LE RESTAURANT AU BORD DE L'EAU LESSE CAPADE

Caroline et Olivier Michel signent un restaurant à l'atmosphère campagnarde qui jouit d'une magnifique situation en bord de Lesse. Si Olivier se surpasse en cuisine, Caroline - qui est vétérinaire en dehors de ses heures de service - se charge de la salle avec beaucoup de douceur. On vient à Lesse Capade pour goûter l'excellente côte à l'os, accompagnée d'une redoutable sauce béarnaise maison, mais également les salades, terrines de gibier, asperges à la flamande et conseils vin confiés en fonction de l'inspiration du moment. En août, on commandera le chevreuil " pirché " - " chassé à l'affût " et donc beaucoup plus tendre dans la mesure où l'animal ne connaît alors pas le stress d'une chasse classique - préparé en papillotes.
...

Caroline et Olivier Michel signent un restaurant à l'atmosphère campagnarde qui jouit d'une magnifique situation en bord de Lesse. Si Olivier se surpasse en cuisine, Caroline - qui est vétérinaire en dehors de ses heures de service - se charge de la salle avec beaucoup de douceur. On vient à Lesse Capade pour goûter l'excellente côte à l'os, accompagnée d'une redoutable sauce béarnaise maison, mais également les salades, terrines de gibier, asperges à la flamande et conseils vin confiés en fonction de l'inspiration du moment. En août, on commandera le chevreuil " pirché " - " chassé à l'affût " et donc beaucoup plus tendre dans la mesure où l'animal ne connaît alors pas le stress d'une chasse classique - préparé en papillotes. 155, rue de la Carrière, à 6927 Resteigne. Tél. : 084 34 40 07, www.lessecapade.be Ouvert tous les jours, de midi à 14 h et de 19 h à 22 h (après le 15 août, fermé le mardi et le mercredi). À deux pas de la France : le hameau de Chameleux, sur la commune de Florenville, entre les étangs de pisciculture dédiés à la truite, le ruisseau de Williers qui fait office de frontière avec l'Hexagone et les vestiges gallo-romains d'un ancien relais de la voie Reims-Trèves. Au fil de la promenade, on s'arrête au café-restaurant Le Chameleux, petite adresse sans prétention au charme fou que l'on doit à Olivier Dailly et Laurence Jacques. On se pose sur la terrasse le temps de savourer une truite meunière accompagnée de pommes de terre au lard et de salade ou omelette au jambon. Les amateurs de bière ne manquent pas d'y déguster un Orval ou, mieux, un vieil Orval, boisson emblématique de la Gaume qu'il est de plus en plus difficile de se procurer. 5, Chameleux, à 6820 Florenville. Tél. : 061 31 10 20, www.lechameleux.be Ouvert de midi à 22 h, fermé le mardi soir et le mercredi.Avec son petit calot sur la tête, Pierre Gigot semble tout droit sorti du rêve d'un enfant des années 50. Il y a un peu de Jacques Tati dans ce personnage qui résiste à la technologie et au monde moderne. Dans sa boutique exiguë qui fait face à la Semois, il £uvre en mode artisanal : lait directement collecté à la ferme, fruits du marché et, surtout, glace turbinée au jour le jour. Ce travail à l'ancienne entraîne quelques contraintes, dont l'offre quotidienne qui se voit limitée à 2 ou 3 parfums. Sa vanille est un modèle du genre qui possède son lot d'inconditionnels. On signalera également que Pierre Gigot confectionne lui-même ses cornets et que son épouse sillonne les rues de Bouillon avec un triporteur qui achève de séduire les nostalgiques. 9, boulevard Heynen, à 6830 Bouillon. Tél. : 0477 50 51 49. Ouvert tous les jours en juillet et août de 10 h à 22 h (à partir de midi si le temps est à la pluie). Étrange parcours que celui de Claude Peignois dit le Glaude. Apprenti bûcheron à 7 ans, l'homme a également suivi un cursus dans une école de cinéma - l'Insas, à Bruxelles - et est connu dans la région pour l'excellente choucroute (fermentation au sel marin) qu'il fabrique lui-même. Dans un ancien relais de chevaux de la poste, ce Gaumais pure souche a ouvert un bar-restaurant conçu comme l'antre idéal pour convoquer les légendes d'une région à forte identité. La décoration intérieure un brin foutraque mêle briques nues, objets chinés, vieux outils et sous-bocks marqués de brèves de comptoir. À recommander : un apéro à l'Orval dont on prolonge la convivialité en mangeant sur place l'un des nombreux plats de terroir façon potée gaumaise au jambonneau et lard, touffaye du Cassîdje - une préparation à base de pommes de terre, oignons, saucisses, spiringue, lard... - ou terrine campagnarde maison. 51, rue Docteur Albert Hustin, à 6760 Ethe. Tél. : 063 58 18 04. Ouvert du lundi au mercredi de 11 h à 14 h et de 18 h à 23 h uniquement en mode taverne. Restaurant : du jeudi au dimanche, de midi à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30. Nichée dans le charmant petit village de Nassogne, la boucherie Magerotte vaut le détour. Fondée au début des années 1900, il s'agit d'une affaire familiale qui impose le respect. L'adresse vaut surtout pour la qualité de ses viandes de porc. Celles-ci proviennent d'animaux élevés sur place, dans les vertes prairies d'Ardenne. Pour s'en convaincre, on goûte les côtes de porc à l'ancienne, un régal rustique à cuire sans utiliser de matière grasse. À ne pas manquer non plus : les salaisons aromatisées à l'aide d'un mélange d'épices et de condiments dont le dosage et la composition sont transmis de père en fils depuis trois générations. Sans oublier le passage en fumoir lors duquel le bois de hêtre confère aux colliers d'Ardenne et autres saucisses sèches fumées un arôme discret en guise de touche finale. 11, rue de Lahaut, à 6950 Nassogne. Tél. : 084 21 06 29, www.magerotte.be Ouvert de 9 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h 30, fermé le dimanche et le mercredi. La province de Luxembourg est riche en bières de caractère. Pour bien choisir, rien de tel que l'avis d'un spécialiste : Christophe Gillard, véritable " caviste en bière ". Dans son magasin d'Arlon, l'expert distille ses conseils et recommande la Lupulus de la brasserie Les 3 Fourquets, une bière blonde de 8,5 % d'alcool, refermentée en bouteilles champenoises et en fûts. On la doit au créateur de la célèbre Chouffe, gros succès régional aujourd'hui racheté par la brasserie Moortgat (Duvel). En plus de cette petite merveille de fraîcheur et de caractère, Christophe Gillard propose d'autres perles houblonnées luxembourgeoises dont quelques raretés - ainsi de la JeanChris numéro 1, une cuvée brassée tout spécialement pour son compte par Grégory Verhelst de la Brasserie de Rulles. 56, rue du Gazomètre, à 6700 Arlon. Tél. : 063 67 76 73, www.miorgemihoublon.be Ouvert le mercredi et le vendredi, de 16 h à 19 h. Le samedi de 9 h à 18 h 30. Fermé jusqu'au 18 août. De Chiny, les littéraires retiennent surtout le Festival du Conte. Les amoureux de nature, quant à eux, préfèrent explorer le paysage, exaltés par les méandres de la Semois, notamment du côté du très beau pont Saint-Nicolas. Il faut dire que la rivière y dessine une géographie aux contours paisibles. C'est particulièrement vrai du côté de l'embarcadère où de nombreux vacanciers viennent goûter au plaisir d'une descente en kayak - de 8 km à 26 km selon ses envies. En proie à la douceur de vivre, le lieu se prête également à un pique-nique en famille que trouble à peine l'onde. Une nappe à carreaux, quelques assiettes en carton sorties d'un panier en osier, un saucisson coupé grossièrement, un pain à la croûte rustique, une bouteille de vin blanc qui rafraîchit dans la rivière... voilà la scénographie parfaite pour une communion intense entre membres d'un même clan. À 6810 Chiny, www.chiny.be et www.semois-tourisme.beMieux qu'une épicerie fine, ce marché fermier se présente sous la forme de halles gourmandes dans lesquelles l'épicurien exigeant peut faire le plein de terroir. Chaque vendredi en fin d'après-midi, toute la région se retrouve ici et l'ambiance bat son plein. Ce, grâce à la présence d'une vingtaine de producteurs de grande qualité mais également d'un espace central festif où grignoter et boire local - Orval, Rulles, Chouffe... Le rendez-vous est prisé, il rassemble dans un esprit villageois un public hétéroclite réunissant toutes les générations de gourmands. Parmi les délices, on pointera les fromages de chèvre de Sébastien Zenner (Barnichèvre), le pain d'épeautre du Moulin de Hollange, la viande de b£uf nourri à l'herbe d'Hervé Longueville ou les jambons à l'ancienne de Murielle Courtois. 36, Han, à 6730 Tintigny. Tél. : 063 44 00 63, www.halledehan.be Ouvert tous les vendredis, de 17 h à 20 h.Il y a un peu du facteur Cheval chez Dominique Noël, architecte qui ne se voyait pas travailler entre les quatre murs d'un studio. Pour satisfaire son insatiable appétit de construction, l'homme s'est mis en tête de construire de ses mains une maison d'hôtes pas comme les autres. Le résultat époustouflant existe depuis cinq ans, il se nomme La Balade des Gnomes. L'édifice compte 10 chambres aux lignes organiques dans lesquelles ce bâtisseur aux mains d'or a laissé libre cours à son imagination, entre sculptures déjantées et méca- nismes farfelus. Les chambres ont pour nom " L'île de Macquarie ", " Le désespoir du Moine " ou encore " La légende des Trolls ". Le clou du spectacle ? " Le Cheval de Troie ", un vrai délire sur roues, à la hauteur impressionnante, dont la décoration intérieure exhale une atmosphère médiévale. Les enfants adorent... pas qu'eux, d'ailleurs. 20, Rowe dè Remoleu, à 6941 Heyd (Durbuy). Tél. : 0472 20 86 23, www.labaladedesgnomes.beAvec sa bonne tête et sa moustache bien peignée, Pierre Vicini est l'un de ces sommeliers " historiques " de la gastronomie belge. À son palmarès, trente-cinq ans de métier et pas n'importe où : le Marchois d'origine italienne est passé par La Truffe Noire, Comme chez Soi ou encore La Cravache d'Or, à Bruxelles. Désormais, il officie à La Cave des Sommeliers en compagnie de Pierre Linchet. Axée crus français, l'adresse se distingue par une propension à donner dans le petit producteur même si on trouve quelques grands noms façon Nicolas Joly, Nicolas Rossignol ou Jean Tardy. En dehors de la France, la boutique fait place à plusieurs références glanées en Italie et au Portugal. On pointera le bout de ses papilles chaque deuxième week-end du mois, moment sacré où 10 bouteilles de " vins divins " s'alignent à la dégustation. En guise de conseil vin pour l'été, La Cave des Sommeliers propose un rouge du centre du Piémont, Isolabella della Croce, Le Marne 2008 (8,80 euros). Cette bouteille, qui affiche pas mal de finesse, envoie des arômes de fruits noirs et de sous-bois. À servir sur une entrecôte grillée ou une côte de veau parsemée d'herbes aromatiques. 11, rue Saint-Laurent, à 6900 Marche-en-Famenne. Tél. : 084 31 32 66, www.lacavedessommeliers.be Ouvert du mardi au jeudi, de 13 h à 18 h 30 ainsi que le vendredi et le samedi, de 10 h à 18 h 30. PAR MICHEL VERLINDEN