possible de manger et plaques publicitaires chinées. Pour peu, on se croirait dans un film de Claude Sautet. De la carte, on retient les plats francs qui sacrent une gastronomie populaire : os à moelle rôti au four, cervelle de veau sauce tartare, ballekes sauce tomate et frites fraîches. Sans oublier les différentes préparations de moules en saison. Côté carte des vins, l'esprit est bon enfant avec un beaujolais sur le fruit - un morgon - signé Poulet et Lapierre. 19A, rue de Nivelles, à 1476 Houtain-Le-Val. Tél. : 067 21 09 00, www.chezginette.be Ouvert de midi à 14 h et de 19 h à 22 h, fermé le samedi midi. Depuis 1920, le glacier Carette régale le Brabant wallon. En 1980, l'enseigne a connu un second souffle grâce à l'enthousiasme d'André et Anne-Marie Steen qui en ont repris les rênes. André Steen, que tout le monde appelait " monsieur Carette ", n'a pas hésité à se former chez Lenôtre, en France, pour pousser son approche artisanale au maximum de son potentiel. Décédé l'an dernier, il laisse derrière lui une adresse à la tête haute qui propose une belle palette de glaces - dont la redoutable spéculoos - et de sorbets home made. Le tout complété par un grand espace de dégustation prolongé par une terrasse souvent pleine quand l'été rayonne. Bien vu, une seconde antenne, le Carette's Bar, a pris ses quartiers à Wavre (1, rue du Commerce) où il est plus que conseillé de goûter au café noisella qui panache expresso, glace noisette, lait onctueux et brésilienne. 33, avenue Reine Astrid, à 1340 Ottignies. Tél. : 010 41 51 84, www.carette-glacier.be Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 22 h et, le lundi, de 14 h à 22 h. Le dernier bar de la galaxie Frédéric Nicolay est peut-être le plus ambitieux et sans doute le plus réussi. Mégalomane ? Sans doute car il faut l'être un peu pour implanter une terrasse de 150 places au bout de la rue de Laeken, en plein c£ur de l'Alhambra, quartier franchement délaissé. Plutôt que de jouer son Icare et se brûler les ailes en s'approchant du soleil, le concepteur des lieux de divertissement les plus emblématiques de Bruxelles (Café Belga, Bar du Matin...) a préféré s'amuser avec les rayons du grand astre. C'est-à-dire ? Au-dessus d'un immeuble voisin, Nicolay a fixé 20 imposants miroirs qui, grâce à un système d'héliostat, suivent le soleil tout au long de la journée pour en réfléchir la lumière sur la terrasse du Flamingo - un nom en forme de clin d'£il à la communauté flamande, présente entre autres avec le KVS. Il n'y avait pas meilleur coup de baguette magique pour faire sortir de l'ombre cette rue en étroit goulot. À l'intérieur, exit les habituels tons sombres, c'est plus lumineux que jamais grâce à un usage intensif du vert. Comme tous les lieux qui portent la patte du designer, le café de 400 m2 se caractérise par un service au bar et des grignotages à acheter au comptoir. Justement, on prend quoi ? Une Volga, bien sûr, la bière que Nicolay a créée il y a un an avec John Stargasm, le chanteur de Ghinzu. 171 - 177, rue de Laeken, à 1000 Bruxelles. Ouvert tous les jours, de 9 h 30 à 1 h. Avec l'arrivée des Tartes de Françoise, de Mamma Roma, du Comptoir des Vins... Waterloo est en pleine effervescence foodie. Au milieu de ce pôle magnétique du goût contemporain trône Foodstock. Sous-titrée Flavour power, cette épicerie fine est à ne pas manquer avant de s'embarquer pour un pique-nique. Qu'il s'agisse du pain (qui vient du Saint-Aulaye) à couper grossièrement, d'un morceau de viande (de chez Yves-Marie Le Bourdonnec) à faire cuire à la fraîche, d'un jaja sans prétention (signé Hervé Souhaut, voire Dard & Ribo...) à laisser traîner dans l'onde fraîche d'une rivière, d'une bière bien sentie (genre Brasserie Dupont, Cuvée des Trolls, Orval...) à siroter sans façon, ou du beurre (portant la patte du Mesnilois Lionel Plaquette) à tartiner allégrement... l'adresse se pose comme " le " fournisseur officiel de bonnes choses à la limite de Bruxelles et du Brabant wallon. Sans oublier tous les petits plaisirs plus ou moins coupables façon olives italiennes, chips artisanales, gaufres locales... 59, chaussée de Bruxelles, à 1410 Waterloo. Tél. : 02 354 95 74, www.foodstock.be Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 20 h. Les endroits avec les pieds dans l'eau ne sont pas légion à Bruxelles. Située à la lisière du parc de la Héronnière, la brasserie des Pêcheries appartient à cette catégorie de lieux qui font oublier qu'on se trouve en ville. Sa terrasse en prise directe sur l'étang voisin - au bord duquel quelques pêcheurs tentent encore leur chance - fait l'unanimité quand le soleil est de la partie. C'est qu'en plus de sa situation privilégiée, l'adresse possède un charme pittoresque qu'elle doit à son passé. Dans une autre vie, cet établissement était l'une de ces " laiteries " bruxelloises où, dans la foulée d'une promenade, les familles venaient prendre un verre et se restaurer d'une tartine de fromage blanc. La décoration intérieure est en phase avec cette nostalgie du temps passé : briques anciennes, carreaux patinés et plaques émaillées. La cuisine ? Nette et sans bavure : croustade de chèvre sur mesclun de salade, noix d'entrecôte irlandaise grillée, pain perdu aux pommes caramélisées et glace vanille. Pas envie de manger ? On s'y rend alors le jeudi soir. Tout l'été, entre 17 et 22 heures, on peut goûter aux bonnes vibrations d'un apéro mis en musique par un DJ. 97, rue des Pêcheries, à 1170 Bruxelles. Tél. : 02 673 90 24, www.lespecheries.be Ouvert tous les jours en été, de midi à 14 h 30 et de 18 h 30 à 22 h 30. Terrasse et petite restauration de 15 h à 17 h 30. Quand on parle de boucherie à Bruxelles, une référence s'impose : Jack O'Shea, fournisseur de viandes d'exception. Mais pour l'amateur à la recherche d'une approche plus populaire orientée davantage " boucherie de quartier ", c'est la maison Crabbé qui remporte tous les suffrages. Rien que le décor, en droite ligne des années 60, est une vraie perle : une improbable fresque et un comptoir en carrelage orange fascinant. La spécialité ? L'agneau et le b£uf venu d'Écosse. On aime aussi le coup de hache du patron qui n'a pas son pareil pour les découpes. En plus de ses viandes de choix, l'adresse s'improvise caviste avec une sélection de flacons bien sentie. 54, chaussée d'Alsemberg, à 1060 Bruxelles. Tél. : 02 537 71 54. Le mardi de midi à 19 h, du mercredi au samedi, de 7 h 30 à 19 h, et le dimanche de 7 h 30 à 13 h. Envie de casser la croûte entre un paquet de frites géant et un verre de bière qui l'est tout autant ? Ça se passe au parc de Bruxelles. Depuis le 1er juillet, cet espace vert mythique accueille 35 sculptures monumentales BXXL qui ont été imaginées par des artistes à l'occasion de Brusselicious, l'Année de la gastronomie. Outre cette décoration inédite, les 11 hectares de cette zone verte coincée entre le Palais royal et le parlement fédéral ne manquent pas de charme : allées tirées au cordeau et fontaine en forme de brumisateur hors normes quand il fait trop chaud. Passionné de flore ? Une petite promenade s'impose à la rencontre des arbres remarquables du lieu : zelkova du Japon, érable sycomore ou micocoulier d'Amérique. Entrée par la place des Palais, la rue Royale, la rue de la Loi ou la rue Ducale. Dès l'entrée du parc Roi Baudouin, là où commence le bois du Laerbeek, l'£il s'arrête sur le Chalet du Laerbeek qui domine le paysage. Impossible de manquer cette bâtisse devant laquelle la nature semble se prosterner. Les enfants sont ici les rois. Deux possibilités s'offrent à eux. Les plus grands s'amusent au loin dans la plaine de jeux ombragée qui dispose d'une tyrolienne. Les petits, quant à eux, s'en donnent à c£ur joie dans l'autre terrain de jeux, juste à côté du chalet, ce qui permet aux parents de surveiller leur progéniture depuis la terrasse. Bien vu, l'aménagement intérieur campe une atmosphère de vieux bistrot qui ravira les nostalgiques. Au menu, les enfants sont également à l'honneur avec une série de préparations qui leur sont dédiées : poulet compote, boulettes sauce tomate mais également crêpes, glaces et gaufres. 145, avenue du Laerbeek, à 1090 Bruxelles. Tél. : 02 478 08 88, www.laerbeek.be Ouvert tous les jours, de 10 h à 22 h. Le Comptoir des vins est le caviste qui monte. En cause, une présence accrue aux quatre coins de la Belgique francophone (Bruxelles, Namur, Waterloo, Jambes, Ottignies...). La signature ? Un choix de bouteilles éclairé qui mise tantôt sur la valeur sûre façon père de famille, tantôt sur le vin nature franchement pointu. Cet assortiment qui s'étend du Roc de Cambes de François Mitjaville au chablis de Thomas Pico, en passant par les Vins de Vienne - que l'on doit à une association de plusieurs vignerons parmi lesquels l'excellent Yves Cuilleron - est soutenu par un conseil pertinent. L'amateur trouvera également ici un nombre conséquent de whiskys, de rhums, de cognac, de gins et autres grappas. En guise de conseil pour l'été, le Comptoir des vins suggère Uby, un côtes-de-gascogne 2011 (6,85 euros) résultant d'un assemblage colombard et ugni blanc. Très floral mais sec, il se déguste idéalement au moment de l'apéritif ou accompagne avec finesse les plats exotiques façon cuisine thaïe. 171, chaussée de Louvain, à 1300 Wavre. Tél. : 010 88 01 21, www.comptoirdesvins.be Du mardi au vendredi de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h, le samedi de 10 h à 19 h. PAR MICHEL VERLINDEN