1. Julémont

Qui ? L'horloger Bernard Julémont a débuté sa carrière chez IWC-Porsche Design en 1992. Son expérience l'aide aujourd'hui à secouer le monde de l'horlogerie de luxe.
...

Qui ? L'horloger Bernard Julémont a débuté sa carrière chez IWC-Porsche Design en 1992. Son expérience l'aide aujourd'hui à secouer le monde de l'horlogerie de luxe. Quoi ? " De nos jours, la fabrication suisse n'est plus un must dans le secteur. Au contraire même, puisque cela représente un surcoût conséquent, juste pour une question d'image. " Pour sa seconde marque - après Raidillon -, il a donc décidé d'adopter une approche différente, avec des montres mécaniques automatiques reposant sur un mécanisme japonais et assemblées en Italie. Les premiers modèles sont disponibles depuis mi-février. Son Dôme est proposé à 1800 euros. Quoi ? " Depuis tout petit, je suis fasciné par la joaillerie, son savoir-faire, son utilisation des pierres et des métaux précieux, son côté éternel, sa capacité à renfermer tout un tas de souvenirs et à exprimer la personnalité de ceux qui la portent. Mais j'en avais une vision différente de celle des autres maisons, trop classiques à mon goût. J'avais soif de créations fortes, modernes et un peu rock and roll. Je désirais également m'adresser à ma génération et aux suivantes. D'ailleurs, c'est l'une des raisons pour lesquelles mes bijoux sont unisexes. Il est essentiel de respecter les évolutions de la société et de rester bien ancré dans le présent. " Qui ? Sur les conseils d'un prof qu'ils ont eu en commun, Sébastien Lambricht (29 ans), fort d'une expérience de dix ans dans l'horlogerie, et Bernard Van Ormelingen (21 ans), jeune prodige du guillochage - technique de gravure ancestrale -, se rencontrent. Et le courant passe. Quoi ? " Nous voulions créer un objet hors du commun qui fait la part belle au fait-main et à l'artisanat, explique Sébastien. Le luxe ne se compte pas en carats. C'est avant tout la passion et les heures de boulot que l'on met dans un artefact. " Pour se lancer, le binôme donne naissance à l'Old Mind, une montre tourbillon monochrome limitée à 25 exemplaires, dont l'embellissement a été poussé jusqu'à son paroxysme. Chiffrée à 45 000 euros, la pièce nécessite six à huit mois de labeur.