1. LE SENTIER DIDACTIQUE " ART & NATURE " DE HEPPENBACH

Ce chemin qui mène à travers les bois est un moyen agréable de faire découvrir la nature aux enfants... et aux adultes. Jalonné par 11 créations artistiques greffées à même l'environnement - ainsi de " l'arbre-téléphone " ou de la " cabane acoustique " -, le sentier didactique se découvre comme un passionnant dépaysement par le vert. On en prend la mesure dès le début grâce aux restes d'un arbre de 350 ans transformé en £uvre d'art. Non loin de là, la Grillhütte, une cabane en bois, permet aux promeneurs de griller des saucisses, assis autour d'un foyer central. Le tout à l'abri, au calme et en parfaite sécurité. Une info utile, en allemand " sentier forestier " se dit " waldlehrpfad "... c'est donc cette inscription qu'il faut suivre depuis Heppenbach.
...

Ce chemin qui mène à travers les bois est un moyen agréable de faire découvrir la nature aux enfants... et aux adultes. Jalonné par 11 créations artistiques greffées à même l'environnement - ainsi de " l'arbre-téléphone " ou de la " cabane acoustique " -, le sentier didactique se découvre comme un passionnant dépaysement par le vert. On en prend la mesure dès le début grâce aux restes d'un arbre de 350 ans transformé en £uvre d'art. Non loin de là, la Grillhütte, une cabane en bois, permet aux promeneurs de griller des saucisses, assis autour d'un foyer central. Le tout à l'abri, au calme et en parfaite sécurité. Une info utile, en allemand " sentier forestier " se dit " waldlehrpfad "... c'est donc cette inscription qu'il faut suivre depuis Heppenbach. Heppenbach, à 4770 Amel (Emblève). Tél. : 080 29 25 30.La vue depuis cette terrasse plongeant sur la vallée de la Warche, à 200 mètres du Rocher de Falize, est époustouflante. Et ce panorama n'est pas sans rappeler les toiles de Caspar David Friedrich. On doit à Françoise et Xavier Wibin d'avoir repris cette ancienne ferme dont les lettres de noblesse remontent à 1938. Le couple en a adouci les contours et propose un décor qui panache lignes contemporaines et authenticité rustique. La carte sans prétention donne tant dans les inspirations " world " - filet de volaille façon tajine - que dans les produits régionaux - croquant tiède de fromage " Fleuri " de Bernister truffé sur salade. En cas de mauvais temps et pour un groupe de six personnes maximum, on réserve le Petit Coin, salle aux dimensions intimistes ouverte sur le paysage. 2, Cligneval, à 4960 Malmédy. Tél. : 080 33 84 18. www.fermedesbruyeres.be Ouvert de midi à 14 h et de 19 h à 22 h, fermé les lundi et mardi. La proximité de l'Amblève confère à Zabonprés une aura poétique qui ne peut laisser indifférent. Le doux clapotis de la rivière berce les épicuriens ayant eu la chance de débusquer cette fermette laissée pour compte de l'agitation. C'est que la chanson de l'eau leur rappelle des moments gastronomiques en forme de longues parenthèses prises sur le cours inéluctable de la vie. Derrière tant de quiétude se cache une aventure familiale, celle de Stéphane et Cécile Op't Roodt rejoints désormais par leur fils Julien. Ensemble, ils ont imaginé un restaurant à la décoration décalée - une collection de réveils et de vieux guides Michelin envahit l'espace - dont le propos gourmand fait l'unanimité. Poêlée de queues d'écrevisses au curry léger et artichaut breton, pintade du Gers rôtie en cocote au foin, dragée de caille au foie gras et parfums d'hydromel... autant de créations qui allèchent. Comme si cela ne suffisait pas, l'adresse envoie une carte des vins imparables - 500 références - où se croisent les champagnes Jacques Selosse, les blancs du Domaine Dagueneau ou les impressionnants Saumur-Champigny des frères Foucault. 3, Zabonprés, à 4987 Stoumont. Tél. : 080 78 56 72. www.zabonpres.be Ouvert de midi à 14 h et de 19 h à 21 h, fermé les lundi et mardi (entre le 21 mars et le 21 septembre). La petite épicerie de Marc Fayen ne manque pas de charme. On vient ici pour savourer la sélection juste et pointue du maître de maison qui s'est fait une spécialité de produits issus de petits producteurs italiens et espagnols - il importe notamment un jambon Bellota d'une grande qualité. Des bouteilles de vins en provenance d'Espagne pour la plupart, du foie gras, du vinaigre balsamique de Modène, ainsi que quelques raretés, dont les bières corses Pietra et Colomba, contribuent à rendre le lieu plaisant. Cerise sur le gâteau, plusieurs tables offrent la possibilité d'un grignotage sur place : assiette de charcuteries, cassoulet landais, toasts de saumon norvégien... Bref, que du bon ! 87, chaussée de Theux, à 4802 Heusy. Tél. : 087 22 24 09. www.lepetitclos.be Ouvert de 11 h à 19 h (parfois plus tard en haute saison), fermé dimanche et lundi. Situé à l'écart des grands axes, cette petite maison de village à la mignonne façade en briques abrite un glacier artisanal qui vaut le détour... à tel point que de nombreux motards du dimanche en ont fait leur point de chute. Derrière les boules onctueuses - chaque jour le comptoir fait place à une douzaine de parfums - et les pièces montées un rien baroques, on trouve tout le talent de Salvatrice Farina. Il faut avoir goûté son sorbet à la rhubarbe pour mesurer toute la fraîcheur de ses spécialités qui s'appuient sur des produits de proximité : rhubarbe du coin mais aussi cerises, fraises et framboises venues de Hesbaye. Cette approche locale bienvenue fait également la part belle à la tradition : les recettes ont été livrées à Salvatrice par la grand-mère, aujourd'hui disparue, de son mari. Un secret jalousement gardé qu'il convient, pour que l'expérience soit totale, de déguster autour des petites tables installées devant l'établissement. Si le temps fait grise mine, une terrasse couverte s'offre à l'arrière. 1, rue Basse L'Adresse, à 4317 Faimes-Les Waleffes. Tél. : 019 56 65 61. www.delicesdeswaleffes.be Ouvert de 15 h à 20 h 30 (plus tard en haute saison), fermé le lundi. Sa renommée, le petit village de Tancrémont la doit à la chapelle du Vieux Bon Dieu qui attire les pèlerins depuis la fin du XIXe siècle. À l'époque, les paysans de la région profitent de l'affluence générée par ce lieu miraculeux pour proposer des en-cas. À partir des matières premières dont ils disposent - les fruits des vergers et le lait des vaches - ils confectionnent des tartes simples et roboratives. Plus de cent ans plus tard, celles-ci restent la spécialité de ce coin de Wallonie. Après une bonne balade en famille, rien de tel que de s'attabler au Vieux Tancrémont pour y déguster une portion de merveilleuse tarte au riz bien coulante ou l'une des 26 autres spécialités artisanales signées Danièle et André Van Hamme. Les petits sont ici au paradis grâce à une plaine de jeux avec trampolines qui fait leur bonheur. Surtout ne pas oublier de ramener une tarte entière au riz chez soi, un délice de 3 kg qui s'affiche au prix plus que raisonnable de 16,80 euros. 9, Tancrémont, à 4910 Theux. Tél. : 087 53 02 23. www.auvieuxtancremont.be Ouvert de 9 h à 18 h (19 h, le week-end), fermé le lundi (sauf entre début juillet et fin septembre). Un " rêveur ", voilà comment se définit André Grolet. Mais suffisamment pragmatique pour reprendre la ferme familiale et, depuis 2005, y brasser sa propre bière en compagnie de Valérie, sa femme... non moins fascinée par les chimères. Le couple fait tout à deux, du collage des étiquettes à la main jusqu'à l'aménagement des installations. La structure est à ce point minimaliste qu'on a envie de parler de " nano-brasserie " pour ce projet renouant avec l'époque où de nombreuses fermes préparaient leur propre bière. Le produit phare ? L'Elfique ambrée, une bière ronde, sans trop d'amertume, qui va comme un gant aux beaux jours et séduit un large public. André et Valérie produisent également une bière brune, La Redoutable. Le tout enrobé d'une imagerie très " contes et légendes " empruntée à l'écrivain belge du XIXe siècle, Marcellin La Garde. 23, Sur la Heid, à 4920 Aywaille. Tél. : 04 263 07 17. www.elfique.be Sur rendez-vous uniquement. " La plupart de mes vins sont issus de l'agriculture biologique ou de la biodynamie... mais franchement, ce n'est pas ce que je mets en avant. Moi ce qui m'intéresse, c'est la vinification. " Belle profession de foi que celle de Philippe Devos, caviste-puriste depuis cinq ans à Liège. Cet ingénieur s'est reconverti dans le commerce du vin avec beaucoup de talent. Du joli cadre boisé en phase avec l'air du temps jusqu'aux références hexagonales majoritairement importées en direct - Henri Milan, Jacques Broustet, Château de Béru, Philippe Tessier... -, en passant par une attitude décontractée - il est en Crocs dans sa boutique - quelques whiskies et une sélection de flacons italiens, son adresse convient tout particulièrement aux amateurs de chemins de traverse viticoles. En guise de conseil pour l'été, Vive le Vin propose un rouge du Beaujolais, le Château Cambon 2011 (9,80 euros), soit une bombe de fruits à la bouche soyeuse vinifiée par Marie Lapierre qui se marie idéalement avec le poisson grillé, la volaille et les (bonnes) charcuteries. Le tuyau ? Certains vendredis soir, par beau temps, le petit jardin derrière la boutique se transforme en bar à vins... Dates à guetter sur le site Internet. 214, rue des Vennes, à 4020 Liège. Tél. : 04 342 61 07. www.vivelevin.be Ouvert du mercredi au samedi, de 10 h 30 à 19 h (20 h, le vendredi). Orfèvre de la viande, Julien Lacroix appartient à cette nouvelle génération de bouchers qui, à l'instar d'Yves-Marie Le Bourdonnec à Paris, entendent redorer le blason de la profession. Du haut de ses 27 ans, il affiche le profil d'un artisan et n'a pas son pareil pour " sourcer " les viandes de qualité. Sa spécialité ? Les trains de côtes de b£uf qu'il déniche à proximité mais également en France pour certains restaurateurs particulièrement exigeants. Ses plateaux de barbecue sont réputés dans la région, surtout la formule " Blanc Bleu " qui comprend, entre autres, saucisse, côte à l'os et mini-brochette de b£uf. 76, rue du Centre, à 4520 Moha (Wanze). Tél. : 085 23 42 51. Ouvert de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 19 h (18 h 30, vendredi et samedi) ainsi que le dimanche, de 9 h à midi. Fermé le lundi. Situé dans le centre de Liège, le Pot au lait est un monument de la vie nocturne liégeoise - des milliers d'étudiants y ont usé leurs jeans et vidé des bières dans le même temps. Le lieu, installé dans une maison XIXe siècle, est caché derrière une porte cochère. On y accède par une longue cour envahie de lierre - et d'oiseaux qui y nichent - où une terrasse à la fraîche est un vrai bonheur les jours de soleil. L'intérieur balance une mise en scène déjantée en forme de manifeste baroque à la fois rétro et techno-futuriste. Le must ? L'écurie de DJ - Rastaraf, Mixsoup, Janek... - qui font péter les décibels jusqu'au petit matin. 9, rue des S£urs de Hasque, à 4000 Liège. Tél. : 04 222 07 94. www.potaulait.be Ouvert du lundi au vendredi, de 10 h à minimum 02 h (à partir de midi le samedi et 14 h le dimanche). PAR MICHEL VERLINDEN