PAUSE ZEN AU MUSÉE NEZU

Des bouddhas qui méditent sous la mousse, d'anciens pavillons de thé au milieu des érables, des rivières qui clapotent avec sérénité : au jardin de Nezu, l'un des plus beaux de Tokyo, le temps suspend son vol. Sous les pavés, la nature. L'enchantement est complet à l'heure de la cérémonie du thé, qui rassemble des dizaines de jolies femmes en kimono. Ce jardin de rêve s'adosse au musée Nezu, qui fête cette année son 75e anniversaire : l'occasion d'admirer l'une des plus belles collections d'art ancien du Japon, comprenant peintures, calligr...

Des bouddhas qui méditent sous la mousse, d'anciens pavillons de thé au milieu des érables, des rivières qui clapotent avec sérénité : au jardin de Nezu, l'un des plus beaux de Tokyo, le temps suspend son vol. Sous les pavés, la nature. L'enchantement est complet à l'heure de la cérémonie du thé, qui rassemble des dizaines de jolies femmes en kimono. Ce jardin de rêve s'adosse au musée Nezu, qui fête cette année son 75e anniversaire : l'occasion d'admirer l'une des plus belles collections d'art ancien du Japon, comprenant peintures, calligraphies et mobilier, dont sept pièces classées au rang de Trésor national. 6-5-1 Minami-Aoyama, Minato-ku. A deux pas des boutiques de luxe d'Omotesando, ce resto-salon de thé est l'endroit idéal pour faire une pause zen. Le lieu vaut surtout pour la beauté de son design. Deux longues tables en cèdre y font face à un jardin minimaliste et apaisant, réinterprétation contemporaine du jardin classique japonais. La carte propose des snacks à toute heure, et un choix des grands classiques de la pâtisserie, comme les mochi (gâteaux de pâte de riz au sirop saupoudrés de soja) ou le parfait à la japonaise fourré à la pâte de haricot rouge. A déguster avec un verre de saké, après le thé de blé glacé servi en guise de verre d'eau. 5 Chome-21-9 Shirokanedai, Minato-ku. Le petit jardin zen qui conduit à cette adresse bucolique explique en grande partie le succès d'une cantine très courue par le milieu de la mode et les amateurs de cuisine fusion. On y déjeune comme à la campagne, au comptoir ou sur une table d'hôtes, dans une ambiance de dolce vita toscane. L'inspiratrice des lieux n'est autre que Yuri Nomura, célébrité de la scène foodista tokyoïte, consultante culinaire et amoureuse du bon et du bien manger, qui s'est formée en Californie. La carte fait la part belle aux légumes grillés, poissons et terrines maison, le tout forcément bio. Ne pas oublier de faire un tour dans la boutique de fleurs attenante avant de retourner dans le fracas de la métropole. Menu déjeuner : environ 20 euros. 1F-6-31-10 Jingumae, Shibuya-ku. Voilà 300 ans que cette maison officie à Kyoto, fabriquant ses " encens sophistiqués à écouter ". Car la diffusion de ces concrétions végétales, produits de bois rares comme l'agar et le santal, est un véritable art de vivre dans l'empire du Soleil levant. Très secrète quant à ses procédés de fabrication, la maison propose, dans sa boutique tokyoïte, une collection d'automne aux noms évocateurs - Always, Leather, Nightfall, Baby Star - et de nouvelles fragrances tous les deux mois. Une sélection de brûle-encens design et traditionnels magnifient les précieux bâtonnets. La haute couture du parfum d'intérieur. 5-47-13-202 Jingumae, Shibuya-ku.