Le no gender, encore lui

Chaque collab signée Levi's repose sur le même principe : prendre une icône de la marque et la renouveler ! Le créateur Hiromichi Ochiai du label japonais culte Facetasm s'est donc conformé aux consignes. Pour sa collection, qu'il n'a pas baptisée Mutation par hasard, il a transformé l...

Chaque collab signée Levi's repose sur le même principe : prendre une icône de la marque et la renouveler ! Le créateur Hiromichi Ochiai du label japonais culte Facetasm s'est donc conformé aux consignes. Pour sa collection, qu'il n'a pas baptisée Mutation par hasard, il a transformé la veste Levi's Trucker, quelques chemises western et des jeans, entre autres. " Une mutation de l'histoire et de l'innovation ", affirme le styliste dont la griffe est réputée pour son approche philosophique et déconstructive de la création. Les pièces sont à la fois conceptuelles et portables, masculines et féminines. Sa ligne pour le denimeur américain est, elle aussi, unisexe et disponible dès maintenant. Une réinterprétation moderne des années 70. C'est ainsi que le label de jeans Citizens of Humanity (photo) décrit sa nouvelle collection. Si les tailles hautes, le boutonnage et les petites poches de devant ont été conservés, les jambes flare ont laissé la place à un bootcut. Chez Arket aussi, les seventies sont une source d'inspiration, où l'on mixe le modèle flare et oversized avec une blouse féminine ou un blazer. Sur les catwalks, Hedi Slimane, directeur artistique de Celine, montre l'exemple, se basant sur le style de la bourgeoisie française de Saint-Germain-des-Prés. Ce sac à main signé Jérôme Dreyfuss n'est pas en jeans, mais en cuir de veau avec imprimé patchwork rappelant les eighties. Une belle illusion d'optique.